REI est la dernière entreprise “progressiste” à essayer de faire tomber le syndicat de ses employés

0
99

Une entreprise qui se présente comme « progressiste » n’est toujours qu’une entreprise, principalement soucieuse de faire du profit, peu importe à quel point les commentateurs se disputent sur le « capital éveillé » ou quelle que soit la terminologie du moment. Si vous ne le croyez pas, regardez simplement comment ces entreprises réagissent lorsque leurs travailleurs se syndiquent.

Le dernier cas en date est REI, un détaillant d’équipements et de vêtements de plein air avec 168 magasins employant quinze mille personnes à travers les États-Unis. Le 21 janvier, les travailleurs de l’un de ces magasins, à Manhattan, ont déposé une demande d’élection syndicale auprès du National Labor Relations Board (NLRB). L’unité de négociation comprend 116 employés et s’organise avec le Retail, Wholesale and Department Store Union, connu récemment pour sa campagne à l’entrepôt d’Amazon à Bessemer, en Alabama.

Comme Graham Gale, un travailleur impliqué dans l’effort syndical, l’a déclaré dans une déclaration sur l’effort, la syndicalisation est une réponse à “un changement tangible dans la culture au travail qui ne semble pas s’aligner sur les valeurs qui ont amené la plupart d’entre nous ici”. .”

REI est fier de son image progressiste. «Être une coopérative appartenant à des membres nous permet de nous concentrer sur des valeurs partagées, et non sur la valeur partagée», lit-on sur le site Web de l’entreprise, qui se vante que «plus de 70% de nos bénéfices annuels sont réinvestis dans la communauté du plein air par le biais de dividendes aux membres REI, intéressement et retraite des employés, et investissements dans des associations à but non lucratif dédiées au plein air.

REI est une coopérative de consommateurs, pour être clair, et non une coopérative détenue par des travailleurs : les clients peuvent acheter des adhésions à vie pour 20 $ pour devenir des consommateurs-propriétaires. Répondre à la dynamique syndicale dans un e-mail apparemment envoyé à tous les employés de REI – une erreur directe surprenante, étant donné que nombre de ces travailleurs n’auraient autrement pas été au courant de la campagne syndicale à Manhattan – REI s’est fortement appuyé sur son modèle coopératif pour s’opposer au syndicat.

“Chez REI, nous ancrons tout ce que nous faisons dans la manière coopérative”, lit-on dans l’e-mail du PDG Eric Artz. Étant donné qu’Artz a reçu un peu moins de 2 millions de dollars en compensation en 2020, il ne veut certainement pas dire tout; le salaire de départ pour les emplois d’entrée de gamme chez REI semble osciller autour de 15 $ de l’heure.

«Nous partons toujours d’un lieu de respect, c’est pourquoi je veux être clair avec vous sur la position de la coopérative: nous ne croyons pas que placer un syndicat entre la coopérative et ses employés soit nécessaire ou bénéfique», le courriel continue. En tant que lecteurs de jacobin sont sans doute conscients maintenant, conjurer “le syndicat” comme un tiers s’immisçant dans une famille autrement heureuse fait partie du scénario antisyndical standard, peu importe le nombre de fois où Artz mentionne la coopérative d’acheteurs.

La saga de REI n’est que la dernière entrée dans une histoire colorée d’entreprises de marque progressistes s’opposant aux efforts syndicaux de leurs employés. L’un des cas les plus flagrants, poussant l’hypocrisie dans le domaine de l’absurdité, était No Evil Foods, une entreprise végétalienne de marque socialiste qui vend des produits avec des noms comme “Comrade Cluck” (un produit végétalien à base de poulet) et “El Zapatista” ( un produit végétalien à base de chorizo). Lorsque les travailleurs de l’usine No Evil’s d’Asheville, en Caroline du Nord, se sont syndiqués, l’entreprise les a brutalement réprimés, licenciant finalement tous les travailleurs du site, mais pas avant de licencier plusieurs des organisateurs.

Bien que la distance entre l’image de marque de No Evil et ses pratiques soit comiquement grande, il ne s’agit que d’un cas extrême de la norme. Starbucks s’est présenté depuis sa fondation comme socialement progressiste, ce qui ne l’a pas empêché de mener une guerre (toujours en cours) contre ses travailleurs qui sont au milieu d’une campagne syndicale fougueuse qui se propage de magasin en magasin à une vitesse vertigineuse. Chipotle, aussi, que j’admets avoir autrefois qualifiée d’« entreprise criminelle » pour ses mauvais traitements systématiques envers les travailleurs mal payés sur lesquels elle s’appuie, inclut dans ses valeurs déclarées « cultiver un monde meilleur » et « traiter correctement notre peuple ».

En plus de déposer une demande d’élection au NLRB, les travailleurs du REI ont demandé une reconnaissance volontaire. A en juger par l’e-mail d’Artz, ce n’est pas à venir. Cependant, de nombreux consommateurs-propriétaires de REI ajoutent à la pression en envoyant un e-mail à l’entreprise pour exprimer leur opposition à l’action antisyndicale de REI. Si vous êtes l’un de ces « propriétaires », vous pouvez contacter le conseil d’administration du REI ici.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire