Réconcilier l’Arabie saoudite et l’Iran : l’importance de l’effort chinois

0
238

Il serait faux de considérer la restauration des relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran comme quelque chose qui s’est produit soudainement.

Depuis la révolution iranienne de 1979, les liens entre les deux importants voisins musulmans se sont tendus. Pour l’élite saoudienne, la révolution n’était pas seulement anti-monarchique, mais aussi un coup de pouce pour la secte chiite au sein de l’islam. Pour les révolutionnaires iraniens, l’opposition saoudienne était largement motivée par sa relation intime avec les élites américaines et occidentales et leurs intérêts. Cette relation tendue a atteint son paroxysme en 2016 lorsqu’un religieux chiite respecté, Nimr al-Nimr, a été exécuté par les autorités saoudiennes sunnites. Les communautés chiites de toute l’Asie occidentale et même d’Asie centrale ont été profondément bouleversées par cet acte impitoyable.

L’exécution a renforcé l’image négative du gouvernement saoudien. L’image a été encore ternie par le meurtre ignoble du journaliste saoudien Jamal Khashoggi par des tueurs prétendument liés au sommet de la société saoudienne. Les élites occidentales et les militants des droits de l’homme ont été consternés par la cruelle barbarie de l’assassinat. Un abîme de méfiance se creuse désormais entre l’Occident et l’Arabie saoudite. Au milieu de tout cela, les États-Unis, principalement pour des raisons commerciales, ont cherché à augmenter leur propre production de pétrole grâce à la fracturation de la roche de schiste et donc indirectement, à réduire l’importance du pétrole saoudien sur le marché mondial. En raison de tous ces développements et d’autres, l’élite saoudienne des deux ou trois dernières années commençait à se sentir poussée dans ses retranchements.

Ironiquement, les dirigeants iraniens commençaient également à se sentir isolés. Lorsque le Plan d’action global conjoint (JCPOA) a été approuvé par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne, d’une part, et le gouvernement iranien, d’autre part, en avril 2015, le peuple iranien avait l’espoir que avec la levée des sanctions financières et économiques, les investissements afflueront dans le pays et le pays émergera comme un acteur dynamique sur la scène régionale et mondiale. Cependant, cet espoir a été de courte durée car un nouveau président américain, Donald Trump, a torpillé le JCPOA en 2018, principalement à cause de la pression d’Israël. Les difficultés économiques de l’Iran sont devenues encore plus graves et ont sapé sa stabilité politique et affaibli sa cohésion sociale. La crise interne de l’Iran a été encore aggravée par une direction incompétente qui manquait de rapport avec les masses ordinaires.

Compte tenu des défis colossaux auxquels sont confrontés les gouvernements saoudien et iranien, ils ont été poussés à se tendre la main afin que leur antagonisme mutuel n’émascule pas davantage leur force déclinante. La volonté de la Chine de rapprocher les deux pays était, compte tenu des circonstances, une aubaine. Seule une nation avec la gravité de la Chine aurait pu jouer le rôle de médiateur. L’antagonisme des États-Unis envers l’Iran, vieux de plusieurs décennies, l’empêchait de jouer un tel rôle. La Russie, liée aux deux adversaires, aurait pu intervenir, sauf que sa guerre en Ukraine consommait toutes ses énergies.

La Chine entretient non seulement de bonnes relations avec les deux pays, mais importe également d’énormes quantités de pétrole d’Iran et d’Arabie saoudite. Plus important encore, la Chine apprécie le fait qu’aucun des deux pays n’ait rejoint le mouvement orchestré par les États-Unis pour condamner la Chine pour sa prétendue persécution de la minorité musulmane ouïghoure dans la province du Sinkiang. Essayer de réconcilier les deux adversaires musulmans était peut-être la manière chinoise de leur dire « merci ».

Cependant, le rôle de la Chine, aussi important soit-il, ne détient pas la clé d’un véritable rétablissement des liens entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Ce sont les deux pays eux-mêmes qui détermineront le succès ou l’échec de l’effort chinois. Pour commencer, s’ils peuvent aider à mettre fin à un certain nombre de conflits dans la région prétendument liés aux deux protagonistes, ce serait bon signe. On dit que les conflits actuels au Liban, en Syrie, en Irak, à Bahreïn et au Yémen, dont certains sont violents, sont fomentés soit par l’Arabie saoudite, soit par l’Iran. Bien sûr, d’autres acteurs de l’intérieur et de l’extérieur de la région sont également impliqués.

Un conflit qui a attiré les deux camps est celui du Yémen. Le gouvernement officiel est soutenu par l’élite saoudienne tandis que les rebelles qui s’y opposent, les Houthis, seraient soutenus par les autorités iraniennes. Selon les Nations Unies (ONU), cent cinquante mille Yéménites ont perdu la vie dans le conflit de 9 ans. Des milliers d’autres ont également péri à cause de la famine et de la maladie. Si le dégel saoudo-iranien, orchestré par la Chine, peut conduire à la résolution du conflit au Yémen dans un avenir immédiat, de nombreuses personnes éprises de paix dans le monde entier se réjouiront.

Bien qu’une variété de forces et de facteurs soient entrelacés dans le conflit au Yémen, comme dans chacun des autres conflits, il y a une cause sous-jacente à chacun d’eux qui est liée à la dichotomie la plus vivace et la plus persistante au sein du monde musulman. C’est la dichotomie sunnite-chiite à laquelle nous avons fait allusion. Il est né d’un désaccord sur qui devrait diriger la communauté musulmane (Ummah) lorsque le prophète Muhammad (la paix soit sur lui) est mort en 632. Bien que l’un des prétendants, Abu Bakr, le beau-père du prophète ait été choisi comme calife. , partisans de l’autre concurrent, Ali ibn-Talib, le gendre du Prophète, ont continué à croire qu’il était le chef légitime et se sentaient marginalisés. Leur sentiment de marginalisation est devenu encore plus grave lorsqu’ils ont été témoins de ce qu’ils ont qualifié de graves transgressions de la foi et de la lutte islamique pour la justice se produisant sous le règne des successeurs du calife Abu Bakr, en particulier le calife Yazid. Leurs frustrations légitimes face à l’arrogance déterminée du calife au pouvoir et de ses partisans ont atteint leur zénith lors d’une célèbre confrontation à la bataille de Karbala en 680. Dans cette bataille, le calife Yazid, mieux équipé et numériquement plus fort, et ses partisans ont prévalu. Les dissidents dirigés par le fils d’Ali, Hussein, et de nombreux autres membres de la famille du Prophète ont été impitoyablement massacrés. Cet épisode connu sous le nom d’Achoura est observé par les musulmans jusqu’à aujourd’hui, en particulier les chiites, comme un exemple brillant d’êtres humains défendant les principes fondamentaux de justice et de vérité contre de grands obstacles incarnés par le pouvoir et la position. L’Achoura est devenue le fondement spirituel et moral de l’opposition chiite à la majorité sunnite. Au fil des siècles, la secte minoritaire chiite a acquis des caractéristiques doctrinales et rituelles qui distinguaient les chiites des sunnites. Il faut souligner néanmoins que les caractéristiques centrales de l’Islam…. croyance en l’unicité de Dieu; la reconnaissance de Mahomet comme le dernier des prophètes de Dieu ; l’adhésion au message coranique comme guide dans cette vie passagère ; et l’acceptation du jugement divin dans l’au-delà ……. continue de lier sunnites et chiites au sein d’une même communauté religieuse.

Mais le lien émanant de ces caractéristiques a parfois succombé aux attraits et aux pressions de la politique et du pouvoir et des personnalités et des intérêts acquis qui ont choisi de donner plus d’importance aux différences qui séparaient les sunnites des chiites qu’à leurs similitudes. C’est pourquoi, tout au long des siècles, il a été difficile de combler le gouffre entre sunnites et chiites. Quoi qu’il en soit, il y a eu de nombreuses tentatives pour rapprocher sunnites et chiites. Et il y a eu des moments où ils ont forgé des liens solides en faisant face à des défis communs ou en poursuivant des objectifs communs.

J’ai initié une modeste démarche en 2013 par l’intermédiaire de mon ONG, JUST, pour amener les deux groupes à adopter une position commune sur une question qui les préoccupe profondément. L’ancien Premier ministre de Malaisie, Mahathir Mohammad, et l’ancien président de l’Iran, Muhammad Khatami, ont été persuadés de lancer un appel conjoint aux sunnites et aux chiites pour qu’ils cessent de s’entre-tuer alors que la violence interconfessionnelle sévissait à l’époque dans certaines parties de le monde musulman. Il y a eu très peu de couverture médiatique sur l’appel Mahathir-Khatami. Pratiquement aucun dirigeant musulman d’envergure n’a répondu. Même les groupes de la société civile musulmane ont accordé peu d’attention à l’appel des deux dirigeants. En d’autres termes, un noble appel à mettre fin aux combats est tombé dans l’oreille d’un sourd.

L’initiative chinoise sur les relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran est différente dans son approche. Il se concentre sur les relations interétatiques. Il espère que les acteurs étatiques seront prêts à utiliser le pouvoir de l’État pour réduire, voire éliminer, les animosités interétatiques. À un moment donné, les trois États, l’Arabie saoudite, l’Iran et la Chine et d’autres États devront faire face aux ramifications de la dichotomie sunnite-chiite.

Pour le moment, tournons-nous vers une partie de l’opposition au plan de paix saoudo-iranien. La dénonciation la plus bruyante du plan est venue du gouvernement israélien. Israël craint que le plan ne fonctionne contre les machinations d’Israël dans la région. Israël est déterminé à isoler l’Iran et à mobiliser tous les États arabes de la région contre l’Iran. À cette fin, il a non seulement exploité la dichotomie sunnite-chiite mais aussi la division arabo-persane puisque l’Iran est le seul État persan du monde arabe.

Israël considère l’Iran comme une menace non seulement pour son existence, mais aussi pour l’ensemble de l’Asie occidentale puisqu’il, (l’Iran) selon Israël, est déterminé à construire et à utiliser une bombe nucléaire. Soit dit en passant, Israël est le seul État de la région à posséder des bombes nucléaires. En outre, l’Iran a souligné à plusieurs reprises qu’il ne fabriquera ni ne déploiera de bombe nucléaire parce que cela va à l’encontre des enseignements islamiques.

Si l’accord irano-saoudien rend difficile l’isolement de l’Iran, il est contraire aux ambitions d’Israël pour une autre raison encore. Afin de renforcer sa position dans son voisinage arabe et au sein du monde musulman, Israël a toujours voulu établir des relations diplomatiques formelles avec l’Arabie saoudite. Cela est devenu plus problématique maintenant que l’Arabie saoudite et l’Iran se sont rapprochés. Il est significatif que l’Arabie saoudite ait également clairement indiqué qu’elle ne reconnaîtrait pas Israël tant qu’elle ne reconnaîtrait pas le droit de la Palestine à la nationalité et reconnaîtrait le droit des Palestiniens à retourner dans leur patrie. C’est une autre façon de dire que l’Arabie saoudite ne fera pas ce que d’autres États arabes tels que les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn ont fait ces derniers temps au nom de la mise en œuvre des soi-disant accords d’Abraham.

Si une autre nation appréhende encore plus la tentative saoudo-iranienne de se réconcilier par le biais de l’initiative chinoise, ce sont les États-Unis d’Amérique. Il n’est que trop évident que la Chine est devenue un acteur majeur en Asie occidentale. Il est étonnant qu’il ait réussi à réunir l’ami le plus proche des États-Unis dans la région aux côtés d’Israël et son ennemi le plus éloigné en Asie occidentale grâce à un accord et, ce faisant, a renforcé son rôle de médiateur de la paix. En effet, un médiateur de paix est un rôle qui convient à la seule nation de l’histoire de l’humanité qui est devenue une puissance mondiale par des moyens relativement pacifiques, sans s’engager dans des guerres ni commettre de violence gratuite.

C’est peut-être dans ce rôle de pacificateur que la Chine pourra mettre fin au conflit prolongé entre Israël, d’une part, et la Palestine et d’autres États arabes, d’autre part. C’est peut-être ainsi que les Palestiniens pourront exercer leur droit à l’autodétermination et retrouver leur dignité en tant que nation – ce qui n’a jamais été possible tant que la région était sous l’hégémonie américaine.

C’est pourquoi le rôle de la Chine dans le rétablissement des relations saoudo-iraniennes pourrait bien être le signe avant-coureur d’une nouvelle aube en Asie occidentale et d’une nouvelle ère dans les relations internationales.

Une version antérieure de cet article est parue dans China Focus le 30 mars 2023.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/04/04/278423/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire