Rwanda vs Ukraine – CounterPunch.org

0
77

Dans un monde de vastes injustices, on ne peut s’attendre à ce que la politique étrangère d’un gouvernement soit fondée sur des principes ou cohérente. Mais il devrait au moins y avoir une limite à l’hypocrisie.

Le 16 juin, Justin Trudeau s’est entretenu avec le président rwandais Paul Kagame au sujet du Sommet du Commonwealth de cette semaine à Kigali. La moitié de la lecture du gouvernement sur la discussion était consacrée à s’opposer à une invasion étrangère. Il disait : « Les deux dirigeants ont échangé des points de vue sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie et ont noté que l’invasion était contraire aux principes fondamentaux du Commonwealth. Le premier ministre Trudeau a réitéré que l’invasion était un affront aux principes fondamentaux de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’autodétermination et du droit international, et a déclaré qu’il était important que le sommet du Commonwealth offre aux pays membres l’occasion de défendre la démocratie. et dénoncer l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Récemment, des rebelles soutenus par le Rwanda ont déclenché des combats qui ont poussé plus de 170 000 Congolais à fuir leur foyer depuis novembre. Le Rwanda aurait déployé 500 soldats pour aider les rebelles du M23. Selon l’ONU, le M23 prévoit une attaque contre la principale ville orientale de Goma dans les prochains jours. Vendredi, les forces rwandaises ont tué un soldat congolais à la frontière entre les deux pays et le Congo a fermé la frontière.

Soulignant l’hypocrisie de Trudeau discutant de l’invasion étrangère avec Kagame, l’ancienne candidate à la présidence congolaise et employée de longue date de l’ONU, Angèle Makombo, a tweeté : «Sans blague Premier ministre Justin Trudeau, vous avez parlé avec Paul Kagame de « l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie » ? Souhaitez-vous également soulever la question de l’agression du Congo par le Rwanda et de ses conséquences désastreuses sur le peuple congolais et la sous-région africaine des Grands Lacs ? »

Le M23 est une force «parrainée par le Rwanda», a rapporté le Globe et Courrier précédemment. Un rapport de l’ONU de 2012 a conclu que les responsables de Kigali avaient organisé, armé et « coordonné » les activités militaires du M23 dans l’est du Congo, riche en minerais. Le M23 est le successeur de la force rebelle soutenue par le Rwanda dirigée par Laurent Nkunda, qui a pris de l’importance après l’invasion du Rwanda.

En 1996, les forces rwandaises ont marché 1 500 km pour renverser le régime à Kinshasa. Deux ans plus tard, ils ont ré-envahi après que le gouvernement congolais installé ait expulsé les troupes rwandaises. Cela a conduit à une guerre entre huit pays entre 1998 et 2003, qui a fait des millions de morts. Une étude de janvier 2008 de l’International Rescue Committee a imputé au conflit et à son impact déstabilisateur la mort de 5,4 millions de Congolais sur une décennie. En octobre 2010, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a publié un rapport sur le Congo couvrant la période 1993-2003 qui accusait les troupes rwandaises de se livrer à des massacres « qui pourraient être qualifiés de crimes de génocide ».

Outre le chaos qu’il a déclenché au Congo, Kagame supervise une dictature brutale. Les médias d’opposition sont entièrement réprimés et les opposants pourrissent en prison. De hauts responsables et d’autres dissidents qui fuient ont été assassinés à plusieurs reprises dans toute l’Afrique orientale et australe. Il y a un an et demi, le régime a kidnappé son opposant le plus célèbre, Paul Rusesabagina, homonyme du film hollywoodien Hôtels rwandais. Un Belge citoyen et Titulaire de la carte verte américaine, Rusesabagina a été enlevée à Dubaï et transportée par avion Rwanda où il languit en prison.

L’alliance de Trudeau avec Kagame n’est pas nouvelle. En 2018, le dissident rwandais basé à Toronto, David Himbara, a écrit : « la romance entre les deux et entre leurs ministres respectifs s’est épanouie au-delà de toute croyance ». En février 2020, la presse du Premier ministre a publié une photo de lui en train de rire avec le président rwandais. À au moins cinq reprises depuis 2018, Trudeau a été photographié avec Kagame lors de rencontres individuelles en marge de différents sommets internationaux. Lors d’une de ces rencontres, le Premier ministre a « affirmé l’importance de relations bilatérales fortes et croissantes » entre le Canada et le Rwanda. Ottawa a fourni 39 millions de dollars en aide au Rwanda l’année dernière.

Alors que les médias, l’opposition et le gouvernement ont passé une grande partie de la semaine dernière à se plaindre/s’excuser qu’un diplomate canadien de bas niveau assiste à une fonction sociale non pertinente organisée par l’ambassade de Russie, le premier ministre approfondit les liens du Canada avec le dirigeant le plus sanglant d’Afrique.

Pour Trudeau, il semble que seules les invasions de pays européens comptent.

Alors que Kagame renouvelle sa guerre brutale contre le Congo, Trudeau veut nous faire croire que son objectif est de faire respecter le droit international et de s’opposer à l’invasion étrangère.

L’hypocrisie est stupéfiante.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/23/rwanda-vs-ukraine/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire