Qui accueille les réfugiés ukrainiens ?

0
137

Plus que 677 000 Ukrainiens ont déjà fui la guerre de la Russie contre leur pays depuis mardi, et ce nombre augmente d’heure en heure.

“J’ai rarement vu un exode de personnes aussi incroyablement rapide – le plus important en Europe depuis les guerres des Balkans”, a déclaré lundi le commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les gouvernements européens et les organisations humanitaires planifient leur arrivée depuis des semaines, mais le nombre de réfugiés a dépassé ces attentes. L’ONU a prévu que 4 millions de réfugiés ukrainiens pourraient arriver dans les pays voisins dans les semaines à venir.

Un afflux aussi important serait un “énorme fardeau pour les États d’accueil et mettrait sans aucun doute à l’épreuve les systèmes d’accueil et les ressources connexes”, a déclaré Grandi.

Jusqu’à présent, au moins 280 000 Ukrainiens sont allés en Pologne, 94 000 en Hongrie, 40 000 en Moldavie, 34 000 en Roumanie, 30 000 en Slovaquie et des dizaines de milliers dans d’autres pays européens. Un “nombre important” est également allé en Russie, selon Grandi. La plupart des réfugiés sont des femmes et des enfants, dont un nombre croissant d’enfants non accompagnés. L’Ukraine a enrôlé des hommes âgés de 18 à 60 ans pour combattre, leur interdisant de partir.

Des réfugiés ukrainiens traversent la frontière à pied à Barabas, en Hongrie, le 28 février.
Attila Kisbenedek/AFP via Getty Images

Les réfugiés arrivent par trains bondés, en voiture et même à pied après avoir parcouru des dizaines de kilomètres, faisant de longues files d’attente aux frontières pour se mettre en sécurité et apportant tout ce qu’ils pouvaient mettre dans leurs valises s’ils avaient le temps de faire leurs valises. . Ceux qui peuvent se le permettre ont trouvé leur propre logement, mais d’autres séjournent dans des refuges gérés par le gouvernement, des hôtels payés par des entreprises privées, des églises, ou avec leurs familles ou des citoyens ordinaires qui ont proposé de les accueillir.

À l’heure actuelle, avec l’aide de la communauté internationale, les voisins de l’Ukraine parviennent à gérer les réfugiés qu’ils accueillent. Mais pour qu’ils continuent à le faire avec succès, ils auront besoin de beaucoup plus de fournitures et d’argent, et rapidement.

Il y a encore de longues files d’attente aux frontières

Les pays voisins ont gardé leurs frontières ouvertes, contrairement à d’autres crises migratoires dans un passé récent. Mais franchir la frontière reste un processus ardu.

Bien que la Pologne accepte les réfugiés sans passeport, il y a eu des files d’attente de plusieurs kilomètres aux postes frontières où les gens ont dû attendre jusqu’à 60 heures pour être traités par des températures glaciales et ont dormi dans leur voiture, voire pas du tout. Le trafic est devenu si mauvais que le gouvernement polonais a demandé aux volontaires de ne pas se présenter à la frontière à moins qu’ils n’aient pris des dispositions pour rencontrer les réfugiés à l’avance.

Il y a aussi une file d’attente de 20 heures en Roumanie, et il faut 24 heures pour parcourir les quelque 60 kilomètres qui séparent Odessa de la frontière ukrainienne avec la Moldavie, selon l’ONU.

Il y a eu rapports de réfugiés noirs, dont beaucoup sont des ressortissants de pays tiers qui étaient étudiants en Ukraine, rencontrent des difficultés pour traverser. A la frontière polonaise, des gardes ukrainiens ont envoyé des Noirs au arrière de la ligne la semaine dernière, affirmant que les “Ukrainiens” étaient prioritaires. Les autorités polonaises ont déclaré que toute personne se présentant à la frontière était autorisée à traverser.

“Nous condamnons fermement ce racisme et pensons qu’il nuit à l’esprit de solidarité qui est si urgent aujourd’hui”, a déclaré lundi l’ambassadeur du Kenya à l’ONU, Martin Kimani, lors de la réunion du Conseil de sécurité.

Veiller à ce que les réfugiés en ligne aient un accès adéquat à la nourriture, à l’eau et à un soutien médical est également un problème. Un Népalais qui étudiait en Ukraine a déclaré qu’il n’avait rien mangé depuis trois jours en attendant d’entrer en Pologne, et une autre femme âgée est décédée à l’un des points de contrôle frontaliers, selon le Washington Post.

Les ONG ont essayé d’aider. Le World Central Kitchen du chef Jose Andres, par exemple, a distribué 4 000 repas en 18 heures à Medyka, actuellement le poste frontière le plus fréquenté de Pologne. Les autorités polonaises ont également essayé de rationaliser le traitement, mais les ressources et le personnel à leurs frontières ne sont tout simplement pas équipés pour faire face au volume actuel d’arrivées.

Des réfugiés ukrainiens font la queue pour entrer en Pologne au poste frontière de Medyka le 28 février.
Wojtek Radwanski/AFP via Getty Images

Les pays européens veillent à ce que les Ukrainiens aient un endroit où aller

La communauté européenne s’est mobilisée pour garantir aux Ukrainiens un logement à court et à long terme. Les gouvernements locaux ont créé des abris temporaires et les civils accueillent les réfugiés chez eux. L’UE a également demandé aux 27 pays membres d’accorder l’asile à tous les Ukrainiens pour une durée maximale de trois ans, ce qui leur donnerait accès aux services sociaux et à l’autorisation de travailler. La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré dimanche qu’une “majorité écrasante” était favorable à cette mesure, mais n’a pas précisé quels pays s’y opposaient.

En Pologne, où au moins 40 % des réfugiés ukrainiens sont allés jusqu’à présent, les nouveaux arrivants sont transportés via des bus touristiques vers l’un des neuf centres d’accueil, où ils reçoivent des repas, des soins médicaux, des lits et des informations et des services juridiques. Dans la ville de Korczowa, par exemple, un abri de fortune avec des lits pliants a été installé à l’intérieur d’un dépot. Là, ils peuvent aussi se retrouver en famille ; La Pologne abritait déjà environ 2 millions d’Ukrainiens avant la dernière incursion russe.

Les civils polonais ont également réclamé leur soutien aux réfugiés. Les habitants de Varsovie, la capitale polonaise, ont annoncé environ 2 500 appartements où les réfugiés peuvent séjourner. Ils ont également afflué vers les centres d’accueil proposant de transporter ou d’héberger des réfugiés et apportant des dons de nourriture, d’eau, de vêtements, de sacs de couchage, de chaussures, de couvertures, de couches, de jouets, de produits sanitaires, de batteries et de câbles de recharge pour téléphones portables.

Des entreprises privées ont également financé des logements pour les Ukrainiens. Airbnb, par exemple, a offert des logements gratuits à court terme à 100 000 réfugiés ukrainiens et travaille avec des pays de la région pour organiser des séjours de longue durée. Il existe également un répertoire en ligne des hôtels et auberges qui ont des ouvertures pour les réfugiés.

Le gouvernement, les citoyens et les entreprises privées devront continuer à renforcer leurs capacités pour se préparer à encore plus d’arrivées, mais d’autres États de l’UE ont promis de partager la responsabilité en accueillant également des réfugiés.

La population de réfugiés ukrainiens a besoin de plus de soutien humanitaire dans les semaines à venir

Les besoins de la population réfugiée ukrainienne en Europe ne feront probablement que monter en flèche dans les semaines à venir, et répondre à ces besoins nécessitera de l’argent.

Une famille ukrainienne prend un repas dans un train transportant des réfugiés le 28 février à Przemysl, en Pologne.
Omar Marques/Getty Images

L’ONU, qui a mis en place un Fonds humanitaire ukrainien, a demandé un montant préliminaire de 550,6 millions de dollars aux États membres en plus des 190 millions de dollars qu’il avait déjà demandés pour aider à soutenir les efforts d’accueil dans les pays voisins. Les groupes humanitaires évaluent toujours les lacunes les plus urgentes en matière d’assistance, mais cet argent ira aux abris, aux articles de secours d’urgence, à l’aide en espèces, ainsi qu’à la santé mentale et au soutien psychosocial des réfugiés.

Pour leur part, les États-Unis ont récemment approuvé une aide humanitaire de 54 millions de dollars pour l’Ukraine, et le Congrès envisage de débloquer 2,9 milliards de dollars supplémentaires. Cependant, chaque jour que les législateurs délibèrent retarde l’acheminement de l’aide.

La Commission européenne a également déclaré que son engagement de 90 millions d’euros d’aide le 28 février n’était qu’un début.

“Jusque là, [the needs of Ukrainian refugees] ont été satisfaits, bien que je sois sérieusement préoccupé par la probable nouvelle escalade du nombre d’arrivées », a déclaré Grandi lundi.



La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire