Revue | Émeute blanche | rs21

0
147

Riche Belbin passe en revue un roman qui célèbre les luttes antiracistes et antifascistes des années 1970.

Joe Thomas, Émeute blancheArcadia Books, 2023, 400 pages, 10,99 £

Hackney, 1978. La communauté locale se sent menacée à la fois par les attaques fascistes et par la brutalité policière, mais découvre des moyens de riposter. Au milieu de ces « honnêtes flics », Patrick Noble tente d’enquêter sur une mort suspecte, peut-être raciste, tout en luttant contre le racisme et la corruption dans la police, tout en contribuant à la mise en place de réseaux d’informateurs aussi bien d’extrême droite que d’extrême droite. gauche.

En 1983, il le fait autour du célèbre pseudo de Stoke Newington, où Colin Roach vient de mourir (soi-disant par suicide) et qui se trouve à seulement quelques kilomètres du siège du Front national à Excalibur House.

Heureusement, Noble n’est pas le seul personnage central. Il y a aussi Suzy, une photographe de la Ligue anti-nazie, et John, un avocat du Hackney Council (un travail qu’exerçait le père de l’auteur). Entre eux, nous sommes plongés dans un monde grisant de politique, de musique et de violence.

Bien qu’il s’agisse d’un roman, ce qui le rend particulièrement intéressant est le mélange de faits et de fiction. Des événements réels tels que les meurtres d’Altab Ali et de Colin Roach sont centraux, ainsi que les carnavals Rock Against Racism et les démos d’ANL qui occupent une place importante, mais c’est la mort du personnage fictif Shaktar Ali qui constitue le point d’appui autour duquel tout pivote.

Comme le roman précédent de Thomas, Courbéà propos du cuivre notoirement corrompu de Soho, Harry Challenor, Émeute blanche est le fruit d’une recherche très détaillée. Le roman est livré non seulement avec une liste de lectures d’inspirations et de lectures/visualisations supplémentaires, mais aussi des notes page par page détaillant exactement d’où et quand proviennent les citations des vraies personnes contenues dans le livre.

Et ce sont de vraies personnes que de nombreux lecteurs de ce site connaissent – ​​sans surprise puisque deux des ressources clés de Thomas sont celles de Daniel Rachel. Les murs s’effondrent (une histoire orale de Rock Against Racism et Red Wedge) et celle de David Renton Plus jamais. Nous rencontrons donc Red Saunders et le regretté David Widgery de RAR, The Ruts et Paul Weller. Ils se mêlent aux personnages fictifs, dont beaucoup sont d’autres musiciens et militants d’autres causes.

Pour la plupart, cela fonctionne bien, même si les sections avec Margaret Thatcher sont décidément les plus faibles, et parfois le langage des habitants réels apparaît plutôt guindé par rapport à la langue vernaculaire utilisée ailleurs (mais peut-être parce que leurs mots proviennent souvent d’entretiens avec la police). ).

Ces défauts mineurs mis à part, le livre est une lecture rapide et divertissante. Vous êtes ramené aux années 70 et au début des années 80, avec toutes leurs joies et leurs horreurs. De nombreux détails vous sont peut-être familiers, mais ils sont si nombreux qu’il y aura de quoi surprendre presque tout le monde (je ne savais rien des tentatives du Conseil de Hackney pour définancer la police, par exemple).

Ce n’est pas un conte révolutionnaire, avec des flics clés bien trop honnêtes, mais c’est le premier tome d’une trilogie, et j’espère que les magouilles et le prix payé (par d’autres) pour la tromperie policière se développeront dans les prochains volumes.


Le deuxième tome de la trilogie, Menace rougenous emmenant de Live Aid à Broadwater Farm, devrait sortir en version cartonnée le 1er février 2024.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire