Sefcovic affirme que l’UE est unie derrière l’Irlande du Nord

0
52

Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, a déclaré le 13 octobre que le gouvernement britannique devrait s’engager sérieusement avec l’Union européenne sur le paquet d’opportunités améliorées du bloc. “Avec ces propositions, je pense que nous pourrions être dans la dernière ligne droite en ce qui concerne le Protocole”, a-t-il déclaré.

“Aujourd’hui, la Commission européenne a proposé un ensemble solide de solutions créatives et pratiques, conçues pour aider l’Irlande du Nord à faire face aux conséquences du Brexit, tout en bénéficiant davantage du protocole Irlande/Irlande du Nord”, a déclaré Sefcovic. « Si je devais étiqueter ces solutions proposées, je les qualifierais de « paquet d’opportunités améliorées ». C’est en fait notre objectif principal », a-t-il ajouté.

Le vice-président a souligné que l’UE a un engagement indéfectible envers le peuple d’Irlande du Nord – et pour cette raison, envers la mise en œuvre du protocole, qui offre les avantages uniques d’un double accès aux marchés britannique et européen.

“En fin de compte, notre priorité numéro un reste de garantir que les gains durement gagnés de l’accord du Vendredi saint (Belfast) – la paix et la stabilité – sont protégés, tout en évitant une frontière dure sur l’île d’Irlande et en maintenant l’intégrité de l’Union européenne unique. Marché. Avant de vous expliquer les détails, permettez-moi de souligner que le paquet d’aujourd’hui a le potentiel de faire une différence réelle et tangible sur le terrain », a-t-il déclaré.

« La raison pour laquelle je suis si confiant est simple. Nous avons écouté, engagé et entendu les parties prenantes nord-irlandaises – des dirigeants politiques aux entreprises et à un échantillon représentatif de la société civile. Les solutions que nous proposons sont une réponse directe et authentique aux préoccupations qu’ils ont soulevées. Nous avons consacré beaucoup de travail à ce paquet, exploré tous les angles possibles du protocole et, parfois, sommes allés au-delà du droit actuel de l’UE », a déclaré Sefcovic.

« En effet, nous proposons un modèle alternatif pour la mise en œuvre du Protocole. D’une part, le flux de marchandises entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord sera facilité pour les marchandises qui doivent rester en Irlande du Nord », a-t-il déclaré, ajoutant que d’autre part, des garanties solides et des mécanismes de surveillance devraient être mis en place pour rendre sûr qu’ils restent en Irlande du Nord.

« Passons maintenant à notre première proposition : sur les médicaments. Vous vous souviendrez peut-être que lors de ma visite à Belfast en septembre, j’ai déclaré que pour ma part, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour garantir l’approvisionnement ininterrompu et à long terme de médicaments de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Et en effet, nous avons complètement bouleversé nos règles pour trouver une solution solide à un défi exceptionnel. Cela implique que l’UE modifie ses propres règles sur les médicaments », a-t-il déclaré.

Dans la pratique, les grossistes britanniques de médicaments pourront continuer à approvisionner l’Irlande du Nord à partir de leur emplacement actuel en Grande-Bretagne, a déclaré Sefcovic, ajoutant qu’ils n’auront pas besoin de déplacer les infrastructures, y compris les installations de test, ou les fonctions réglementaires en Irlande du Nord ou dans l’Union européenne. .

Il a expliqué que cela signifie, par exemple, que la Grande-Bretagne peut continuer à jouer le rôle de plaque tournante pour l’approvisionnement en médicaments génériques pour l’Irlande du Nord, même s’il s’agit désormais d’un pays tiers. « Nous sommes prêts à présenter une proposition législative à cette fin », a-t-il déclaré.

« Passons à la deuxième partie de notre paquet : le domaine de la santé publique, végétale et animale et le mouvement des produits sanitaires et phytosanitaires de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Nous parlons d’une gamme importante de produits de vente au détail qui seraient destinés à la vente aux consommateurs finaux uniquement en Irlande du Nord. Ceux-ci bénéficieraient à la fois d’une certification simplifiée et d’une réduction d’environ 80 % des vérifications et contrôles requis aujourd’hui », a déclaré Sefcovic.

« Laissez-moi illustrer ce que cela signifie : imaginez que vous êtes une entreprise nord-irlandaise qui importe des produits d’origine animale, comme du yaourt, du fromage ou des poulets, de Grande-Bretagne. Plus de 80 % des contrôles d’identité et physiques auparavant requis seront désormais supprimés. Cela facilitera considérablement le processus d’approvisionnement en nourriture de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord », a expliqué le vice-président.

« De même, un camion transportant différents produits alimentaires, comme des produits laitiers, de la viande, du poisson, des fruits et des légumes, de la Grande-Bretagne aux supermarchés d’Irlande du Nord n’aura désormais besoin que d’un seul certificat attestant que toutes les marchandises de différents types, classes ou descriptions répondent aux exigences de Législation de l’UE. Donc, si vous transportez une centaine de produits alimentaires différents, un seul certificat est nécessaire au lieu d’une centaine », a déclaré Sefcovic.

Il a toutefois noté que pour que tout cela fonctionne dans la pratique, le gouvernement britannique doit faire sa part – par exemple, en veillant à ce que les postes de contrôle frontaliers permanents soient opérationnels, comme convenu il y a longtemps. « Nous avons également besoin de garanties spécifiques en place, comme des étiquettes claires et la capacité de surveiller chaque maillon de la chaîne d’approvisionnement. Nous faisons preuve d’une grande flexibilité, mais les contrôles restants doivent être effectués correctement – je pense, c’est compréhensible – pour protéger l’intégrité de notre marché unique européen. Nous sommes également ambitieux dans la troisième partie de notre paquet, concernant le domaine douanier », a-t-il déclaré.

« Ici, nous proposons d’étendre le champ d’application du régime existant sur les « marchandises non menacées » d’entrer dans le marché unique de l’UE à un groupe plus large d’entreprises et de produits. Par exemple, davantage de petites et moyennes entreprises pourraient bénéficier de ce régime, tandis que les marchandises couvertes par ce régime sont exemptes de droits de douane car elles restent en Irlande du Nord », a déclaré Sefcovic.

« Nous proposons également de réduire de moitié les formalités et démarches douanières aujourd’hui requises pour ces marchandises. Par exemple, un concessionnaire automobile nord-irlandais qui commande des pièces automobiles en Grande-Bretagne n’aura besoin de fournir que des informations de base aux autorités douanières, telles que la valeur facturée des pièces automobiles et les parties à la transaction. Encore une fois, jusqu’à 50 pour cent des formalités actuelles seront supprimées. Cela est possible si les bonnes garanties sont mises en place, allant de l’accès en temps réel aux bases de données à une meilleure surveillance du marché, en passant par une clause de résiliation », a expliqué le vice-président.

Combiné aux solutions proposées par l’UE dans le domaine des règles sanitaires et phytosanitaires, cela créera un type de “voie express”, facilitant considérablement la circulation des marchandises de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord, a déclaré Sefcovic.

Enfin, en réponse à une demande claire et forte sur le terrain, l’UE propose des moyens de renforcer la participation des autorités et des parties prenantes d’Irlande du Nord à la mise en œuvre du protocole, tout en respectant pleinement l’ordre constitutionnel britannique. « Les solutions que nous proposons visent à améliorer l’échange d’informations en établissant des dialogues structurés entre les différentes parties prenantes et la Commission européenne », a déclaré Sefcovic, ajoutant que « les parties prenantes nord-irlandaises seraient également invitées à assister à certaines réunions des comités spécialisés. Et nous visons également à créer un lien plus fort entre l’Assemblée d’Irlande du Nord et l’Assemblée du partenariat parlementaire UE-Royaume-Uni ».

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici