Souhaitant au Gila Wilderness un joyeux 98e anniversaire

0
135

Je vais être honnête : ceci est censé être une note souhaitant au Gila Wilderness un joyeux 98e anniversaire aujourd’hui, le 3 juin.

Mais j’ai du mal à trouver une ambiance festive. Bien sûr, j’aime le Gila. Bien sûr, je veux commémorer tout ce que cet endroit représente – un emblème de la nature sauvage, un paysage avec un héritage sacré autochtone, la maison de notre seule population de lobos et l’inspiration pour une nouvelle éthique de la terre qui a fondamentalement changé qui et quoi nous terres publiques perçues comme il y a près de 100 ans.

Mais le Gila est en feu. En fait, on dirait que la moitié de l’État du Nouveau-Mexique est en feu. Le feu noir causé par l’homme, actuellement de 262 000 acres et le troisième plus grand incendie de l’histoire du Nouveau-Mexique, continue de brûler dans les régions d’Aldo Leopold et de Gila Wilderness, alimenté par des conditions exceptionnellement sèches perpétuées par la méga-sécheresse qui s’est abattue sur le l’Ouest américain pendant des décennies, par une mauvaise gestion des pâturages et par l’effondrement du climat. L’incendie du complexe Hermit’s Peak-Calf Canyon, causé par l’homme, vient d’établir le nouveau record d’État de taille à plus de 316 000 acres. Il n’y a pas de pluie dans les prévisions. Les vents continuent de fouetter. De nombreuses forêts nationales de l’État sont fermées. Et le mieux que nous puissions faire est de nous accroupir avec nos filtres à air et nos cartes anti-incendie et de nous dire solennellement : “Priez pour la pluie !”

Chez Guardians, l’une des qualifications requises pour le personnel entrant est qu’il favorise un “sain sentiment de rage”. Rage face à l’insuffisance des lois et politiques nationales destinées à protéger les terres, l’eau, la faune et le climat dont nous dépendons tous pour notre santé et notre capacité à survivre et à prospérer. Rage face au bourbier politique qui nous empêche d’opérer les changements radicaux nécessaires pour faire face aux menaces de dégradation du climat et d’effondrement de la biodiversité. Rage contre l’allégeance des agences aux industries extractives qui continuent d’exploiter et de dévaster les terres et les eaux publiques et de polluer notre air. Rage contre l’effort herculéen (parfois sisyphéen) qu’il semble prendre pour tenir les gouvernements responsables de la protection des plus vulnérables de nos communautés humaines et plus qu’humaines. Et en ce 98e anniversaire de ce qu’un membre de la communauté a appelé “l’usine d’air pur et d’eau de notre nation”, la Gila Wilderness, mon instinct est de faire rage, de faire rage contre la machine.

Mais attendez. Avant de rejoindre les conflagrations du moment, enflammées par notre rage, réfléchissez à ceci. Il y a quelques semaines, Premier et le plus sauvage : le désert de Gila à 100 ans, une anthologie d’essais publiée par Torrey House Press, éditée par Elizabeth Hightower Allen, est sortie dans les librairies de l’Ouest. Pour célébrer l’anniversaire de Gila, Torrey House Press fera don de 20 % de tous Premier et le plus sauvage achats à WildEarth Guardians, utilisez simplement le code de coupon “WILD” au moment du paiement.

Nous avons aidé à organiser quelques événements pour lancer le livre. Et son accueil a été exceptionnel. À chaque événement, un torrent d’amour s’est déversé de la part des contributeurs et des participants. Cela a été un baume rafraîchissant pour mon esprit d’être témoin du pouvoir de l’amour partagé du lieu, d’entendre tant de personnes parler de la façon dont un paysage peut nous donner un sens, une paix qui prévaut, une appartenance qui se sent comme la seule force d’ancrage dans tant de pertes sociales, politiques, mondiales et écologiques. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas un sentiment d’indignation mijoté face aux menaces auxquelles cette région sauvage bien-aimée est confrontée. Mais à travers le processus de compilation des mots qui remplissent les pages du livre et de les lancer dans le monde pour voir quel travail ils feront, nous sommes renouvelés avec l’espoir que l’amour peut l’emporter. Que nos liens communs avec la terre seront les fils qui tisseront le filet qui le protégera finalement pour nous et pour la prochaine génération d’humains et de grenouilles léopard Chiricahua et de camas de la mort Mogollon et de lobos sauvages et hurlants.

Donc avec ça, nous dirons, “Joyeux anniversaire, Gila.” Nous vous aimons et l’amour que vous inspirez. Votre centenaire n’est plus très loin maintenant, et nous nous engageons à continuer de mobiliser notre adoration au service de la grande et audacieuse vision de protection que vous méritez.

PS Si vous cherchez d’autres façons de célébrer et d’en savoir plus sur le Gila, nous nous sommes associés à certains de nos partenaires exceptionnels du Center for Western Priorities, Advocates for the West et de la New Mexico Wildlife Federation pour parler du 98e anniversaire de Gila, Premier et le plus sauvageet d’autres sujets liés à la conservation.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/wishing-the-gila-wilderness-a-happy-98th-birthday/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire