Shireen Abu Akleh, un mois plus tard : « Les jours ne se sont pas écoulés » | Conflit israélo-palestinien

0
50

L’image du corps sans vie de Shireen Abu Akleh allongé face contre terre n’a pas quitté l’esprit du caméraman Majdi Bannoura.

Bannoura n’était qu’à quelques mètres quand Abu Akleh a été tué par les forces israéliennes à Jénine il y a un mois, le 11 mai. En tant que caméraman, et aussi difficile que cela soit, il savait qu’il devait filmer ce dont il était témoin.

Un mois plus tard, Bannoura, qui travaille pour Al Jazeera et a eu une relation professionnelle et personnelle de 24 ans avec Abu Akleh, est toujours en état de choc.

« Nous n’arrivons toujours pas à croire qu’elle est partie, que nous ne l’avons pas vue depuis un mois. Nous entrons dans le bureau en espérant entendre sa voix », a-t-il déclaré.

Le meurtre du correspondant palestinien vétéran de 51 ans pour la télévision arabe Al Jazeera a provoqué une onde de choc dans le monde entier.

Abu Akleh, qui possédait également la nationalité américaine, a reçu une balle dans la tête alors qu’il couvrait un raid de l’armée israélienne sur le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, alors qu’il portait un gilet de presse et un casque clairement identifiés.

Al Jazeera a décrit la mort d’Abu Akleh comme un “meurtre flagrant” et a déclaré qu’elle avait été “assassinée de sang-froid”. Le réseau a chargé une équipe juridique de renvoyer son meurtre à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

“Bien plus qu’un collègue”

Abu Akleh a rejoint Al Jazeera Arabic en même temps que Bannoura, en août 1997, un an après le lancement du réseau. À l’époque, Bannoura a filmé sa toute première apparition devant la caméra avec la chaîne à Jérusalem.

Il l’a également filmée pour la dernière fois, lorsqu’elle est passée de journaliste à l’histoire elle-même.

En entendant la première balle, Bannoura a commencé à enregistrer. Il a vu que son collègue, Ali al-Samoudi (qui a maintenant récupéré), avait été abattu.

“Ali était blessé et j’ai commencé à le filmer, je n’ai pas vu Shireen et je n’étais pas conscient de l’ampleur de la tragédie dans laquelle nous étions”, se souvient-il.

“Quand j’ai tourné la caméra vers Shireen, je l’ai vue allongée sur le sol. J’ai voulu traverser la rue, mais on nous a tiré dessus à balles réelles. J’ai réalisé que la situation était très dangereuse – que si je sortais, j’allais me faire tirer dessus », a déclaré Bannoura.

“Je n’étais pas en train de traiter ce qui se passait, j’ai pris la décision en quelques secondes de continuer à filmer.”

https://www.youtube.com/watch?v=tc3c8dx4emw

Bannoura a gardé les yeux sur le corps de Shireen pendant qu’il filmait, espérant qu’il verrait un signe de vie, mais en vain. Au moment où elle a été traînée et emmenée à l’hôpital, elle était déjà morte.

La perdre, a déclaré Bannoura, a eu un effet difficile et durable sur sa vie.

“Shireen était bien plus qu’une collègue, elle était une amie pour tout le monde, nous avions une relation à vie au-delà du travail”, a-t-il déclaré entre les larmes.

« Elle viendrait, elle connaissait mes enfants. Nous passions plus de temps ensemble que nous n’en passerions chez nous. Ça ne va pas devenir plus facile, qu’un mois ou deux mois, ou un an ou deux ans, passent.

‘Un honneur’

Alors que le meurtre d’Abu Akleh continuera de faire la une des journaux alors que les appels à la justice et à la responsabilité persistent, ceux qui étaient à côté d’elle sur les lieux revivent encore le traumatisme et l’horreur de l’événement.

La journaliste locale Mujahed al-Saadi se tenait à côté d’Abu Akleh lorsqu’elle a été abattue. Il dit qu’il sent que le temps s’est arrêté.

Un manifestant tient une photo de la journaliste d’Al Jazeera tuée Shireen Abu Akleh le 15 mai dans le quartier de Bay Ridge du quartier de Brooklyn à New York en mai [Alex Kent/Getty Images]

« Les jours ne sont pas passés. Je me réveille la nuit à l’image des derniers instants de Shireen, ça reste dans mon esprit », a déclaré al-Saadi à Al Jazeera.

Bien qu’il soit lui-même dans la ligne de tir directe, al-Saadi aurait souhaité pouvoir faire plus pour Abu Akleh.

« Je me sens parfois coupable de ne pas avoir pu protéger Shireen, moi, un fils de la région. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit martyrisée – je pensais que je serais celle qui mourrait car j’étais devant elle, plus proche des soldats », a déclaré al-Saadi.

“Je suis devenu fou parce que je sentais que les balles m’étaient destinées”, a-t-il ajouté.

Abu Akleh a souvent dirigé ses émissions de télévision en direct depuis le toit de la maison d’al-Saadi, et il l’a accompagnée sur le terrain à de nombreuses reprises, en particulier dans le camp.

Le père de deux enfants a déclaré que travailler avec elle – après avoir grandi en la regardant à la télévision – était un « honneur ».

“Beaucoup de gens rêvaient d’avoir simplement la chance de lui parler, et encore moins de travailler avec elle”, a déclaré al-Saadi, notant sa couverture de l’invasion à grande échelle par Israël en 2002 du camp de réfugiés de Jénine où il vivait.

“Ce qui m’a le plus choqué quand j’ai commencé à travailler avec elle, c’est sa modestie, malgré sa notoriété. Elle était patriote. Elle était aimée des gens. »

Le cortège funèbre d’Abou Akleh s’est étendu sur trois jours, de Jénine à Jérusalem – l’un des plus longs cortèges de l’histoire palestinienne – et comprenait Naplouse et Ramallah. Cela, a déclaré al-Saadi, était révélateur du respect pour elle parmi les Palestiniens ordinaires qui ont envahi les rues pour lui dire adieu.

Pour al-Saadi et Bannoura, les chances de justice pour Abu Akleh semblent minces en raison de la réalité de l’impunité endémique d’Israël.

“Nous n’avons jamais vu de justice – d’aucune partie ou cour internationale. Même si nous sommes des journalistes, nous sommes des Palestiniens en fin de compte », a déclaré Bannoura, ajoutant que tout Palestinien est susceptible d’être pris pour cible.

“Nous espérons que le cas de Shireen sera le moment qui changera les choses pour aller de l’avant.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/11/shireen-abu-akleh-one-month-on-the-days-have-not-passed-2

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire