Sur Mencken et Waugh – CounterPunch.org

0
168

HL Mencken à son bureau dans la salle de rédaction du Baltimore Sun.

Ardmore, Irlande.

Lecture des journaux de Mencken et encore un autre livre sur E. Waugh. Tous deux sont maudits par leurs admirateurs, de jeunes dirigeables en devenir, à la recherche de modèles. Les sectateurs s’accrochent à l’intimidation affichée dans les journaux et les lettres de Waugh, tandis que des imitateurs comme Emmett Tyrell de The American Spectator parviennent à imiter la grossièreté de Mencken, mais sans son plaisir ni son apprentissage.

Travailleur prodigieux toute sa vie, Mencken se lamenta vers la fin de ne pas avoir travaillé encore plus dur. Il y avait toujours quelque chose à écrire. « Si je suis en vie dans deux ou trois ans », écrivait Mencken dans son journal en 1931, « j’aborderai Homo Sapiens, un grand traité sur la race humaine exposant toutes mes idées sur le sujet. Mon plan est de le documenter abondamment… Après ça, quoi ? Je sais à peine. J’aimerais faire une autobiographie psychologique, décrivant l’origine et la croissance de mes idées… J’aimerais aussi faire un livre sur le gouvernement.

En 1964, deux ans avant sa mort, Waugh avoua à Christopher Sykes : « Ma vie est en gros terminée. Je dors mal sauf occasionnellement le matin. Je me lève tard. J’essaie de lire mes lettres. J’essaie de lire le journal. J’ai du gin. J’essaie de relire le journal. J’ai encore du gin. J’essaie de réfléchir à mon autobiographie. Ensuite, prenez encore un peu de gin et c’est l’heure du déjeuner. C’est ma vie. C’est horrible.

Mencken détestait Roosevelt pour avoir réussi à faire entrer l’Amérique dans la guerre, mais je ne trouvais dans son journal aucune admiration pour Hitler et quelques remarques désobligeantes sur les nazis. Alfred Knopf, éditeur de l’American Mercury de Mencken, avait reproché à Mencken sa crédulité à l’égard d’Hitler. Le rédacteur en chef du journal, Charles Fecher, déclare que les entrées établissent que Mencken était un antisémite, accusation contre laquelle il l’avait déjà défendu.

Les preuves de l’antisémitisme se trouvent principalement dans le fait que Mencken désigne constamment des personnes comme juives ou juives, mais ce n’est pas tout. Il existe un récit fade de l’expulsion d’un membre du Maryland Club de Baltimore au motif qu’il avait caché ses origines juives, et quelques autres entrées suggèrent que Fecher avait raison. Mais il aurait dû préciser que, de la même manière, Mencken avait des préjugés à l’égard des Noirs et même des crackers, car il était certain, semble-t-il, qu’ils étaient dotés d’un matériel génétique inférieur. Mencken était un fervent eugéniste, tout comme une grande partie de l’élite libérale américaine – plus encore que les conservateurs.

L’une des entrées les plus féroces de Mencken, faite le 19 juillet 1944, concerne les montagnards de Caroline du Nord près de Roaring Gap, « censés être habités par « les seuls purs Anglo-Saxons qui restent aux États-Unis ». connaissance, être un peuple misérablement sale, sournois, stupide et coquin. Mencken s’extasie sur leurs déchaînements de prédateurs dans les maisons des résidents d’été de Roaring Gap, concluant par leur « hostilité envers toutes les choses qui poussent », qu’il contraste avec l’horticulture « plus civilisée » des Noirs, qui ont de très jolis jardins (« bien que leur les goûts vont naturellement vers les couleurs les plus criardes ») et qui prennent bien soin de leur maison, même si « les couleurs utilisées sont criardes, mais elles sont au moins nègres, et les occupants sont manifestement fiers de l’apparence de leur maison. Pas de charpie ni d’alpinistes [sic] montre toujours un sentiment de beauté. Ils vivent tous comme des animaux et sont à côté des animaux dans leurs habitudes et leurs idées.

– 14 janvier 1990.

Ceci est extrait de L’âge d’or est en nous.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/07/28/on-mencken-and-waugh/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire