Ramener Patrice Lumumba à la maison

0
100

Pendant une grande partie de l’année écoulée, il a été prévu que les restes humains sacrés du premier Premier ministre de la République démocratique du Congo après l’indépendance, Patrice Émery Lumumba, soient finalement restitués à ses enfants en Belgique, puis rapatriés au Congo. Initialement prévu pour une cérémonie le 30 juin 2021, le soixante et unième anniversaire de l’indépendance du pays est passé avec la dépouille de Lumumba toujours sous la garde des autorités belges. La cérémonie avec le roi des Belges Philippe, l’actuel Premier ministre belge Alexander De Croo et le président congolais Félix Tshisekedi était alors prévue le 17 janvier 2022, jour anniversaire de l’assassinat. Le 5 janvier, Tshisekedi a annoncé un autre report – cette fois jusqu’en juin 2022. La raison officielle du retard était le nombre croissant de cas de COVID-19 au Congo, mais la crise pandémique est profondément liée à une série d’autres manœuvres politiques et d’autres des crises qui sont sans aucun doute des facteurs de décision.

Au centre de cette histoire, la famille de Lumumba continue d’être victime. Comme Nadeen Shaker l’a récemment rapporté, ses enfants ont été forcés de s’enfuir au Caire lors de l’assignation à résidence de leur père, pour ne plus jamais le revoir. Le fait troublant que les restes de Lumumba aient passé un autre Jour de l’Indépendance en Belgique peut fournir des opportunités de métaphore et d’analogie, mais, au milieu de la complicité généralisée dans cette profanation en cours, le résultat le plus important doit être de respecter les revendications éthiques et juridiques de ses enfants, dont la fille Juliana Lumumba a décrit dans une lettre ouverte au roi belge l’année dernière.

L’histoire de l’exécution et de ses conséquences est bien racontée par Ludo De Witte dans L’assassinat de Lumumba. Le 17 janvier 1961, Lumumba a été tué avec les camarades Maurice Mpolo et Joseph Okito par les autorités belges, avec le soutien des séparatistes néocoloniaux katangais et des États-Unis. Deux jours plus tard, Gérard Soete, commissaire de police belge du Katanga, et son frère ont exhumé le corps pour éradiquer chimiquement toute preuve matérielle de leur crime afin d’empêcher le genre de mobilisation que son identification inspirerait. Bien que l’exécution ait été tenue secrète pendant près d’un mois, son annonce a inspiré exactement ce que craignaient ses bourreaux, alors que les Africains du monde entier se livraient à des manifestations et à d’autres actes révolutionnaires de commémoration – de la manifestation bien connue aux Nations Unies et dans des villes du monde entier. monde à un héritage dans la culture visuelle, musicale et littéraire qui se poursuit à ce jour.

En février 1961, alors que l’Association culturelle des femmes du patrimoine africain organisait une grande manifestation au siège de l’ONU à New York, la veuve de Lumumba, Pauline Opango Lumumba, dirigea une marche de la famille et des partisans vers les bureaux de l’ONU de Rajeshwar Dayal à Kinshasa. Là, elle a demandé que l’ONU l’aide à recevoir les restes de son mari pour un enterrement convenable. Après que Ralph Bunche ait présenté des “excuses” pour la manifestation de New York, Lorraine Hansberry “se hâte[ed] s’excuser publiquement auprès de Mme. Pauline Lumumba et le peuple congolais pour notre Dr Bunche. Pendant ce temps, James R. Lawson du United African Nationalist Movement et d’autres militants noirs ont organisé une veillée funèbre pour Lumumba à la librairie Harlem de Lewis Michaux. Lorsque Pauline est décédée à Kinshasa en 2014, elle attendait toujours d’enterrer son mari. Elle et sa démonstration emblématique sont commémorées dans le poème de Brenda Marie Osbey “Sur la contemplation des seins de Pauline Lumumba”, qui fait partie d’une longue lignée d’efforts afro-américains pour élever la famille Lumumba. L’immédiateté des demandes de Pauline demeure après six ans.

Bien que le corps de Lumumba ait été dissous dans de l’acide sulfurique, Soete, comme les lyncheurs américains de Sam Hose et tant d’autres, a conservé les trophées de ses victimes alors qu’il voyageait du Congo vers la Belgique, les exposant souvent à des amis et à des journalistes. Après la mort de Soete, sa fille Godelieve a poursuivi la tradition de son père, aboutissant à une étrange interview de 2016 au cours de laquelle un journaliste a trouvé les restes en sa possession. (Dans ses efforts pour défendre son père, Godelieve a en outre révélé que sa brutalité avait été infligée à ses enfants.) La police belge est intervenue et, au cours des cinq dernières années, la dépouille de Lumumba a été détenue par le gouvernement belge responsable de sa mort. En septembre 2020, un tribunal a finalement décidé qu’ils devaient être rendus à la famille.

Ces retards les plus récents surviennent à un moment où les mauvais traitements continus infligés aux restes humains retiennent l’attention du public. L’affaire de la collection Morton à l’Université de Pennsylvanie a conduit l’activiste Abdul-Aliy Muhammad à découvrir la profanation en cours des restes de Tree et Delisha Africa, qui ont été tués lorsque la ville de Philadelphie a bombardé la maison de leur famille le 13 mai 1985, menant à la découverte que la ville détenait des restes supplémentaires des victimes de sa violence contre l’organisation MOVE.

Depuis 2005 en Afrique du Sud, la Commission Vérité et Réconciliation (TRC) a créé la Missing Persons Task Team pour identifier les restes des victimes noires de l’ère de l’apartheid dans le pays. S’appuyant sur l’expertise de chercheurs ayant une expérience dans des initiatives similaires en Argentine et ailleurs, ce projet gouvernemental a été délibéré dans ses efforts pour inclure les familles des disparus à toutes les étapes, considérant leur travail comme faisant partie intégrante de la mission plus large de la CVR et en outre représentatif d’un modèle plus large de rapatriement des restes humains et des biens. Aussi différents que puissent être ces cas de violence, les sanctions gouvernementales – à plusieurs niveaux et sous différentes formes – restent constantes.

Dans une émission d’octobre 2021 animée par les Amis du Congo, Juliana Lumumba a expliqué que, pour elle, en tant que fille d’un martyr, le rapatriement et la commémoration de la dépouille de son père n’étaient pas des événements finis à compléter comme des éléments cochés d’un to-do liste. Au contraire, le retour doit faire partie d’un processus plus large et continu : « J’ai dit à la Belgique que si nous voulons une réconciliation, nous avons besoin d’une réconciliation des mémoires, car nous ne pouvons pas faire une réconciliation lorsque nos mémoires [are] si différents et si contradictoires. Les paroles de Juliana ont un poids particulier à un moment où la Commission parlementaire spéciale sur l’histoire coloniale belge a reçu un rapport historique très critique qui peut ou non conduire à une action significative du type de celle que la famille a exigée.

Le fils de Lumumba, Guy-Patrice Lumumba, s’oppose aux efforts de Tshisekedi pour exploiter le rapatriement à des fins politiques. Tshisekedi lui-même connaît certains des défis politiques de la mémorialisation après que la dépouille de son propre père, le chef de l’opposition populaire de longue date Etienne Tshisekedi, a passé plus de deux ans en Europe avant leur retour, en 2019, après l’élection de Félix. Félix perd rapidement tout droit qu’il avait sur le manteau de son propre père (voir la chanson de Bob Elvis “Lettre à Ya Tshitshi” pour une récente mise en accusation de l’abandon par le président du manteau de son père). Il pourrait trouver de la valeur dans une association avec une icône nationaliste vénérée au milieu des protestations politiques d’opposants préoccupés par ses efforts excessifs pour contrôler la puissante commission électorale du pays à l’approche du cycle électoral de 2023.

Pendant ce temps, la position internationale du jeune Tshisekedi a été consolidée grâce à son poste de chef de l’Union africaine, où ses responsabilités incluent la négociation de la fourniture de vaccins COVID-19 aux États membres. Il a récemment rencontré le président Joe Biden et a effectué une visite officielle en Israël, cette dernière étant particulièrement préoccupante compte tenu de l’implication historique du pays dans les efforts mercenaires contre les rebelles pro-Lumumba et de son rôle continu dans le pillage des ressources du Congo (sans parler de la politique de Tshisekedi soutien à l’occupation de Jérusalem par Israël et son statut d’observateur auprès de l’Union africaine). De telles actions mettent en évidence la distance extraordinaire entre l’héritage de Lumumba et le leadership de Tshisekedi.

Pendant des décennies, la famille Lumumba a formulé une série de demandes sans réponse par le biais d’enquêtes officielles et d’appels en justice. Un groupe d’universitaires et d’activistes a également affirmé que le retour de la dépouille de Lumumba ne doit pas être une occasion pour la Belgique de se féliciter mais plutôt une opportunité pour un compte rendu complet de la violence coloniale qui a conduit à l’assassinat et à sa dissimulation ultérieure.

Espérons que la famille de Lumumba pourra pleurer selon ses propres termes et que toutes ses demandes de justice seront bientôt satisfaites et sans équivoque.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire