Somnambulisme dans les cauchemars climatiques – CounterPunch.org

0
55

Comment quelqu’un peut-il dormir la nuit ? Mon premier cauchemar sur la crise environnementale s’est produit en 1990. J’avais huit ans. Des pluies acides y tombaient du ciel, brûlant la peau des humains et trouant les feuilles des arbres. De chaque côté d’une longue rue gris cendré, des panaches de smog s’échappaient des cheminées. Je courais, à la recherche d’un refuge contre les déchets toxiques. Nulle part n’était sûr.

Nous sommes en 2022. J’aurai 40 ans cet été et mes mauvais rêves ne sont rien comparés à la réalité. La crise climatique s’effondre en cascades de catastrophes – incendies de forêt, inondations torrentielles, mauvaises récoltes, ouragans féroces, dômes de chaleur… de quoi faire des cauchemars.

Et pendant que je lutte contre la peur existentielle et l’insomnie horrifiée, nos dirigeants politiques dorment au volant. Ils rêvent d’élections de mi-mandat, du statu quo, d’une nouvelle guerre, et espèrent refiler la responsabilité du traitement du besoin non négociable d’une transition rapide loin des combustibles fossiles.

Nous manquons de temps.

Quand j’étais adolescent, le film épique Titanesque parcouru les salles de cinéma. Leonardo DiCaprio a joué le rôle d’un artiste condamné mais beau de la classe inférieure nommé Jack qui est tombé amoureux d’une femme de la classe supérieure jouée par Kate Winslet. Le navire a heurté l’iceberg. Le groupe a continué à jouer. Les pauvres se sont noyés en masse. Les riches ont jeté les enfants hors des canots de sauvetage pour assurer leur propre sécurité. C’était le symbole épique de notre temps, un puissant augure métaphorique.

Il faudrait 22 ans à DiCaprio pour trouver une image plus à propos. Dans Ne lève pas les yeux, il joue le rôle d’un scientifique paniqué avertissant d’une collision inévitable avec un astéroïde massif provoquant l’extinction. Dans ce film, il ne survit pas non plus.

En 2003, Drew Dellinger a écrit ces lignes obsédantes :

Il est 3h23 du matin

et je suis réveillé

parce que mes arrière-arrière-petits-enfants

ne me laisse pas dormir

mes arrière arrière petits-enfants

demande-moi dans les rêves

qu’avez-vous fait pendant que la planète était pillée ?

qu’avez-vous fait quand la terre s’est effondrée?

Le poème poursuit en demandant : qu’avez-vous fait, une fois que vous avez su?

Certains d’entre nous ne peuvent pas dormir. Nous savons que c’est la onzième heure. Nous savons que nous sommes 100 secondes avant minuit sur l’horloge de la fin du monde. Nous savons que les dettes écologiques accumulées par nos parents et grands-parents arrivent à échéance. Nous savons que l’avenir est de plus en plus incertain avec chaque minute, chaque seconde passée à cracher plus de combustibles fossiles dans l’atmosphère.

Nous ne peut pas dormir… et nous devons utiliser notre insomnie pour réveiller ceux qui somnolent dans le déni. Dans les couloirs du pouvoir et les salles de conférence des entreprises, à Wall Street et dans les conseils d’administration, nous avons besoin d’eux pour nous réveiller et nous sortir de cette trajectoire de collision dévastatrice avec des icebergs proverbiaux qui fondent et s’effondrent en morceaux de la taille d’un gratte-ciel.

Toute ma vie, j’ai fait des cauchemars sur les réalités que nous vivons maintenant. Les poètes et les conteurs travaillent dur, criant pour la santé mentale et une transition rapide. Les militants se mobilisent et font monter la pression dans la rue alors que la crise climatique s’intensifie. Les écoliers sortent de l’école, exigeant que nous agissions. Il est temps que les riches et les puissants fassent leur part. Nous n’avons pas une autre décennie. Nous n’avons pas d’autre planète. Nous n’avons pas d’autre vie.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/sleepwalking-into-climate-nightmares/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire