Résister au système de la dette – CounterPunch.org

0
278

La première chose à dire est que la Chine, malgré tout le battage médiatique, n’est pas le principal créancier du Sud global. Les créanciers privés comme les fonds d’investissement et les grandes banques détiennent plus de 50 % de la dette souveraine des pays en développement. Les autres détenteurs sont les prédateurs multilatéraux dont la Banque mondiale, le FMI et les puissances impériales traditionnelles du Club de Paris.

La Chine s’est désormais imposée comme un nouveau créancier. Ses banques d’État, ses entreprises publiques et ses entreprises privées ont considérablement augmenté leurs prêts aux pays du Sud, devenant détenteurs d’importants montants de dette souveraine.

Contrairement à la Banque mondiale et au FMI, cependant, la Chine n’impose pas de conditionnalités néolibérales et de programmes d’ajustement structurel. Mais soyons clairs, ce n’est pas de la philanthropie. C’est une nouvelle superpuissance capitaliste en concurrence avec les États-Unis, les puissances européennes et le Japon.

À ce titre, elle utilise ses emprunts pour faire avancer ses intérêts. Il finance des pays pour développer des industries afin d’exporter des matières premières vers la Chine, d’ouvrir leurs marchés aux entreprises chinoises et de garantir leur allégeance géopolitique.

Au milieu de la nouvelle crise de la dette, le FMI et la Banque mondiale ont demandé à la Chine de réduire ses avoirs et de les renégocier. La Chine a répondu en disant qu’elle annulait déjà une partie de sa dette, la restructurait et reportait les paiements. Ils le font pour amener les pays endettés à suivre leurs diktats de politique étrangère.

Par exemple, la Chine a convaincu quinze à vingt pays d’Afrique de renoncer à la reconnaissance de Taïwan et d’obliger Taipei à fermer ses ambassades. En conséquence, il n’y a qu’un seul pays sur le continent qui reconnaît Taiwan comme un pays indépendant.

Dans le même temps, la Chine a révélé l’hypocrisie de la prétention de la Banque mondiale et du FMI à l’annulation de la dette. Il a souligné que si les institutions financières internationales annulent une partie de la dette, elles ne l’abolissent jamais. Il a ainsi traité de bluff les autres puissances et exposé toutes leurs renégociations de dettes comme une mascarade.

La Chine a raison. Prenons l’exemple du Congo. Le FMI et la Banque mondiale ont affirmé avoir arrêté le remboursement de la dette du pays, mais ils mentent. En réalité, ils ont créé un trust dans lequel des puissances impérialistes comme la France, la Belgique et les Pays-Bas déposent des fonds pour le Congo. Le FMI et la Banque mondiale tirent ensuite des fonds de cette fiducie pour rembourser leurs prêts.

La Chine s’est également opposée au déséquilibre des pouvoirs au sein du FMI et de la Banque mondiale. Ils ont souligné que les États-Unis détiennent toujours plus de 15 % des voix, ce qui permet à Washington de contrôler efficacement les deux. En revanche, la Chine, malgré son statut de deuxième économie mondiale, n’en compte que 6 %. Ainsi, il a fait la demande raisonnable pour la redistribution du pouvoir de vote.

Frustrée par le refus de Washington de se conformer à sa demande, la Chine ainsi que le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud ont créé la BRICS Bank, la nouvelle banque de développement. Elle a son siège à Shanghai et sa nouvelle présidente est l’ancienne présidente du Brésil, Dilma Rousseff. La Chine prétend qu’elle est une alternative à la Banque mondiale et au FMI. Ce n’est pas. Il finance exactement le même type de projets extractivistes que le capital occidental a soutenus dans le monde en développement.

Malgré l’ouverture de cette banque multilatérale, le principal moyen utilisé par la Chine pour accorder des prêts aux pays ne passe pas par elle, mais par ses banques d’État, ses entreprises d’État et ses sociétés privées. Pourquoi? Car la Chine sait, tout comme les États-Unis, que si les banques multilatérales sont utiles, le meilleur moyen de contrôler les pays passe par les relations financières bilatérales. Ainsi, les banques et les entreprises chinoises restent au cœur de leurs opérations de prêt internationales.

Il suit la stratégie mise en place par les États-Unis avec le plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale. Washington a accordé des subventions et des prêts aux pays de manière bilatérale pour financer la reconstruction et assurer son influence géopolitique contre l’Union soviétique. La Chine fait de même pour s’assurer l’allégeance des pays du Sud et rivaliser avec les anciennes puissances impérialistes.

S’il faut le souligner, il faut éviter toute diabolisation de la Chine. Ce n’est pas pire que les États-Unis, la France ou la Grande-Bretagne.

Le mouvement d’annulation de la dette est dans une situation difficile. Nous avons été inspirés par l’appel de Castro à l’abolition de la dette et nous avons fait campagne pour cela depuis. Nous avons placé la demande au centre des discussions mondiales, mais nous avons également subi de profonds revers comme la capitulation de Syriza devant la Banque centrale européenne et les institutions financières internationales en 2015.

Au cours de la période de trente ans allant de 1985 à 2015, nous avons vu des vagues massives de lutte, atteignant un point culminant grâce au Mouvement pour la justice mondiale du début des années 2000 à 2008, lorsque l’Équateur sous Rafael Correa a suspendu le remboursement de sa dette. En 2000, nous avons organisé une marche de 30 000 personnes contre la Banque mondiale à Washington et nous avons mobilisé un nombre similaire contre d’autres sommets des institutions financières internationales et des grandes puissances.

Depuis la capitulation de Syriza et le virage à droite de Correa, le mouvement d’annulation a été plus difficile, à quelques exceptions près comme l’Argentine, où des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans la rue contre le FMI. Mais de manière générale, les États rechignent à annuler leur dette et notre mouvement n’a pas su construire une mobilisation populaire à l’échelle du début des années 2000.

Dans le même temps, le CADTM a effectivement élargi notre organisation et nos capacités. Par exemple, une grande coalition mexicaine de plus de vingt organisations vient de s’affilier à nous. Il comprend des syndicalistes ainsi que des zapatistes, des groupes féministes, des organisations paysannes, des ex-maoïstes, des trotskystes et d’autres qui soutiennent de manière critique le soi-disant gouvernement progressiste d’Andrés Manuel López Obrador.

Nous avons une organisation très active dans la colonie américaine de Porto Rico et avons construit un vaste réseau en Afrique du Nord appelé le Réseau nord-africain pour la souveraineté alimentaire. En plus de nos organisations établies de longue date dans les pays francophones d’Afrique de l’Ouest, nous venons d’en ajouter de nouvelles en Afrique de l’Est, en accueillant un groupe au Kenya, un pays anglophone pivot dans la lutte contre la dette.

En conséquence, nous avons maintenant des filiales dans plus de trente pays. En général, les organisations ne sont pas massives, mais elles sont de nature militante et activiste. Et notre site Web reçoit plus de 200 000 millions de visites par mois.

Nous réunissons tous nos affiliés dans un contre-sommet en octobre contre la prochaine assemblée de la Banque mondiale et du FMI à Marrakech, au Maroc. Il sera difficile de s’organiser en raison de la nature répressive de la monarchie qui gouverne le pays. Nous avons là-bas une organisation appelée ATTAC-CADTM Maroc qui accueillera le contre-sommet.

Mais, signe des difficultés auxquelles nous sommes confrontés, ATTAC-CADTM Maroc n’a pas de statut légal et l’un de ses membres a été condamné à six ans de prison pour militantisme et a déjà purgé trois de ces années. Nous prévoyons donc que la monarchie tentera d’interférer avec notre contre-sommet par la manipulation et la répression.

La monarchie a déjà mis en place une fausse organisation de la société civile qui a appelé à un sommet alternatif au FMI et à la Banque mondiale. En réalité, c’est un contre-sommet contre notre contre-sommet.

La fausse organisation de la société civile l’appelle un sommet alternatif pour une raison. Ils ont invité les dirigeants du FMI et de la Banque mondiale à participer à un dialogue. Ils veulent travailler avec les institutions financières internationales, pas les défier. Ainsi, les participants à ce sommet recevront une aide pour y assister et seront accueillis par la monarchie au Maroc.

Malgré cette concurrence, nous pensons réussir à organiser notre contre-sommet, car jusqu’à présent la monarchie rechignait à réprimer les étrangers. Bien sûr, nous nous attendons à ce qu’ils nous créent des problèmes, interférant avec notre capacité à sécuriser les lieux, mais pas à une répression ouverte.

En fait, nous utiliserons le contre-sommet pour aider nos camarades qui ont été réprimés et emprisonnés par la monarchie. Nous allons lancer une campagne pour libérer tous les prisonniers politiques du pays. Nous sommes donc enthousiastes et confiants de lancer un défi à la monarchie, au FMI et à la Banque mondiale.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/07/28/resisting-the-debt-system/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire