Questions-réponses : le ministre indonésien de la Défense sur la sécurité en Asie-Pacifique | Actualités militaires

0
153

Singapour – Alors que les chefs de la défense de toute l’Asie-Pacifique se réunissent à Singapour pour le dialogue Shangri-La, une grande partie de l’attention a été portée sur les tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine.

Le sommet de trois jours sur la sécurité organisé par l’Institut international d’études stratégiques basé à Londres est considéré comme la plus importante conférence liée à la défense dans la région. Cette année, plus d’une douzaine de chefs de la défense du monde entier, dont les États-Unis, la Chine et bien d’autres, sont présents.

Après une interruption de deux ans, l’événement est de retour et a attiré des invités de marque, dont le chef de la défense indonésienne et ancien candidat à la présidentielle Prabowo Subianto.

L’ancien lieutenant général a rencontré Jessica Washington d’Al Jazeera lors du dialogue Shangri-La, partageant ses réflexions sur la guerre en Ukraine et la modernisation de l’arsenal militaire indonésien.

Al Jazeera : Dans votre discours au Shangri-La Dialogue, vous avez parlé de la « voie asiatique ». Quelle est la place de l’Indonésie dans cette idée ?

Subianto : C’est notre culture que nous essayons toujours de résoudre les problèmes avec des négociations, avec des interactions, avec un engagement, et nous continuons à nous engager, nous continuons à discuter jusqu’à ce que nous arrivions à une solution amiable et mutuellement bénéfique. C’est la manière asiatique.

Et c’est la manière indonésienne. Nous l’appelons musyawarah mufakat (discussion pour trouver une solution) et nous l’appelons gotong royong (travailler ensemble). Nous recherchons des intérêts communs ; si nous parlons toujours des différences, nous pourrions même ne pas nous rencontrer.

Al Jazeera : Lors de ce sommet, l’accent a été mis sur les tensions américano-chinoises. Quel est selon vous le rôle de l’Indonésie dans la gestion de ces tensions ?

Subianto : Nous sommes dans la position réelle et réelle que nous respectons et nous sommes amicaux, et nous sommes de bons amis. Nous avons une bonne coopération avec les deux puissances — je l’ai dit à plusieurs reprises. Les États-Unis nous ont aidés à plusieurs reprises, dans nos moments critiques. Mais la Chine nous a également aidés. La Chine nous a également défendus et la Chine est maintenant un partenaire très proche de l’Indonésie. Et en fait, la Chine a toujours été la civilisation dominante en Asie. Beaucoup de nos sultans, rois, princes de l’époque, épousaient des princesses de Chine. Nous avons des centaines d’années de relation.

C’est donc naturel. Donc, vous m’avez demandé quelle est notre position, en tant que bons amis nous essayons d’être, peut-être un bon pont commun. Si ce n’est pas le cas, nous entretenons de bonnes relations.

Et nous sommes convaincus que les deux puissances auront un leadership avisé. Je suis optimiste sur ce front, beaucoup de gens, bien sûr, sont naturellement inquiets, et oui, il y a des dangers. Mais je crois que le chef de la Chine sera sage, et le chef des États-Unis aussi. Ce sont de grandes puissances. Le monde s’attendra à ce qu’ils nous donnent un bon leadership.

Al Jazeera : Qu’en est-il de certains aspects des relations Indonésie-Chine, où il y a des divergences d’opinions… par exemple la mer de Chine méridionale. Comment gérez-vous ces défis?

Subianto : Comme je l’ai dit, avec de bonnes relations, une bonne communication avec des contacts directs, nous pouvons arriver à une entente à l’amiable qui est mutuellement bénéfique.

Al Jazeera : Le secrétaire américain à la Défense, plus tôt dans le discours, a mentionné l’Indonésie, en particulier l’exercice naval appelé Garuda Shield…

Subianto : Garuda Shield existe depuis 14-15 ans, mais nous avons aussi des exercices avec d’autres pays. Nous prévoyons également d’avoir des exercices avec la Chine.

Al Jazeera : Le secrétaire américain a parlé de la situation en Ukraine, et vous l’avez mentionné dans votre discours, vous avez dit que c’était une situation très triste. Avez-vous autre chose à dire là-dessus?

Subianto : Historiquement, géopolitiquement, il y a toujours deux versions d’une histoire. L’Indonésie, comme vous le savez, nous avons voté avec de nombreux pays occidentaux pour nous opposer à l’invasion de l’Ukraine — c’est notre position sur l’invasion.

Mais encore une fois, je voudrais dire que la Russie a été un très bon ami de l’Indonésie pendant toutes ces années. Nous avons de bonnes relations avec la Russie, ils nous ont également aidés lorsque nous avions des difficultés et comme je l’ai mentionné, un ami dans le besoin est vraiment un ami. N’oubliez jamais les amis qui vous ont aidé. C’est notre position.

Nous disons que toutes les grandes puissances doivent être respectées et que leurs préoccupations doivent être respectées.

Al Jazeera : Vous avez fait de la modernisation des capacités de défense de l’Indonésie votre priorité, comment ça se passe ?

Subianto : Ça se passe bien, bien sûr, tout a besoin de ce que j’appelle une période d’incubation, on ne peut pas aller au supermarché et acheter du matériel de défense. Je dirais que ça va bien, bien sûr, je suis assez impatient, j’aimerais que ça aille plus vite, peut-être si j’ai une baguette magique.

Al Jazeera : Suite à votre discours, on vous a posé des questions sur la région et vous avez dit que chaque pays peut prendre ses propres décisions. Rien de plus à dire là-dessus ?

Subianto : Fondamentalement, c’est le droit de chaque pays d’évaluer ses propres besoins en matière de sécurité. Je ne peux donc pas dire aux Australiens ou aux Britanniques ce qu’ils doivent faire. Je ne veux pas non plus qu’ils nous disent quoi faire. Nous nous respectons.

Al Jazeera : Puis-je vous demander votre avis sur la situation au Myanmar ?

Subianto: Je pense que la position de l’Indonésie est très clairement de ne pas reconnaître le régime au Myanmar

Al Jazeera : Regardons un problème intérieur en Indonésie. Il y a des discussions sur le projet de créer de nouvelles provinces en Papouasie et certains groupes internationaux de défense des droits de l’homme ont fait part de leurs préoccupations concernant les implications en matière de sécurité et l’impact sur les droits de l’homme.

Subianto : Il y a toujours ce, je dirais double standard ou triple standard, tout ce que font des pays comme l’Indonésie. Ils essaient toujours de souligner la possibilité de violations des droits de l’homme. Je pense que nos besoins, nous avons de vastes domaines et cela fait l’objet de discussions et de planification depuis de nombreuses années.

Al Jazeera : La politique étrangère de l’Indonésie a longtemps été guidée par l’expression « libre et actif ». Considérez-vous l’Indonésie comme un leader parmi les pays qui adoptent une position neutre ?

Subianto : Le leadership n’est pas quelque chose que nous pouvons nous attribuer nous-mêmes. Je pense que la meilleure forme d’art politique, à mon avis, est de mettre de l’ordre dans sa propre maison. Si nous prenons soin de notre propre maison en bon ordre, les gens se tourneront vers nous.

Al Jazeera : En parlant de leadership, vos projets pour 2024 — Envisagez-vous de vous présenter à la présidence ?

Si on a besoin de moi, s’il y a un fort soutien pour moi, alors je dois me mettre au service de mon peuple et de mon pays.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/12/qa-indonesias-defence-chief-on-security-in-the-asia-pacific

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire