Rencontrez les socialistes philippins qui contestent le régime de droite de Rodrigo Duterte

0
95

Il y a six ans, j’ai fait la seule démission enregistrée sur une question de principe dans l’histoire du Congrès philippin, en raison de différends irréconciliables avec l’administration Benigno Aquino III soutenue par le parti auquel j’appartenais alors, Akbayan. J’ai démissionné pour protester contre la tolérance de l’administration envers la corruption dans ses rangs malgré une promesse de la combattre, le refus du président Aquino d’assumer la responsabilité de la perte de vies humaines dans la tragédie de Mamasapano et sa conclusion d’un nouvel accord militaire avec les États-Unis .

En 2016, j’ai placé ma candidature au Sénat loin derrière la priorité écrasante d’assister 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à une femme qui mourait d’un cancer. Bien que je me sois concentré à essayer, sans succès, de garder un partenaire bien-aimé en vie et de me retirer dans la vie universitaire, je ne me suis pas désengagé politiquement au cours des années suivantes. J’ai estimé, cependant, que mon temps pourrait être mieux utilisé en tant qu’activiste de la société civile poussant le gouvernement à adopter des politiques positives en dehors de l’arène électorale.

Avant même que Rodrigo Duterte n’arrive au pouvoir, j’ai dit au Chercheur du quotidien philippin qu’il serait “un autre [Ferdinand] Marcos. En 2017, j’ai aidé à réunir une coalition d’organisations et d’individus, Laban ng Masa, qui offrirait une alternative véritablement progressiste et socialiste au système politique actuel. Au cours des cinq dernières années, j’ai publié de nombreux articles locaux et mondiaux, analysant et documentant les atrocités perpétrées par l’administration Duterte et ses transgressions de la démocratie.

Je suis devenu un participant actif du mouvement Libérez Leila de Lima pour rendre justice à l’une des victimes les plus vilipendées de la machine à mensonges de Duterte. En raison de ces activités, l’agence de presse philippine de Duterte m’a qualifié de “l’un des plus fervents critiques de l’administration”. Destinés à me discréditer, je porte ces mots comme un insigne d’honneur.

À l’approche des élections de 2022, j’ai été invité à me présenter à la présidence. J’ai cependant refusé, en raison de mon désir de passer mes années restantes dans le travail universitaire et de ma conviction que le rôle pourrait être mieux rempli par quelqu’un de beaucoup plus jeune et plus vigoureux. Mes espoirs se sont réalisés lorsque l’éminente dirigeante syndicale Leody de Guzman a cédé à la pression populaire pour se présenter, avec l’approbation enthousiaste de Laban ng Masa, des syndicats et d’autres groupes.

Au cours de la troisième semaine de septembre 2021, j’ai quitté le pays pour remplir mon engagement annuel d’enseigner pendant deux mois dans l’une des universités les plus progressistes des États-Unis, l’Université d’État de New York à Binghamton. Pendant que j’enseignais là-bas, j’ai vu avec une inquiétude croissante Bongbong Marcos, fils du défunt dictateur, déposer sa candidature à la présidence et le proche allié de Duterte, Bong Go, déposer la sienne pour le concours de la vice-présidence.

Depuis que Bong Go est l’esclave toujours fidèle de Duterte, le sombre dessein est devenu plus clair : le clan Marcos a uni son ambition implacable de reconquérir le pays à la propre détermination de Duterte de protéger sa dynastie et d’échapper à la punition pour avoir coûté la vie à plus de 20 000 Philippins. Ces développements m’ont convaincu que le pays fait face à son moment le plus périlleux des trente-six dernières années : le possible retour d’une autocratie de Marcos soutenue par le pouvoir enraciné de Duterte dans la police, l’armée et la bureaucratie.

C’est pour empêcher le triomphe électoral de cet axe du mal que j’ai accepté le projet de me présenter comme vice-président de Leody de Guzman sous la bannière à la fois de Laban ng Masa et du Partido Lakas ng Masa. Lorsque le pays est en péril, on ne peut pas se limiter à enseigner, écrire des livres ou profiter des repas avec une réduction de 20 % pour les seniors.

Les candidats actuels à la présidence n’ont ni la capacité ni la volonté de vaincre cet axe du mal. Manny Pacquiao, Panfilo Lacson et Isko Moreno sont trop liés à leurs alliances et amitiés antérieures avec Duterte pour avoir l’autorité morale ou la crédibilité nécessaires pour assumer cette tâche. Ils ne connaissent que la politique du compromis, pas la politique de la résistance.

L’intégrité personnelle de Leni Robredo est incontestable et elle est vraiment opposée à Marcos et Duterte. Cependant, sa liste de candidats au Sénat est bourrée d’opportunistes égoïstes. Cela montre qu’elle doit encore se libérer de son cordon sanitaire de conseillers, empêtrés dans l’ancienne marque discréditée de politique de réforme transactionnelle à laquelle les gens ont donné le terme dédaigneux contre.

Mon alliance avec Leody n’est pas simplement ancrée dans l’opposition à l’axe du mal Marcos-Duterte en faisant appel à la nécessité de préserver la démocratie. Car les gens abandonneront la démocratie et soutiendront ses ennemis comme Marcos et Duterte, si ce à quoi ils sont confrontés dans leur vie quotidienne est une existence des plus antidémocratiques et impuissantes, dans une société où les 1 % les plus riches contrôlent la plupart des terres et des ressources du pays, où la pauvreté engloutit plus de 30 pour cent de la population, où la plupart des agriculteurs ne possèdent pas la terre qu’ils cultivent, où les puissants et les riches peuvent s’en tirer avec n’importe quoi tandis que les pauvres et les impuissants se retrouvent sans rien.

Notre peuple aspire à vivre dans la dignité, mais les coups quotidiens de la pauvreté et l’arrogance de quelques riches et puissants le privent même de cela. Qui peut blâmer ceux qui sont victimes de l’histoire révisionniste qui transforme malicieusement le cauchemar collectif des années Marcos en un supposé « âge d’or » ?

Le billet Laban ng Masa offre le seul programme de transformation sociale bien pensé et complet proposé par l’un des candidats. Personne ne sait ce que Moreno, Pacquiao ou Marcos ont à offrir, sauf tout sous le soleil. En revanche, si Leody et moi gagnions les élections, nous passerions immédiatement à :

  • licencier tout le personnel du groupe de travail inter-agences incompétent et corrompu pour la gestion des maladies infectieuses émergentes et nommer des professionnels de la santé authentiques et intègres pour gagner la bataille contre le COVID-19 ;
  • engager des poursuites judiciaires contre Rodrigo Duterte pour crimes contre l’humanité et coopérer pleinement à l’enquête de la Cour pénale internationale à son encontre ;
  • revitaliser les efforts du gouvernement pour récupérer la richesse volée du clan Marcos et engager des poursuites contre Bongbong Marcos et d’autres membres de la famille Marcos pour leur rôle dans la dissimulation de cette richesse ;
  • imposer les riches jusqu’à 3 pour cent de leur richesse et canaliser le produit dans un programme d’investissement et de redistribution des revenus pour créer une économie dynamique ;
  • instituer une planification économique intelligente et mettre fin aux politiques néolibérales qui ont détruit notre agriculture et notre industrie, reniant nos engagements malavisés envers l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ;
  • éliminer la dette illégitime qui nous est imposée par des débiteurs étrangers oppressifs et mettre fin au surendettement massif qui empêche les dépenses nécessaires en matière de santé, d’éducation et de protection sociale ;
  • étendre massivement le programme de réforme agraire maintenant au point mort pour redistribuer toutes les terres à nos agriculteurs ;
  • mettre fin à la contractualisation, à la généralisation des contrats de travail à court terme qui privent les travailleurs de leurs droits, d’emblée ;
  • éliminer toutes les lois qui restreignent la jouissance de l’égalité des droits par les femmes, la communauté LGBTQ et les peuples autochtones et mener une campagne pour éliminer les préjugés et les coutumes qui reproduisent les croyances et les pratiques discriminatoires ;
  • initier des mesures d’urgence pour faire face aux crises climatique et environnementale.

De plus, nous réduirons au minimum nos relations diplomatiques avec la Chine si Pékin ne met pas fin à ses violations de la souveraineté philippine dans la mer des Philippines occidentales et à son oppression de nos pêcheurs. Quelques minutes après notre entrée en fonction, nous informerons Washington que nous mettons fin à l’accord sur les forces en visite, à l’accord de coopération renforcée en matière de défense et au traité de défense mutuelle.

Pacquiao, Moreno, Marcos et Lacson promettront aux électeurs la lune et le ciel et tout ce qui est agréable. Leody et moi, en revanche, proposons un programme difficile de véritable réforme qui ne peut réussir que si la plupart de notre peuple se rallie derrière lui pour défier les riches et les puissants qui risquent d’y perdre. Ce que nous disons, c’est que si nous sommes élus, la seule façon pour les riches et les puissants de nous empêcher de mettre en œuvre notre programme est de nous tuer.

Nous ne prêchons pas la guerre des classes. Mais nous avertissons les riches et les puissants : « Vous ne pouvez plus continuer à opprimer notre peuple. Nous leur disons : « Vous ne pouvez pas gouverner de la même manière. Si vous ne vous écartez pas, les gens vous écarteront. »

Leody et moi courons non seulement pour empêcher un retour à un passé sordide qui serait provoqué par le triomphe de l’axe du mal Marcos-Duterte. Nous courons également vers un avenir où notre peuple sera vraiment libéré de la pauvreté et des inégalités et uni par la solidarité au lieu d’être divisé entre les puissants et les impuissants.

Certains appellent ce que nous luttons pour le socialisme. Certains disent que c’est la social-démocratie. Appelez cela comme vous voulez, mais ne vous y trompez pas : nous luttons pour une transformation fondamentale de notre société, pour enfin mettre fin aux chaînes de servitude, d’oppression et de honte que les riches et les puissants ont imposées à 90 % de notre peuple.

En bref, nous sommes engagés dans une insurrection électorale pour achever la révolution nationale que des martyrs anticoloniaux comme Gabriela Silang, José Rizal, Andrés Bonifacio et Apolinario Mabini ont commencé et sont morts, laissant la tâche à cette génération de terminer.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire