Succéder à Sall : qui sera le prochain président du Sénégal en 2024 ? | Élections

0
204

Le 4 juillet, des millions de personnes à travers le Sénégal ont poussé un soupir de soulagement lorsque le président Macky Sall a annoncé dans un discours national qu’il ne se présenterait pas pour un troisième mandat.

Un référendum constitutionnel de 2016 a interdit aux présidents de remplir plus de deux mandats de cinq ans, mais Sall, élu quatre ans plus tôt, avait longtemps soutenu qu’il était éligible pour un autre mandat. La nouvelle loi, a-t-il soutenu, a effectivement réinitialisé l’horloge sur ses limites de mandat.

Son refus de longue date de préciser s’il se présenterait aux élections de février 2024 et les bourbiers juridiques piégeant certains de ses opposants politiques dans des circonstances controversées ont contribué à alimenter des manifestations meurtrières au cours de sa présidence.

Mais si l’annonce de Sall apporte un soulagement aux militants pro-démocratie et aux citoyens de tout le pays d’Afrique de l’Ouest, elle ouvre également grand les élections de février.

“La décision de Macky Sall de ne pas être candidat est sans précédent”, a déclaré Babacar Ndiaye, analyste politique et directeur de recherche au West Africa Think Tank (WATHI) basé à Dakar. « Le président sortant, Macky Sall, va organiser l’élection, et ne sera pas candidat. Et au Sénégal, on n’a jamais eu ça. Nous avons toujours eu une élection où le président sortant se présentait pour un autre mandat.

La course à 2024

Déjà dans la course se trouve Idrissa Seck, le finaliste à l’élection présidentielle de 2019, et dont le parti Rewmi avait rejoint la coalition au pouvoir Benno Bokk Yaakaar (BBY) de Sall après les élections législatives de l’année dernière. Aminata Touré, qui était auparavant Premier ministre de Sall, est également en lice. Mais alors que ces deux candidats ont servi avec Sall au gouvernement, ils sont partis pour poursuivre leurs ambitions présidentielles.

Seck a dépeint sa candidature comme étant basée sur “plus d’emplois et de revenus, plus de nourriture et de sécurité alimentaire, ainsi qu’un accès équitable aux services de base” – le type de problèmes auxquels le prochain président du pays sera confronté, quel que soit le vainqueur en 2024.

Bien que le Sénégal ait enregistré une croissance économique solide ces dernières années, les analystes et les électeurs ont déclaré à Al Jazeera que le manque d’emplois pour la population jeune en plein essor du pays restera une priorité absolue – et difficile – pour la prochaine administration.

De son côté, le président a déclaré aux médias qu’il avait retardé son annonce afin d’éviter de devenir un “canard boiteux”. Il a également déclaré que si une sorte de “menace” avait mis en doute la stabilité du pays, il aurait peut-être été sage pour lui de se présenter à nouveau.

Mais les analystes pensent que le fait qu’il n’ait pas encore de successeur désigné pourrait amener Sall à réfléchir à une autre course.

Et il existe un précédent régional à ce pessimisme.

Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, a également promis de ne pas briguer un troisième mandat en 2020 – seulement pour faire demi-tour après la mort du candidat de son parti, Amadou Gon Coulibaly. Le politicien de l’opposition sénégalaise Birame Souleye Diop a été inculpé devant le tribunal cette semaine pour avoir suggéré que Sall pourrait empoisonner son futur successeur politique, puis se présenter, “à la manière de Ouattara”.

À l’approche des élections sénégalaises, il est peu probable qu’il y ait d’autres défections majeures de BBY, a déclaré Maurice Soudieck Dione, professeur agrégé de sciences politiques à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

“En ne se présentant pas pour un autre mandat, le président Sall placera la coalition Benno Bokk Yaakaar dans une position politiquement plus confortable”, a déclaré Dione. Sans le temps de se fracturer au milieu de multiples candidatures présidentielles, il est plus probable que BBY se regroupera autour d’un seul candidat.

L’actuel Premier ministre Amadou Ba et le président du Conseil économique, social et environnemental Abdoulaye Daouda Diallo, entre autres, seraient de possibles prétendants au BBY.

Le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, Karim, et l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall ont tous deux été condamnés sous le mandat de Sall – des actions contestées par leurs partisans comme politiquement motivées. Mais ils sont également susceptibles de se lancer dans la mêlée, car un processus de “dialogue national” devrait rétablir leur éligibilité à se présenter à la présidence, a déclaré Ndiaye.

La candidature Sonko

Le destin d’Ousmane Sonko est suspendu au-dessus de l’élection – le fougueux chef de l’opposition qui a puisé dans la désillusion de l’élite politique sénégalaise pour gagner un énorme succès parmi les jeunes du pays, eux-mêmes souvent au chômage ou sous-employés.

Sa condamnation en juin pour «corruption de jeunes» a été plus légère que prévu – il avait initialement été accusé de viol, lors d’un procès qui a alimenté des manifestations massives et une répression sévère du gouvernement, des partisans affirmant que l’affaire avait été fabriquée pour le marginaliser politiquement. Il est arrivé à la troisième place en 2019, mais son éligibilité à se présenter à la course de 2024 reste incertaine.

Les observateurs et les électeurs craignent qu’une course où Sonko ne peut se présenter n’entraîne davantage de protestations.

« Macky Sall a renoncé à une troisième course à cause des pressions internes et externes », y compris des protestations, a déclaré Samba Thiongane, un partisan de Sonko à Dakar. « S’il avait déclaré sa candidature, cela aurait été la fin de la république.

“Le problème avec les élections présidentielles, c’est que si les élections ne sont pas inclusives, le prochain président aura encore plus de problèmes que Macky Sall, car il ne sera pas légitime”, a ajouté Thiongane. “Il y a un risque très palpable que les choses tournent mal avant ou après les élections.”

Pourtant, certains pensent qu’avec Sall hors de la course, une partie de la fureur qui a rempli les protestations autour du procès et de la condamnation de Sonko pourrait se dissiper.

“Le président a fait beaucoup”, y compris la construction de routes et d’autoroutes et l’augmentation des salaires des fonctionnaires, a déclaré Nuru Sow, une infirmière à Kaolack et partisane de BBY.

“Même beaucoup de Sénégalais qui étaient contre Macky Sall sont d’avis qu’ils voteront pour le (candidat) que Macky Sall choisira” pour lui succéder, a déclaré Sow. “Ils n’étaient pas contre Macky Sall – ils étaient contre le troisième mandat.”

De la “démocratie imparfaite” au “régime hybride”

Le départ de Sall après deux mandats est d’une part une confirmation de la consolidation démocratique établie du Sénégal : les deux premiers présidents du Sénégal, Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, ont servi pendant deux décennies chacun. Alors que les partis d’opposition ont obtenu plus de liberté sous Diouf et après sa défaite aux urnes en 2000, les racines de la démocratie ont commencé à s’ancrer plus fermement.

Ces racines ont depuis été testées à plusieurs reprises. Le successeur de Diouf, Abdoulaye Wade, s’est également présenté pour un troisième mandat en 2012. Il a été battu par Sall, une ironie que les détracteurs de Sall ont tenu à souligner au milieu de sa réticence de plusieurs années à s’engager pour deux mandats. (Wade avait utilisé la même comptabilité controversée que Sall, arguant que les révisions constitutionnelles avaient réinitialisé ses limites de mandat.)

Au cours des 12 années de mandat de Sall, le Sénégal est passé de “libre” à “partiellement libre”, dans le classement mondial de la démocratie de l’ONG Freedom House, basée à Washington. Au cours de la même période, le Sénégal est passé d’une «démocratie imparfaite» à un «régime hybride», selon l’indice de démocratie 2022 de l’Economist Intelligence Unit.

Et pourtant, ces failles, ainsi que la mort de manifestants tués par les forces de sécurité ou l’emprisonnement de journalistes et d’opposants politiques sous son mandat, pourraient bientôt être oubliées par une communauté internationale qui était heureuse de le voir décider de se retirer. Déjà, les États-Unis ont dit qu’ils donnaient un “exemple” à la région, parfois décrite comme une “ceinture putschiste”. Dans une interview accordée au quotidien français Le Monde, Sall a même semblé laisser entendre qu’il pourrait bien s’intégrer aux Nations Unies.

Dans l’état actuel des choses, Sall est le premier président sénégalais à se limiter volontairement à deux mandats. Compte tenu de la masse de manifestants qui se sont rassemblés pour lui demander de le faire, il ne sera probablement pas le dernier.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2023/7/14/succeeding-sall-who-will-be-senegals-next-president-in-2024

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire