Sanctions contre la Russie – Vient maintenant le plus dur

0
256

Alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie entre dans la troisième semaine, un vaste réseau de sanctions financières, commerciales et de voyage a été mis en place assez rapidement. Plus a été fait la semaine dernière, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE annonçant des mesures supplémentaires.

Pour les dirigeants des principales démocraties occidentales, le plus dur ne fait que commencer. En termes de politique, la tâche devient la mise en œuvre de nombreuses sanctions qui ont nécessité une nouvelle législation et, dans certains cas, l’établissement de nouvelles structures organisationnelles pour les gérer et les surveiller. En termes de diplomatie publique, l’objectif principal devient de convaincre le public de chaque pays de maintenir le cap sans escalade vers un ensemble plus large d’actions militaires et/ou de transferts d’armes provocateurs. Il est beaucoup trop tôt pour parler de « lassitude des sanctions » à ce stade, mais dans les mois à venir, cela deviendra un problème critique.

Nouvelles mesures américaines, britanniques et européennes

A ce stade de la campagne des sanctions, nous assistons à deux types de décisions. Il s’agirait des changements stratégiques majeurs, qui sont relativement rares, et des paquets de sanctions supplémentaires plus petits ajoutant quelques mesures supplémentaires ou de nouvelles personnes/entreprises sanctionnées à la liste des personnes désignées comme le nouveau paquet de l’UE adopté le 9 mars ou les dernières sanctions contre les oligarques du Royaume-Uni.

Les mesures concernant les ventes d’énergie russes étaient considérées comme complètement hors de propos dans la première phase de la campagne de sanctions, mais cette semaine, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE ont pris des mesures importantes pour réduire les achats d’énergie russes, limitant davantage leurs réserves de devises étrangères partiellement gelées. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont complètement interdit les importations de produits pétroliers russes, ce qui entraîne des complications pour les expéditions déjà en cours et pour le transport maritime mondial en général. S’il ne s’agit pas à proprement parler de sanctions, ces mesures font clairement partie d’une campagne plus large.

L’UE a annoncé en grande pompe ses propres plans accélérés pour stimuler la production d’énergie renouvelable (REPowerEU) et une stratégie d’utilisation de ces sources pour réduire les achats d’énergie russes au fil du temps comme objectif majeur.

Les entreprises occidentales reculent

Le retrait des entreprises occidentales de leurs opérations commerciales basées en Russie s’est accéléré ces derniers jours. En plus de la fermeture des détaillants et des fournisseurs de restauration rapide, les mécanismes financiers occidentaux (cartes de crédit, systèmes de paiement) ont également annoncé la suspension de la plupart de leurs opérations en Russie. Parmi ceux-ci, les principaux étaient Visa, Mastercard et American Express. Les titulaires de cartes émises en Russie peuvent toujours utiliser les cartes dans le pays jusqu’à leur expiration, mais les transactions internationales ont été bloquées. Un certain nombre de vacanciers russes à l’étranger se sont retrouvés piégés sans accès au financement à la suite de ces mesures. Paypal et Xoom ont également suspendu la plupart des opérations impliquant la Russie.

Sanctionner encore plus d’oligarques

Alors que de nombreux jeunes journalistes énergiques ont pour objectif de trouver et d’exposer les actifs cachés de l’oligarque russe tels que l’immobilier et les méga-yachts, la chasse occidentale agressive que le président Biden a mentionnée dans son récent discours sur l’état de l’Union se déroule plutôt lentement. Des pays comme la Turquie et les Émirats arabes unis ont acquis une réputation de refuges temporaires et, le plus souvent, des sociétés écrans créées par des cabinets d’avocats de premier plan dissimulent la propriété d’actifs à un degré suffisant pour que l’obtention des ordonnances de saisie/gel requises soit devenue un défi difficile.

Le Royaume-Uni a été un peu plus agressif ces dernières semaines en partie à cause du ressentiment du public à propos de la fourniture depuis des décennies de services financiers exclusifs à Londres soutenant les oligarques AKA “The London Laundromat”. Le projet de loi britannique sur les crimes économiques, qui entrera en vigueur à la mi-mars, permettrait au gouvernement britannique d’aller plus loin et plus rapidement que jamais dans l’application des sanctions, y compris la possibilité de détourner des contre-poursuites coûteuses pour dommages et intérêts déposées par les avocats des oligarques.

Comme pour démontrer sa nouvelle position plus dure, le Royaume-Uni a annoncé le 10 mars de nouvelles sanctions contre sept oligarques dont Roman Abramovich, Oleg Deripaska et le PDG de Rosneft Igor Sechin. Abramovich, propriétaire du Chelsea Football Club au Royaume-Uni, est considéré comme l’enfant de l’affiche pour plusieurs oligarques russes qui sont désormais profondément empêtrés dans l’économie britannique.

Les sanctions aériennes et la question des locations d’avions

Le jeu de ping-pong de l’aviation mondiale impliquant des compagnies aériennes desservant toujours la Russie a dominé l’actualité récente, ainsi que la suspension des vols par la grande majorité des transporteurs occidentaux. Aeroflot a annoncé une suspension temporaire de ses vols internationaux à partir du 8 mars, sa filiale budgétaire Pobeda emboîtant le pas. Les vols d’Aeroflot continuent vers la Biélorussie.

Il a été conseillé aux Russes arrêtés à l’étranger d’organiser des vols de retour en transit via des pays qui n’avaient pas encore adhéré aux sanctions, tels que l’Azerbaïdjan, l’Arménie, le Kazakhstan, le Qatar, les Émirats arabes unis, la Turquie et la Serbie.

Un autre problème émergent lié aux sanctions concerne les centaines (plus de 500) d’avions modernes occidentaux actuellement loués par des entreprises russes. Sous les sanctions occidentales, la plupart des contrats de location devaient expirer d’ici le 28 mars, ce qui a incité certaines sociétés de crédit-bail à prendre immédiatement possession de leurs avions en dehors de la Russie. Moscou a préparé une législation interdisant à ses entreprises de restituer l’avion si les baux sont résiliés. Cela a produit une formule pendant des années voire des décennies de manœuvres juridiques ainsi que des faillites potentielles des assureurs occidentaux si les avions ne sont pas restitués.

Conseils sur les nouvelles sanctions de Kiev

Pendant ce temps, Kiril Shevchenko, gouverneur de la Banque nationale d’Ukraine, a suggéré dans une interview à la BBC que les fonds russes gelés à l’étranger soient utilisés pour les réparations de guerre et la reconstruction post-conflit. Il a également lancé une liste de sept nouvelles sanctions possibles qui, selon lui, augmenteraient la pression économique sur Moscou, notamment :

–Expulsion de la banque centrale de Russie de la Banque des règlements internationaux (BRI), le groupement des banques centrales ;

– Suspension de la Russie et de la Biélorussie des réunions du FMI et blocage de leur accès aux actifs émis par le FMI nommés droits de tirage spéciaux, « car ces fonds peuvent être utilisés pour financer une action militaire contre notre pays » ;

–Les États-Unis et l’UE devraient ordonner à leurs banques de rompre les relations de correspondant avec les banques russes ;

–Les plates-formes de données commerciales et financières Refinitiv et Bloomberg devraient mettre fin à l’accès des clients russes et biélorusses ;

– L’opérateur international de transfert d’argent Western Union devrait cesser les livraisons d’espèces aux banques russes et biélorusses ;

–L’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, la Turquie et le Vietnam devraient prendre des mesures pour suspendre les opérations du système de paiement russe Mir ;

–Le système chinois de paiement par carte UnionPay (similaire à Mastercard et Visa) devrait cesser de gérer les cartes de paiement émises par les banques russes.

La réponse du Kremlin

Le 10 mars, la Russie a annoncé qu’elle interdisait les exportations d’équipements médicaux, de télécommunications, de véhicules, agricoles et électriques, ainsi que certains produits forestiers tels que le bois. En dehors des importations, la participation de la Russie au commerce mondial des produits de haute technologie est insignifiante et l’impact de cette interdiction sera très limité. L’interdiction d’exportation russe n’est pas universelle. Environ 48 pays seront touchés, dont les États-Unis et l’UE. Des exonérations à l’exportation peuvent être autorisées pour les régions sécessionnistes géorgiennes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie et pour les membres de l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie.

Comme en réponse au Kremlin, les États-Unis et l’UE ont annoncé le 11 mars qu’ils prendraient collectivement des mesures pour retirer à la Russie son statut commercial de « nation la plus favorisée » (tarif relativement bas), ouvrant la voie à des augmentations tarifaires importantes sur le peu d’exportations. La Russie pourrait encore autoriser l’accès aux marchés occidentaux. Et donc l’étau économique se resserre.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire