Starbucks punit les travailleurs qui se syndiquent

0
130

Les travailleurs du seul Starbucks syndiqué au Canada ont récemment été exclus d’une augmentation des salaires et des avantages sociaux à l’échelle de l’entreprise. Ce n’était pas une question de surveillance – l’emplacement est puni parce que ses travailleurs sont syndiqués.

Le 3 mai, la vice-présidente principale et directrice générale de Starbucks Canada, Lori Digulla, a envoyé un courriel à l’échelle de l’entreprise annonçant des augmentations de salaire pour toutes les catégories d’employés – ou «partenaires» comme les appelle Starbucks – à travers le pays. Selon United Steelworkers (USW), qui représente les travailleurs du Douglas Street Starbucks à Victoria, en Colombie-Britannique, les travailleurs de l’établissement ont reçu un autre courriel expliquant que l’annonce de l’augmentation de salaire ne les concernait pas. Les travailleurs de la rue Douglas ne seraient pas inclus parce que l’augmentation de salaire ne figurait pas dans leur convention collective.

Dans un communiqué de presse, le syndicat a déclaré que ses membres étaient « furieux » de leur exclusion.

Starbucks nous a assuré qu’il respecterait notre choix de nous syndiquer. Nous estimons que ne pas être d’accord avec le syndicat pour étendre l’augmentation de salaire à notre magasin, c’est ne pas respecter notre choix. Nous comprenons et convenons que notre convention collective doit être respectée. C’est pourquoi il y a une clause qui permet des ententes bilatérales pour des choses comme l’extension de l’augmentation salariale à notre magasin.

« Ce ne sont rien de plus que des représailles contre leurs travailleurs pour avoir adhéré à un syndicat », déclare Scott Lunny, directeur du Syndicat des Métallos pour l’ouest du Canada. «Nous avons un libellé dans la convention collective, négocié par les deux parties, qui permet des changements jugés nécessaires d’un commun accord entre l’employeur et le syndicat, à tout moment, pendant la durée de la convention.»

Il semble peu probable que les efforts de l’entreprise pour isoler le seul emplacement syndiqué au Canada une semaine après que cinq emplacements à Lethbridge, en Alberta, aient déposé une demande d’accréditation auprès des Métallos soient une coïncidence. Les efforts de syndicalisation sont, en partie, le résultat de mauvaises conditions de travail pandémiques. Comme l’explique Pablo Guerra, organisateur de l’USW :

Les travailleurs s’épuisent et éprouvent des difficultés mentales et physiques. Des défis de l’EPI, des pénuries d’employés, du fait d’être obligé de venir au travail malade et des pressions supplémentaires des commandes mobiles et des commandes de boissons complexes, les travailleurs en ont assez et exigent mieux de Starbucks.

Plus de 115 travailleurs sont représentés dans les cinq magasins de Lethbridge, une ville de cent mille habitants du sud-ouest de l’Alberta. Dans une déclaration à CBC News, Starbucks Canada n’a pas caché sa désapprobation de la campagne syndicale, mais a qualifié toutes les allégations d’antisyndicalisme de « catégoriquement fausses ». Bien sûr, si Starbucks est engagé dans des activités antisyndicales, il est peu probable que l’entreprise soit désireuse d’admettre de telles activités. L’entreprise affirme également qu’il n’y a aucun sentiment antisyndical derrière sa décision de fermer un site à Ithaca, New York, en raison d’un bac à graisse qui déborde. C’est simplement une coïncidence si le magasin a voté en faveur de la syndicalisation en avril.

Lorsqu’on lui a demandé de commenter les tactiques de répression à Victoria, la porte-parole de Starbucks, Carly Suppa-Clark, a déclaré que l’entreprise ne faisait que remplir la fin du contrat de trois ans qu’elle avait signé en juin 2021. «Depuis lors, Starbucks a rempli toutes les obligations de ce contrat, y compris les augmentations annuelles négociées, qui sont propres aux partenaires de Douglas Street, comme convenu par les partenaires et l’USW », a déclaré Suppa-Clark au journal local de Victoria CHEK News. Si les travailleurs veulent une augmentation de salaire, ils devront la négocier dans leur prochain contrat, a-t-elle ajouté.

L’histoire d’animosité antisyndicale de Starbucks remonte aux années 1980, lorsque la torréfaction de l’entreprise et six magasins à Seattle ont été syndiqués avec United Food and Commercial Workers (UFCW). Dans ses mémoires de 1999, le PDG Howard Schultz a décrit les efforts syndicaux comme un affront personnel. « J’étais convaincu que sous ma direction, les employés se rendraient compte que j’écouterais leurs préoccupations. S’ils avaient confiance en moi et en mes motivations, ils n’auraient pas besoin d’un syndicat », a-t-il écrit.

Lorsque Schultz a repris l’entreprise en 1987, il a entrepris d’écraser le syndicat. “Il est devenu fou en me criant dessus, me disant de sortir de l’usine”, a déclaré Pam Blauman-Schmitz, une ancienne représentante syndicale des TUAC. New York Times à propos de la première visite de Schultz dans son magasin. “Il m’a suivi jusqu’au bout.”

Au cours des années suivantes, les magasins et la torréfaction ont voté pour la décertification. Dans ses mémoires, Schultz affirme qu’un seul employé – qui a fait sa propre “recherche” – a lancé la campagne anti-certification. Cela ressemble à peine au mouvement populaire que Schultz prétend être responsable de l’aversion syndicale de l’entreprise. Dans le récit de Blauman-Schmitz, les membres du syndicat étaient convaincus que Schultz avait trié sur le volet le travailleur militant antisyndical.

Schultz a également collaboré avec les PDG de Costco et Whole Foods en 2009 pour vider la loi sur le libre choix des employés du président Barack Obama de dispositions qui auraient introduit une certification automatique si plus de la moitié des employés signaient des cartes syndicales. La loi aurait également contraint les employeurs à un arbitrage exécutoire s’ils ne pouvaient pas parvenir à un accord contractuel dans les cent vingt jours.

“La façon dont le vent souffle, nous nous dirigeons vers un projet de loi qui n’est pas la bonne approche”, a déclaré Schultz à l’époque. “Ma responsabilité n’est pas d’être un spectateur, mais d’offrir une voix de la raison offre une alternative plus positive qui égalise les règles du jeu.”

Alors que les travailleurs se préparaient pour leur campagne syndicale réussie à Buffalo, Schultz s’est présenté en personne pour tenter de dissuader les travailleurs de voter en faveur de l’accréditation. À Buffalo, Schultz a prononcé un discours dans lequel il a raconté l’histoire d’une personne dans un camp de concentration nazi pendant l’Holocauste qui a partagé sa couverture avec cinq autres prisonniers. Comparant la générosité désintéressée du prisonnier aux largesses de l’entreprise, Schultz a affirmé qu ‘«une grande partie de cette histoire est liée à ce que nous avons essayé de faire chez Starbucks». Pour une raison quelconque, cet effort s’est retourné contre lui.

La semaine dernière, le Texas a vu sa première campagne syndicale réussie chez Starbucks. Si la syndicalisation de Starbucks peut se produire dans un État notoirement antisyndical, elle peut se produire n’importe où. Le succès démontre également les limites des capacités de répression syndicale de l’entreprise.

Les travailleurs du magasin d’Austin avaient un allié de premier plan en la personne de Greg Casar, un ancien organisateur syndical et conseiller municipal d’Austin qui se présente au Congrès. Casar a écrit une lettre à Schultz et à la présidente du conseil d’administration de Starbucks, Mellody Hobson, en mars, exhortant l’entreprise à travailler “en coopération avec une main-d’œuvre syndiquée”. Il a ajouté que « lorsque les travailleurs ont une voix indépendante et démocratique par l’intermédiaire de leur syndicat, nous nous en tirons tous mieux. L’histoire le prouve.”

Au moins dix magasins au Texas ont exprimé leur intention de se syndiquer. CJ Craig, un organisateur à San Antonio dont le magasin doit voter sur la certification le 14 juin, a déclaré que la soi-disant législation du Texas sur le “droit au travail”, qui permet aux travailleurs de s’affilier à des syndicats sans payer de cotisations, a par inadvertance défiguré l’un des principaux de Starbucks. points de discussion antisyndicaux.

“Ça ne s’applique pas ici, ça ne s’applique pas”, a déclaré Craig Signal texan.

Si nous avons des partenaires dans notre magasin qui ne veulent pas faire partie du syndicat, ils travailleront toujours sous le même contrat syndical que le reste d’entre nous avons négocié et ratifié, mais ils n’ont pas à payer de cotisation s’ils ne veulent pas. Donc, si quoi que ce soit, cela en a honnêtement rendu la vente plus facile pour tout le monde.

La campagne syndicale réussie à Austin montre que les efforts antisyndicaux de l’entreprise et des États locaux peuvent se retourner contre eux. C’est une bonne nouvelle pour les travailleurs de Lethbridge qui regardent de haut les efforts de l’entreprise pour décourager les travailleurs canadiens de se syndiquer.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire