Résistance minière de l’Alberta à l’Argentine

0
41

À la fin de l’année dernière, au plus fort de la propagation de la variante Omicron, une bataille importante se livrait pour une eau propre et un environnement sain, dont la valeur n’est devenue plus claire qu’au cours des deux dernières années.

À l’une des nombreuses frontières de l’extraction minière dans la province patagonienne de Chubut, en Argentine, les communautés autochtones Mapuche-Tehuelche et les groupes de citoyens ont inondé les rues pendant des jours juste avant Noël 2021.

Une société minière américano-canadienne, Pan American Silver, avait fait pression sur les législateurs pour qu’ils annulent une interdiction de près de 20 ans sur l’extraction de métaux à ciel ouvert et l’utilisation de cyanure dans le traitement des minerais, qui menace les précieux approvisionnements en eau. Lorsque les législateurs ont obligé et zoné pour l’exploitation minière là où la société veut opérer sur le plateau de la province, les gens sont descendus dans la rue par milliers et ont fait face à une violente répression policière.

Mais le peuple l’emporta et réussit en quelques jours à faire abroger la loi de zonage.

Ce n’est qu’un exemple des importantes luttes de première ligne qui se sont battues pour continuer à s’organiser pendant la pandémie malgré les conditions difficiles. Cette histoire et d’autres sont rassemblées dans un nouveau rapport: Pas de sursis pour la vie et le territoire : COVID-19 et résistance à la pandémie minière.

Pas de sursis examine comment les gouvernements et les sociétés minières ont profité des contraintes sociales pendant la pandémie de COVID-19 pour augmenter leurs profits et déclarer l’exploitation minière « essentielle » pour la reprise économique et la transition énergétique.

Ce rapport se concentre sur des études de cas dans neuf pays d’Amérique latine : Mexique, Honduras, Panama, Colombie, Équateur, Pérou, Brésil, Chili et Argentine. Il a été développé par la Coalition Against the Mining Pandemic-Latin America, qui fait partie d’un réseau mondial de groupes de justice environnementale.

Dans presque tous les cas étudiés, les peuples autochtones et les autres communautés touchées par l’exploitation minière ont été confrontés à une répression, une criminalisation, une violence ciblée et une militarisation accrues en réponse à leurs efforts pour protéger l’eau et la terre des impacts à long terme de l’exploitation minière.

Une tendance mondiale à la répression par les sociétés minières

Aux États-Unis, nous connaissons la criminalisation et la répression des mouvements pour la justice environnementale, la justice raciale et les droits des Autochtones à la demande des industries extractives.

Les peuples autochtones qui se battent pour défendre et protéger leurs terres ont été confrontés à une grave répression et à des persécutions légales aux États-Unis, notamment lors des manifestations d’Enbridge Line 3, Line 5 et Standing Rock. Le maintien de l’ordre intense et la militarisation des mouvements ont été accélérés par les soi-disant «lois sur les infrastructures critiques», appliquées par les gouvernements des États. Ces lois confondent les manifestations pacifiques avec des actes de terrorisme intérieur et ont été un outil clé poussé par l’industrie des combustibles fossiles pour étendre les projets d’oléoducs et de gazoducs.

Cela fait écho à une tendance mondiale.

Depuis des années, les organisations internationales documentent les pressions exercées par l’industrie pour contenir la résistance par la répression et la violence. “Les militants du Nord sont confrontés à une criminalisation accrue”, a déclaré Adrien Salazar de la Grassroots Global Justice Alliance à CNN l’année dernière. Pendant ce temps, “les défenseurs de l’environnement dans les pays du Sud sont confrontés à un risque croissant de mort”.

Rien qu’en 2021, la Commission interaméricaine des droits de l’homme a constaté que 147 militants des droits de l’homme avaient été assassinés. Au cours des quatre premiers mois de 2022, 89 autres personnes avaient déjà été assassinées.

La majorité des militants tués étaient des défenseurs des terres, des militants écologistes ou des membres de communautés autochtones. Selon le Programme des défenseurs des droits humains et des libertés civiques, 36 % des attaques contre les défenseurs des droits humains documentées par le centre concernent le secteur extractif.

Ce type de répression coûte finalement aux gens leur santé, leur vie et leur bien-être. En même temps, elle sape les systèmes démocratiques et met en péril notre environnement.

Les sociétés minières colportent de fausses solutions

Pendant la pandémie, les industries extractives ont criminalisé et menacé les défenseurs ou ont plaidé pour plus de répression en se présentant comme importantes pour la reprise économique.

Malgré les menaces que l’exploitation minière des métaux fait peser sur la terre et l’eau, Pas de sursis documente comment cette industrie s’est repositionnée comme “essentielle” tout en bénéficiant d’une hausse des prix du marché de l’or, de l’argent et du cuivre, conduisant certaines sociétés minières à réaliser des bénéfices record.

Au-delà de l’Argentine, cette tendance s’est clairement manifestée ailleurs en Amérique latine grâce à des changements de politique qui ont facilité l’obtention de permis miniers, assoupli la surveillance environnementale et offert des allégements fiscaux. Quelques pays, comme le Panama et l’Équateur, ont décrété des plans spéciaux pour faire de l’exploitation minière un axe central de la relance économique.

Contrairement aux États-Unis, où la répression profite souvent avant tout aux industries des combustibles fossiles, l’Amérique latine a connu une montée de l’extractivisme violent de la part d’entreprises arguant que les minéraux qu’elles exploitent sont nécessaires à la technologie des énergies renouvelables.

À l’échelle mondiale, l’installation d’infrastructures d’énergie renouvelable et la fabrication de véhicules électriques devraient accroître la demande de certains minéraux et métaux, tels que le lithium, le cobalt et le nickel. Cela a conduit à des initiatives dans des pays comme le Pérou et le Mexique faisant de l’extraction du lithium une priorité stratégique pour l’État.

Ces défis soulignent la nécessité d’une transition juste vers les énergies renouvelables qui ne répète pas les mêmes abus de l’industrie extractive. Quel que soit le minerai ou le métal, les communautés de première ligne et autochtones subissent toujours le poids des méfaits de l’extraction minière qui sont rarement traités et qui ont suscité une large résistance.

Le favoritisme de l’État envers l’industrie minière pendant la pandémie a même conduit à la perception qu’il s’agissait d’une crise adaptée à l’industrie minière.

Iván Paillalaf, membre de la communauté Mapuche-Tehuelche de Laguna Fría Chacay Oeste à Chubut, estime que « la crise qui existe actuellement à Chubut… est une crise intentionnelle ; une crise qui a été créée précisément pour essayer d’imposer cette activité afin que les gens ne voient pas d’autre issue que l’exploitation minière.

Cela ne signifie pas que les communautés ont considéré la pandémie elle-même comme un complot, mais plutôt qu’elles ont vu comment les entreprises et les gouvernements profitent des contraintes sociales et économiques qu’elle a créées. Cela a réaffirmé pour eux l’urgence de continuer à défendre leurs communautés et leurs territoires dans ces conditions difficiles.

Résistance héroïque à travers l’hémisphère

Même avec ces obstacles, ces communautés latino-américaines offrent un exemple inspirant de résistance contre des obstacles difficiles. La résistance reste forte à Chubut et dans tout l’hémisphère.

Malgré les ordonnances de confinement qui ont entravé les efforts d’organisation, une initiative populaire visant à étendre l’interdiction de l’exploitation minière à ciel ouvert à Chubut pour inclure les activités d’exploration et de prospection a recueilli le double des signatures requises par la loi pour être prise en considération. Cette initiative a été rejetée sans débat en 2021 avant que le législateur ne tente d’annuler l’interdiction existante. Mais le mouvement en Argentine redouble d’efforts cette année, visant à recueillir 100 000 signatures.

Au Nord comme au Sud, la répression et la violence s’exercent contre ceux qui s’opposent aux industries extractives. Cela fait partie du modèle capitaliste extractif qui permet aux intérêts des entreprises privées de dominer les droits de l’homme, l’autodétermination et la démocratie.

Les cas détaillés dans Pas de sursis démontrer la nécessité d’envisager un avenir au-delà de l’économie extractiviste. En période de pandémie et face à la crise climatique, la lutte pour défendre nos territoires et la santé collective est plus que jamais essentielle.

Cela est apparu pour la première fois sur FPIF.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/22/mining-resistance-from-alberta-to-argentina/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire