Tirerons-nous les leçons de la défaite de Roe ?

0
140

Lorsque Sydney Harper, producteur du New York Times‘podcast le du quotidiens’est rendue à la Cour suprême des États-Unis à la suite de l’annulation de l’affaire Roe contre Wade, elle a parlé à un passant qui a été « choqué » de voir une grande célébration de militants anti-avortement devant le palais de justice.

Elle n’aurait pas dû l’être. La croisade de la droite conservatrice contre le droit à l’avortement s’est longtemps caractérisée par sa confiance en soi. Le renversement de Roe est une nouvelle confirmation que la stratégie de belligérance agressive et intransigeante des conservateurs est bien plus efficace que l’approche faible et timide des progressistes et des libéraux pour défendre le droit à l’avortement.

La fuite d’un projet de décision de justice annulant Roe début mai a enhardi les forces anti-avortement. D’un autre côté, les politiciens démocrates, les commentateurs libéraux et les bureaucrates des ONG ont réagi au projet divulgué avec passivité, acceptant avec désespoir l’inévitable recul des droits des femmes.

Les germes de cette défaite remontent à la décision originale Roe contre Wade, qui fournissait une base assez fragile pour le droit à l’avortement. Plutôt que d’affirmer le droit d’une femme à l’avortement, la décision a déclaré que le quatorzième amendement à la Constitution américaine prévoit un « droit à la vie privée » qui protège le droit d’une femme enceinte à un avortement.

Même parmi les partisans pro-choix, la base du “droit à la vie privée” pour Roe a été ridiculisée. “En tant qu’argument constitutionnel, Roe est à peine cohérent”, écrivait Kermit Roosevelt dans un article de 2003 pour le Poste de Washington. “Le tribunal a retiré son droit fondamental de choisir plus ou moins de l’éther constitutionnel.”

Plus important encore, en limitant le droit à l’avortement à une décision d’un groupe d’élite de juges habilités par une institution non démocratique, les libéraux ont fait en sorte que le droit à l’avortement soit toujours précaire, inadéquat et presque inévitablement voué à être renversé une fois que le climat politique a changé et que les conservateurs a retrouvé la majorité à la Cour suprême.

Comme l’a dit le chroniqueur conservateur Ross Douthat dans un article d’opinion pour le New York Times: « Il est logique qu’une décision qui a tant fait pour diviser nos partis et délégitimer nos institutions soit finalement annulée par les forces mêmes qu’elle a déchaînées : à son commencement était sa fin ».

Plutôt que de construire un mouvement populaire de masse pour gagner le droit à l’avortement dans le cadre d’une lutte démocratique, les libéraux ont couvert leurs paris sur l’idée qu’il y avait suffisamment de soutien pour les droits des femmes dans les couloirs du pouvoir pour garantir le respect du droit à l’avortement. .

Alors qu’il devenait de plus en plus clair que ce n’était pas le cas, la réponse des défenseurs pro-choix fut de battre en retraite face aux attaques de la droite conservatrice et d’espérer qu’en faisant des compromis sur certains aspects du droit à l’avortement, ils sauveraient la cœur de la décision Roe.

En réalité, cela a joué directement dans les mains de la droite conservatrice. James Bopp, membre fondateur du groupe d’avocats conservateurs qui a commencé à faire campagne contre Roe dès le premier jour, a expliqué la stratégie lors d’un récent épisode de du quotidien. La première chose que Bopp et le groupe d’avocats de droite autour de lui ont fait a été d’étudier les contestations judiciaires réussies de l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur dans les années 1950 et 1960, comme la décision Brown vs Board of Education selon laquelle la race la ségrégation dans les écoles publiques publiques était inconstitutionnelle.

La leçon qu’ils ont tirée est que le mouvement des droits civiques a réussi parce qu’il a réduit la ségrégation, remportant d’abord une série de contestations judiciaires mineures, qui ont néanmoins sapé la base juridique de la ségrégation, la vidant finalement de son contenu et créant les précédents pour son renversement.

Ainsi, même lorsque la droite conservatrice s’est concentrée sur l’obtention de revendications immédiates, comme obliger les femmes mineures à informer leurs parents qu’elles allaient se faire avorter, cela a été fait de manière énergique et toujours lié à l’objectif ultime de mettre fin à l’avortement. droits. Ils ne se sont jamais reposés sur leurs lauriers après une victoire ; ils utilisaient chaque avancée comme une nouvelle rampe de lancement pour de plus en plus d’assauts.

Alors que les mouvements de protestation des années 1960 et 1970 s’épuisent, le climat politique bascule en faveur de la droite, ouvrant la voie à des victoires plus substantielles. Les militants anti-avortement sont issus d’un mouvement de droite plus large qui s’est mobilisé contre les acquis du mouvement des droits civiques. Anne Rumberger a expliqué dans le numéro de juin 2022 de Sauvetage: “Le problème déclencheur pour de nombreux évangéliques conservateurs n’était pas l’avortement, comme les chefs religieux aiment à le prétendre dans la plupart des histoires révisionnistes, mais la réaction des sudistes blancs à la déségrégation”.

D’éminents croisés anti-avortement, tels que les évangélistes Jerry Falwell et Tim Lahaye, sont d’abord intervenus politiquement dans le cadre du mouvement visant à créer des écoles chrétiennes privées entièrement blanches en réponse à la déségrégation des écoles publiques dans le sud. En 1979, il y aurait eu plus de 1 000 écoles de ce type, avec plus d’un million d’élèves.

Pourtant, la lutte contre la ségrégation, bien qu’importante pour mobiliser les militants conservateurs, était une bataille perdue d’avance. Plus cela devenait clair, plus l’opposition à l’avortement et au contrôle des armes à feu devenait importante pour les stratèges conservateurs voulant créer une offensive de droite à part entière contre les gains progressistes des années 1960 et 1970. Dans le processus, ils ont transformé la droite religieuse en une faction importante du Parti républicain et ont polarisé la question de l’avortement sur des lignes partisanes.

Une première expression de cela a été le développement politique de Ronald Reagan. Reagan était un divorcé et ancien acteur hollywoodien qui, bien que conservateur, n’était pas religieux et avait des opinions relativement libérales sur certaines questions sociales. Mais lors de sa campagne présidentielle de 1980, il a formé une puissante alliance avec les croisés anti-avortement et s’est transformé du jour au lendemain en défenseur des «valeurs chrétiennes».

La première grande victoire des militants anti-avortement a eu lieu la même année, lorsque l’amendement Hyde est entré en vigueur, interdisant l’utilisation de fonds fédéraux pour payer l’avortement, sauf pour sauver la vie de la femme.

La réponse des tribunaux et des démocrates aux attaques enhardies était révélatrice. Alors que la décision de 1992 Planned Parenthood vs Casey Supreme Court a confirmé la thèse centrale de Roe, elle a permis aux États de mettre en œuvre des restrictions à l’avortement pendant le premier trimestre de la grossesse. L’année suivante, le président démocrate Bill Clinton a signé une nouvelle version de l’amendement Hyde, maintenant l’interdiction d’utiliser des fonds fédéraux pour payer l’avortement, mais élargissant certaines des catégories dans lesquelles il pourrait être utilisé pour sauver la vie d’une femme.

Petit à petit, la droite conservatrice rognait le droit à l’avortement.

L’importance de questions telles que le contrôle des armes à feu et le droit à l’avortement pour la droite conservatrice a également augmenté tout au long de cette période, à mesure que les programmes économiques des républicains et des démocrates devenaient de plus en plus indiscernables. Les républicains pouvaient offrir peu d’avantages économiques aux électeurs, mais ils pouvaient tirer parti de la paranoïa de droite d’une section bien organisée d’électeurs religieux, dont certains avaient traditionnellement soutenu les démocrates.

En l’absence de mouvements sociaux puissants et de véritables forces de gauche capables d’agir indépendamment des démocrates et des ONG féministes, le droit à l’avortement a été enfermé dans une stratégie de plus en plus vouée à l’échec, dans laquelle le droit de choisir des femmes est devenu un ballon de football politique entre libéraux et conservateurs.

Cela devrait être une dure leçon pour la gauche partout. Il faut une lutte dévouée et sans compromis pour changer la société. La droite conservatrice est aidée par le fait que leurs idées, même dans leurs itérations les plus extrêmes, peuvent être mises en œuvre à travers les structures anti-démocratiques de la société capitaliste.

C’est une raison de plus pour laquelle nous devons contester la légitimité et le pouvoir des institutions qui soutiennent le capitalisme, plutôt que de lier nos droits à leurs décisions.

Source: https://redflag.org.au/article/will-we-learn-lessons-defeat-roe

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire