Russie contre Ukraine : comment cela se termine-t-il ?

0
243

Le 24 février, Vladimir Poutine a lancé l’armée russe dans ce qu’il a appelé une « opération militaire spéciale », son euphémisme pour une invasion massive de l’Ukraine. Deux semaines plus tard, l’armée russe n’a pas répondu aux attentes, en grande partie grâce au courage et à la ténacité de l’armée ukrainienne.

Les combats pourraient se poursuivre pendant des semaines ou plus, prenant plus de vies en plus des milliers déjà perdus. Le Kremlin a exprimé des exigences maximalistes comme prix d’un cessez-le-feu et n’a pas réagi positivement lorsque Kiev a fait allusion à une certaine volonté de compromis. La question clé : Poutine acceptera-t-il une véritable négociation ou continuera-t-il à poursuivre sa guerre de choix ?

Deux semaines de guerre

Poutine a justifié l’invasion par une foule de mensonges : les habitants du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, avaient “été confrontés à l’humiliation et au génocide ;” La Russie a cherché à « dénazifier l’Ukraine » alors que les néonazis avaient pris le pouvoir à Kiev ; et l’Ukraine était allée “jusqu’à aspirer à acquérir des armes nucléaires”. Le mensonge selon lequel Kiev cherchait des armes nucléaires était particulièrement pernicieux ; dans les années 1990, l’Ukraine a renoncé au troisième plus grand arsenal nucléaire du monde, hérité de l’Union soviétique, en grande partie parce que la Russie s’est engagée à respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine et à ne pas utiliser la force contre elle.

L’armée russe s’est lancée sur le territoire ukrainien à partir de plusieurs directions. Après deux semaines, les forces russes ont progressé dans le sud, occupant Kherson et isolant Marioupol. Cependant, les Russes ont eu plus de difficultés dans le nord. Les Ukrainiens ont repoussé l’effort pour s’emparer rapidement de Kiev et se sont battus avec acharnement pour défendre Tchernihiv et Kharkiv.

Les combats ont fait un lourd tribut humain. Au 9 mars, les Nations Unies estimaient que plus de 500 civils avaient été tués (probablement un vaste sous-dénombrement) et quelque 2,1 millions de réfugiés avaient fui le pays, un nombre qui augmente de jour en jour, d’autant plus que l’armée russe mène des tirs d’artillerie et de roquettes aveugles. attaques contre les grandes villes. La guerre a également coûté à la Russie. Son ministère de la Défense a annoncé le 2 mars que quelque 500 soldats russes avaient été tués au combat. Le 8 mars, le Pentagone estimait, bien qu’avec une « faible confiance », que la guerre avait coûté la vie à 2 000 à 4 000 soldats russes.

Si le Kremlin a été surpris par la sous-performance de son armée et la détermination des Ukrainiens, il a également été surpris par la réaction occidentale. L’OTAN a déployé des milliers de soldats dans les États baltes, en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie. Les États-Unis, l’Union européenne, la Grande-Bretagne, le Canada et d’autres, dont la Suisse, Singapour, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont imposé d’importantes sanctions financières et autres à la Russie, y compris à sa banque centrale. Le rouble s’est effondré et la banque centrale, anticipant la prochaine flambée de l’inflation, a doublé son taux directeur à 20 %. Le 8 mars, le président Joe Biden a annoncé que les États-Unis interdiraient l’importation de pétrole, de gaz naturel et de charbon en provenance de Russie.

Le plus choquant pour le Kremlin a peut-être été les changements en Allemagne, qui ont balayé en une semaine cinq décennies de politique envers la Russie. Berlin a suspendu le gazoduc Nord Stream 2 ; a annulé une politique consistant à ne pas fournir d’armes aux zones de conflit afin d’envoyer des armes à l’Ukraine ; et augmenté considérablement les dépenses de défense. L’Allemagne atteindra l’objectif convenu par l’OTAN de 2 % du produit intérieur brut consacré à la défense dans son prochain budget (par opposition à des années plus tard) et ajoutera une augmentation ponctuelle de 100 milliards d’euros pour les besoins militaires, soit plus du double de ce que le pays a consacré à la défense en 2021.

La guerre avance

Les opérations militaires russes semblent viser à prendre une grande partie ou la totalité de l’Ukraine à l’est d’une ligne allant de Kiev au nord à Odessa sur la mer Noire. Les forces terrestres russes ne sont pas encore entrées dans le tiers ouest du pays. Les unités russes dans le nord semblent se préparer à attaquer Kiev.

Le plan d’opérations de l’armée russe à ce jour a été décrit par un analyste bien informé comme “bizarre” et n’exploitant pas les avantages russes. Cela dit, l’armée russe, avec quelque 125 groupes tactiques de bataillons en Ukraine, a de la masse et du nombre. Si la masse et le nombre déterminent qui gagnera cette guerre, la Russie l’emportera.

Cela soulève la question de l’objectif politique de Poutine. Si les Russes battent l’armée ukrainienne et prennent Kiev, Poutine veut vraisemblablement mettre en place un gouvernement pro-russe. Cependant, le maintien de ce gouvernement nécessiterait presque certainement une occupation par les forces militaires et de sécurité russes. Ils feraient face à une population en colère, nationaliste et, dans de nombreux cas, armée – et qui résisterait. Une telle occupation pourrait s’avérer une lourde charge pour une Russie économiquement affaiblie.

Cependant, les guerres ne se limitent pas aux chiffres. Selon toutes les apparences, les Ukrainiens sont très motivés et déterminés, et le président Volodymyr Zelenskyy s’est imposé comme un véritable chef de guerre inspirant. Pour l’instant, la question de la victoire de la Russie reste un “si”, pas un “quand”. Si les Ukrainiens tiennent bon, l’une des issues pourrait être une impasse, avec des combats continus mais aucune des parties ne pourra déloger l’autre. Si les coûts militaires s’accumulent du côté russe, le Kremlin conserve la possibilité – bien que Poutine ne veuille pas l’exercer – de démissionner et de rentrer chez lui, peut-être en proclamant d’une manière ou d’une autre la victoire.

Un règlement négocié ?

Le 7 mars, le porte-parole du Kremlin a présenté une série d’exigences pour l’arrêt des actions militaires russes : l’Ukraine doit cesser ses opérations militaires, accepter la neutralité et l’inscrire dans sa constitution, accepter que la Crimée fasse partie de la Russie et reconnaître l’indépendance de les soi-disant « républiques populaires » de Donetsk et Lougansk dans le Donbass. Non dit, mais presque certainement sur la liste, il y a un nouveau gouvernement à Kiev et une demande préalable de démilitarisation.

On voit mal le gouvernement Zelenskyy accepter ces exigences, qui ne lui achèteraient peut-être qu’un cessez-le-feu. (Si tel était le cas, de nombreux Ukrainiens pourraient bien continuer le combat.) Pourtant, le 8 mars, Zelenskyy a suggéré qu’il ne pourrait plus faire pression pour l’adhésion à l’OTAN et était ouvert à un “compromis” sur le Donbass. Il a dit qu’il n’accepterait pas les ultimatums et a appelé à un vrai dialogue avec Moscou.

Le Kremlin n’a donné aucune réaction positive aux commentaires de Zelenskyy. Rien n’est venu d’une réunion du 10 mars entre le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en Turquie. Si Moscou manifestait son intérêt pour une véritable négociation avec Kiev, les États-Unis et l’Otan pourraient également renouveler leurs offres de négocier sur des mesures de maîtrise des armements, de réduction des risques et de transparence susceptibles d’apporter une véritable contribution à la sécurité européenne, y compris celle de la Russie. L’Occident pourrait également préciser que, si les forces russes quittaient l’Ukraine, il y aurait un allègement des sanctions (bien que l’Occident puisse conserver certaines sanctions en place pour assurer le suivi de Moscou).

Un effort de règlement pourrait donc suivre trois voies : une négociation entre Kiev et Moscou, une négociation sur des mesures visant à renforcer la sécurité de l’Europe et une discussion sur l’allègement des sanctions. Pourtant, ces pistes ne peuvent aller nulle part sans un changement dans l’approche du Kremlin.

Poutine va-t-il revoir ses objectifs ? Sur son parcours actuel, une «victoire» militaire semblerait impliquer une occupation pendant des années ou des décennies d’une Ukraine hostile et anti-russe, un isolement politique de la majeure partie du monde et des sanctions économiques qui dévasteraient l’économie russe. On pourrait penser qu’il doit y avoir une meilleure option.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire