Tableau de bord transatlantique — janvier 2022

0
136

Première partie : la Russie et l’Ukraine

Le 1er novembre, des images satellites commerciales ont confirmé les accumulations militaires russes aux frontières de l’Ukraine, y compris un nombre accru de troupes, d’artillerie et d’autres unités blindées. Avec plus de 100 000 soldats à la frontière, un mois plus tard, le 3 décembre, le Washington Post a publié un document de renseignement américain déclassifié détaillant les plans russes pour une offensive sur plusieurs fronts en Ukraine qui devrait commencer dès 2022. Le président américain Biden et le président russe Vladimir Poutine s’est exprimé à deux reprises – le 7 décembre et le 30 décembre – sur la situation aux frontières de l’Ukraine et les États-Unis ont engagé des discussions cohérentes à plusieurs niveaux avec leurs alliés et partenaires européens depuis la mi-novembre sur la crise.

Alors que l’armée ukrainienne a subi une transformation majeure depuis l’annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014, les forces ukrainiennes restent nettement plus nombreuses que celles de la Russie. Moscou possède près de 700 000 soldats actifs de plus que Kiev, dont près du double du nombre de troupes de l’armée ukrainienne et 3,5 fois le nombre de troupes de l’armée de l’air ukrainienne. Alors que le nombre total de troupes de réserve de l’Ukraine équivaut à celui des troupes actives de la Russie à 900 000, la Russie possède plus de deux fois plus de troupes de réserve (2 millions). En mai 2021, la Mission permanente de l’Ukraine auprès des organisations internationales à Vienne a estimé que près de 3 000 forces militaires russes combattaient dans les régions de Donetsk et de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, le nombre total de combattants et de mandataires dirigés par la Russie étant estimé à plus de 35 000. . Les 35 000 hommes, qui comprennent des forces paramilitaires soutenues par la Russie telles que le groupe Wagner, pourraient également participer à une éventuelle invasion.

La disparité entre les capacités militaires russes et ukrainiennes s’étend au-delà du nombre de troupes au matériel de défense. Sur le terrain, la Russie possède au moins 13 120 véhicules blindés contre 2 433 pour l’Ukraine ; 2 840 chars de combat principaux aux 858 ukrainiens ; et plus de 4 684 artilleries contre 1 818 pour l’Ukraine. Dans les airs, les différences sont encore plus apparentes : la Russie possède 1 160 avions de combat aptes au combat contre 125 pour l’Ukraine ; 823 hélicoptères aux 46 ukrainiens ; et au moins 714 systèmes de défense aérienne contre 332 pour l’Ukraine.

Pour aider Kiev, les États-Unis ont fourni à l’Ukraine des équipements défensifs depuis 2014, commettre un total de 2,7 milliards de dollars pour soutenir les forces ukrainiennes. Rien que l’année dernière, les États-Unis ont fourni 650 millions de dollars d’équipements de défense à Kiev, ce qui, selon au porte-parole du département d’État américain, Ned Price, est « plus d’aide à la sécurité [from the United States] en Ukraine… que dans n’importe quelle année précédente – jamais.

En juin, l’administration Biden a autorisé l’envoi d’une aide militaire de 60 millions de dollars à l’Ukraine et, fin décembre 2021, a approuvé un programme de sécurité supplémentaire d’une valeur de 200 millions de dollars. L’une des expéditions les plus récentes, qui arrivée en Ukraine le 21 janvier 2022, comprenait “près de 200 000 livres d’aide létale, y compris des munitions pour les défenseurs de première ligne de l’Ukraine”. De plus, la Maison Blanche a annoncé le 21 janvier qu’elle avait notifié au Congrès son intention de transférer cinq hélicoptères Mi-17 à Kiev. Depuis le 24 janvier 2022, d’autres membres de l’OTAN ont également fortement augmenté leur aide militaire à l’Ukraine, comme le Royaume-Uni, qui a envoyé ces dernières semaines à Kiev environ 2 000 armes antichars et un petit nombre de personnel d’entraînement. Le Canada a également déployé un petit nombre de forces spéciales en Ukraine. Et, après l’approbation de Washington, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont l’intention de fournir à l’Ukraine des armes antichars Javelin de fabrication américaine et des systèmes de défense aérienne Stinger.

Partie II: Afflux massif de migrants par les frontières terrestres orientales de l’UE

Les franchissements détectés aux frontières terrestres orientales de l’Union européenne (UE) ont plus que décuplé entre 2020 et 2021, passant de 677 à 7 915, selon Frontex, l’agence collective de protection des frontières de l’UE. Le principal pays d’origine des migrants détectés en 2021 était l’Irak (4 665), des migrants venant également d’Afghanistan (612), de Syrie (442), de la République du Congo (210) et de Russie (185). La Biélorussie est le principal point d’entrée en Europe pour ceux qui tentent de franchir les frontières terrestres orientales de l’UE, et la pression migratoire s’est particulièrement fait sentir dans les trois États membres de l’UE qui partagent une frontière avec elle – la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, les trois pays imposant l’état d’urgence à leur frontière avec la Biélorussie au cours de l’été et de l’automne. En juillet, Frontex a signalé plus de 3 000 passages illégaux de la Biélorussie vers la Lituanie, contre 22 passages en janvier et 14 en février.

Sur les six routes migratoires établies par Frontex, les passages par les frontières terrestres orientales de l’UE en 2021 représentaient le nombre total le plus faible de passages illégaux. De janvier à décembre 2021, 65 362 passages frontaliers ont été enregistrés via la route de la Méditerranée centrale, 60 540 via la route des Balkans occidentaux, 22 504 via la route de l’Afrique de l’Ouest, 20 373 via la route de l’Est et 18 254 via la route de la Méditerranée occidentale. Cependant, de 2020 à 2021, la frontière terrestre orientale a connu une variation en pourcentage beaucoup plus importante des traversées que toute autre route migratoire : il y a eu une augmentation de 1 069 % des traversées, contre une augmentation de 125 % pour la route des Balkans occidentaux, une augmentation de 83 % de la La route de la Méditerranée centrale, 6 % sur la route de la Méditerranée occidentale, 0,5 % sur la route de la Méditerranée orientale, tandis que la route de l’Afrique de l’Ouest a connu une diminution de 2,3 % des traversées.

La route vers l’UE via la Biélorussie est devenue populaire après que le gouvernement biélorusse a simplifié les procédures de visa pour les migrants du Moyen-Orient. Selon Frontex, «[t]il [July] flux migratoire [was] alimenté par des arrivées contrôlées avec des visas touristiques ou sur la base d’une entrée sans visa en Biélorussie et des mouvements facilités vers la frontière lituano-biélorusse. Le vice-ministre lituanien de l’Intérieur, Kestutis Lancinskas, a ajouté que le gouvernement biélorusse avait indiqué que Minsk était “prêt à simplifier les procédures de visa… pour les ‘touristes’ irakiens” dès le mois de mars. Le New York Times a rapporté en novembre qu’une agence de voyage en Irak vendait près de 100 forfaits de voyage vers la Biélorussie par semaine, qui comprenaient “un billet d’avion via un pays tiers, un hébergement en transit et un visa biélorusse”. Selon certaines informations, ces agences de voyages sont liées au gouvernement biélorusse, transportant des migrants dans des avions appartenant à des Biélorusses et les plaçant dans des hôtels gérés par l’État. Une fois en Biélorussie, les migrants arrivant avec des visas touristiques ont été escortés de Minsk – par des passeurs, les forces biélorusses ou dans le cadre de leur voyage à forfait – jusqu’à la frontière de l’UE.

Les vols vers Minsk depuis le Moyen-Orient sont également devenus beaucoup plus fréquents au printemps et en été. Belavia, la compagnie aérienne nationale biélorusse, a effectué 65 vols entre Istanbul et Minsk en juillet, contre 31 et 28 fois en mars et février, respectivement. Sur la même route, les vols de Turkish Airlines sont passés de 32 vols en mars et avril à 64 vols en juillet. Au cours de l’été, il y avait aussi des vols directs vers Minsk depuis Antalya, Beyrouth, Bagdad et Dubaï.

Le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko lui-même a fait allusion à plusieurs reprises à l’implication biélorusse dans la crise frontalière. Le 6 juillet, Loukachenko a déclaré que la Biélorussie « ne tiendrait pas [any migrants] retour.” Dans une interview en novembre, il a déclaré qu’il était « parfaitement possible » que les forces biélorusses aident les migrants à pénétrer sur le territoire polonais. Une semaine après l’entretien, alors qu’il rendait visite à des migrants hébergés dans un entrepôt à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, Loukachenko a déclaré aux migrants : “[i]Si vous voulez aller vers l’ouest, nous ne vous retiendrons pas, ne vous étoufferons pas, ne vous battrons pas. C’est à vous. Traverser. Aller.”

En réponse à l’augmentation des traversées, les forces lettones, lituaniennes et polonaises ont cherché à mettre en place des barrières physiques, telles que des barbelés, à leurs frontières avec la Biélorussie. En août, le gouvernement lituanien a approuvé l’allocation de 152 millions d’euros (environ 175 millions de dollars) pour une clôture frontalière avec la Biélorussie et le 14 octobre, le parlement polonais a approuvé des plans pour un mur frontalier de 350 millions de dollars.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a accusé Loukachenko de mener une « instrumentalisation des migrants à des fins politiques », et le 2 décembre, le Canada, l’UE, le Royaume-Uni et les États-Unis ont annoncé de nouvelles séries de sanctions contre le régime de Loukachenko, exigeant qu’il “arrête complètement son orchestre de la migration irrégulière à travers ses frontières avec l’UE”.

Les compagnies aériennes ont également réagi aux pressions pour faire face à la crise. En novembre, Belavia et l’aviation civile turque ont annoncé que les citoyens irakiens, syriens et yéménites n’étaient plus autorisés à embarquer sur des vols vers la Biélorussie. Quelques jours plus tard, Dubaï a également interdit aux voyageurs en provenance d’Irak et de Syrie de se rendre en Biélorussie, même avec un visa biélorusse. Les vols de rapatriement des migrants vers l’Irak ont ​​commencé en novembre.

Alors que les passages détectés au-dessus des frontières terrestres orientales de l’UE ont diminué depuis juillet, des centaines, voire des milliers de migrants restent bloqués dans des conditions périlleuses à la frontière biélorusse.

Le directeur du Centre sur les États-Unis et l’Europe, Thomas Wright, présente les événements, les problèmes et les développements potentiels à surveiller dans les mois à venir.

Je suis ravi de partager avec vous la quatorzième édition du Trans-Atlantic Scorecard, une évaluation trimestrielle des relations américano-européennes réalisée par le Brookings Center on the United States and Europe.

Le quatrième trimestre de 2021 a vu une vague d’engagements diplomatiques entre Washington et Paris après l’annonce d’AUKUS, la formation de la toute première coalition gouvernementale fédérale allemande à trois partis sous le chancelier Olaf Scholz et une accumulation de forces militaires russes à la frontière ukrainienne. . Au moment d’écrire ces lignes, les inconnues abondent. La Russie va-t-elle mener une nouvelle invasion en Ukraine ? L’Occident pourra-t-il maintenir un front uni face aux menaces du président Poutine ? Quelques points de cette itération du tableau de bord transatlantique offrent cependant un aperçu de l’impact des actions de Moscou sur les relations américano-européennes à ce jour, ainsi que d’autres développements du trimestre.

Au milieu de la crise russo-ukrainienne, les relations américano-européennes sont passées d’une moyenne de 5,3 sur une échelle de 1 à 10 à la fin du troisième trimestre 2021 à 6,5 à la fin du dernier trimestre 2021. Politique, sécurité et les relations économiques sont également en hausse (toutes autour de 6,5), une nette amélioration par rapport au dernier trimestre, où elles variaient de 5,2 à 5,6. 73 % des personnes interrogées ont constaté que les relations entre les États-Unis et l’Europe avaient globalement une tendance positive, et 80 % des personnes interrogées ont décrit les relations de sécurité entre les États-Unis et l’Europe comme s’améliorant. Les relations bilatérales entre les États-Unis et l’Allemagne et entre les États-Unis et le Royaume-Uni sont restées relativement stables par rapport au dernier trimestre, tandis que les relations entre les États-Unis et la Russie ont subi une baisse de 1,3 point (d’une moyenne de 3,2 à 1,9). La réconciliation entre la France et les États-Unis après AUKUS a fait passer les relations bilatérales de 3,6 à 5,9. Les relations États-Unis-Turquie et États-Unis-Union européenne progressent légèrement (respectivement de 0,5 et 0,7 point).

Sur les questions spécifiques aux événements et développements de ce trimestre, notre groupe d’enquête était divisé sur la question de savoir si la Russie lancerait une nouvelle incursion militaire en Ukraine d’ici le 31 mars 2022 : 48 % étaient d’accord, tandis que 32 % étaient en désaccord (20 % étaient neutres). 58 % sont en désaccord ou fortement en désaccord avec l’annulation du gazoduc Nord Stream 2 par le nouveau gouvernement allemand. Plus de la moitié pensent que les négociations à Genève sur un retour au JCPOA n’aboutiront pas à un accord, tandis que seulement 9% sont en désaccord (39% sont neutres). Concernant la pression de la Chine sur la Lituanie, 76% sont d’accord ou tout à fait d’accord pour dire qu’elle se traduira par une plus grande solidarité entre les États membres de l’UE face aux mesures coercitives de Pékin. Enfin, notre pool d’enquête était divisé sur la question de savoir si le Royaume-Uni ne cherchera plus à remplacer le protocole d’Irlande du Nord dans le cadre de son accord avec l’UE après la démission du ministre du Brexit David Frost du gouvernement britannique : 32 % d’accord ou fortement d’accord , tandis que 27 % étaient en désaccord (41 % étaient neutres).

Dans la perspective de la première partie de 2022, tous les yeux restent tournés vers la Russie et l’Ukraine – comment les alliés réagiront en cas d’invasion et les implications pour l’architecture de sécurité européenne s’il existe une solution diplomatique. Alors que les Jeux olympiques de Pékin auront lieu en février, nous observerons comment l’UE répondra à la pression accrue de la Chine sur l’État membre lituanien. Enfin, nous suivrons de près les préparatifs de l’élection présidentielle française d’avril et la manière dont la campagne électorale coïncide avec la présidence française du Conseil de l’UE.

Merci encore d’avoir lu le Trans-Atlantic Scorecard.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire