Tokayev du Kazakhstan défend l’intégrité territoriale des pays au forum de Saint-Pétersbourg

0
57

Lors d’une allocution au 25e Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, s’est prononcé contre l’invasion de l’Ukraine par la Fédération de Russie et le soutien du Kremlin aux mouvements séparatistes pro-Moscou dans plusieurs anciennes républiques soviétiques.

Le Kazakhstan, qui a mené une politique étrangère multivectorielle sous Tokayev, qui a tenté de maintenir un équilibre délicat entre l’Occident et la Russie, a déclaré que son gouvernement ne reconnaîtrait pas Donetsk et Louhansk, les deux régions de l’est de l’Ukraine qui sont pour la plupart sous le contrôle de Les forces d’occupation russes, en tant que républiques indépendantes.

« Le droit international moderne est la Charte des Nations Unies. Mais, deux principes de l’ONU sont entrés en contradiction – l’intégrité territoriale de l’État et le droit d’une nation à l’autodétermination. Étant donné que ces principes se contredisent, il existe différentes interprétations de ceux-ci. Si le droit des nations à l’autodétermination était effectivement mis en œuvre dans le monde entier, alors au lieu des 193 États qui composent aujourd’hui l’ONU, il y aurait plus de 500 ou 600 États sur Terre. Naturellement, ce serait le chaos. … Selon toute vraisemblance, ce principe sera appliqué aux quasi-États, qui, à notre avis, incluent Lougansk et Donetsk. dit Tokaïev.

Il a ensuite expliqué que le Kazakhstan ne pouvait pas se mettre dans une situation où il reconnaîtrait officiellement des régions sécessionnistes similaires, dont Taiwan et le Kosovo, ainsi que les régions géorgiennes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie, toutes deux occupées par la Russie depuis le début des années 1990.

Le président russe Vladimir Poutine aurait demandé au Kazakhstan de rejoindre les forces d’occupation russes en Ukraine, mais le Kazakhstan a catégoriquement refusé. Avant le début de l’invasion, le gouvernement kazakh a refusé de reconnaître Donetsk et Louhansk, connus collectivement sous le nom de Donbass, en tant qu’États indépendants et a exclu la possibilité de déployer des forces de maintien de la paix, malgré la demande sévère de la Russie que le Kazakhstan, une ancienne république soviétique, suive Les ordres de Moscou.

Six jours après le début de la guerre à grande échelle de la Russie contre l’Ukraine le 24 février, Tokaïev a proposé de servir de médiateur pour les pourparlers de paix. Depuis le début de la guerre, Tokayev a eu des conversations avec Poutine et l’a exhorté à trouver un compromis pacifique avec l’Ukraine.

Alors qu’il partageait la scène de Saint-Pétersbourg avec Poutine lors de la session plénière du 17 juin, Tokayev a critiqué un certain nombre de législateurs russes, notant qu’ils avaient fait “des déclarations absolument incorrectes sur le Kazakhstan, des déclarations inexactes de, pour ainsi dire, des journalistes et même des artistes”. “Je suis reconnaissant à Vladimir Poutine, qui a exposé aujourd’hui de manière exhaustive la position de la haute direction (du) Kremlin par rapport au Kazakhstan et à d’autres pays, mais surtout à mon pays.”

Les commentaires de Tokaïev visaient plusieurs membres éminents de la Douma russe et certains des journalistes les plus appréciés du Kremlin. Faisant écho aux déclarations irrédentistes de Poutine sur l’indépendance internationalement reconnue de l’Ukraine, les experts russes ont régulièrement et ouvertement remis en question la validité de la propre nationalité du Kazakhstan, notamment en faisant des revendications territoriales néo-impérialistes sans fondement contre le pays et en répandant de fausses rumeurs selon lesquelles le gouvernement du Kazakhstan discrimine les russophones ; la même accusation clichée que la propagande d’État russe lève contre tout ancien État ex-soviétique qui formule une politique différente de celle de Moscou.

Le Kazakhstan a à peu près la même taille que l’Europe et abrite près de 19 millions de personnes de dizaines de nationalités différentes, dont près de 30% ne sont pas des Kazakhs ethniques. Chaque groupe et chaque confession jouit de droits égaux et le russe est constitutionnellement une langue co-officielle aux côtés du kazakh, le premier servant de lingua franca pour une grande partie de la population du pays.

Dans une récente tirade du journaliste soutenu par le Kremlin, Tigran Keosayan, le Kazakhstan a été accusé d’être ingrat envers la Russie après avoir annulé un défilé du 9 mai pour le Jour de la Victoire. Keosayan a laissé entendre que le gouvernement devrait “regarder attentivement ce qui se passe en Ukraine”, ce qui a été interprété comme une menace à peine voilée contre l’Etat kazakh. Keosayan, qui est le mari de Margarita Simonyan, la pro-Kremlin pro-Kremlin et rédactrice en chef de RT (anciennement Russia Today), a suggéré que le Kazakhstan était ingrat envers la Russie après que Moscou ait envoyé des troupes dans la capitale kazakhe Nur-Sultan dans le cadre d’un Collectif. Contingent de l’Organisation du traité de sécurité (CTSO) dans le cadre des efforts visant à réprimer les violentes émeutes de janvier.

“En Russie, certaines personnes (ont) déformé toute cette situation, affirmant que la Russie aurait “sauvé” le Kazakhstan, et que nous devrions maintenant éternellement “servir et nous prosterner aux pieds” de la Russie”, a commenté Tokayev au média russe Rossiya 24. “Je crois que ce sont des arguments totalement injustifiés qui sont loin de la réalité… En effet, nous n’avons pas de problèmes qui peuvent être agités d’une manière ou d’une autre et qui sèment la discorde entre nos peuples et causent des dommages à notre peuple et à la Fédération de Russie . Je ne comprends pas vraiment ces déclarations. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ces individus, qui d’une manière étrange, commentent les décisions prises par les dirigeants kazakhs ou les événements qui se déroulent dans notre pays », a souligné Tokaïev.

Il a reconnu que le forum se déroule dans une situation de turbulences politiques et économiques accrues. « Les chocs mondiaux associés à la pandémie et les tensions géopolitiques croissantes ont conduit à une nouvelle réalité. La mondialisation a été remplacée par une ère de régionalisation, avec toutes ses vertus et ses défauts inhérents. Le processus de reformatage des modèles économiques traditionnels et des routes commerciales s’accélère. Le monde change rapidement. Malheureusement, dans la plupart des cas, pas pour le mieux.

Immédiatement après avoir quitté l’ancienne capitale impériale russe, Tokaïev s’est rendu à Téhéran où il s’est entretenu avec le président iranien Ebrahim Raisi. Les deux pays ont convenu d’accroître et de renforcer leurs échanges mutuels, de renforcer la coopération économique dans les transports, la logistique, la fabrication et l’agriculture, et d’élargir les liens culturels et humanitaires.

Nouveau Kazakhstan

Plus tôt, lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg, Tokayev a également évoqué un référendum à l’échelle de l’État au cours duquel la plupart des citoyens du Kazakhstan ont approuvé l’adoption d’amendements à la constitution du pays, une décision qui, selon la plupart des observateurs, déterminera l’avenir du pays d’Asie centrale. .

Les réformes politiques et économiques à grande échelle en cours au Kazakhstan visent à réorganiser l’administration publique du pays dans le but de stimuler la croissance économique et d’améliorer le bien-être général de ses citoyens. Depuis qu’il est devenu président en 2019, Tokayev a poussé au développement durable, ainsi qu’à l’approfondissement des relations commerciales et économiques du Kazakhstan grâce à l’ouverture de nouvelles installations de production et à la promotion de la création de conditions propices à la croissance du capital humain et des innovations.

Coopération régionale et commerce

Tokaïev a qualifié le renforcement du potentiel de l’Union économique eurasienne (UEE) de tâche urgente. « À mon avis, il serait approprié et utile d’élaborer une nouvelle stratégie commerciale au sein de l’UEE en tenant compte de la nouvelle réalité. Au lieu de contre-sanctions, qui ont peu de chances d’être productives, nous devrions poursuivre une politique commerciale plus active et flexible avec une large couverture des marchés asiatiques et du Moyen-Orient », a-t-il déclaré tout en ajoutant que le Kazakhstan n’a pas l’intention de briser les sanctions occidentales qui ont été imposées à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine.

“Nous ne pouvons pas les violer, en particulier parce que nous recevons des avertissements sur d’éventuelles soi-disant sanctions secondaires contre notre économie de la part de l’Occident si nous violions les sanctions”, a ajouté Tokayev. “Mais je tiens à souligner que nous continuons à travailler avec le gouvernement russe, je dirais de manière intensifiée, et que nous parviendrons aux accords nécessaires sans violer les sanctions”, a-t-il déclaré.

Tokayev a également souligné que le Kazakhstan respecterait toujours ses devoirs en tant qu’allié de la Russie, notamment en adhérant à l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie et à l’Organisation du traité de sécurité collective, la réponse de Moscou à l’Union européenne et à l’OTAN.

Une autre priorité, a déclaré Tokayev, était la poursuite de l’expansion de la coopération commerciale et économique avec les pays tiers… Par conséquent, Tokayev n’a pas exclu la perspective que, dans la décennie à venir, des pays traditionnellement amis tels que la Chine, l’Inde, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et du Sud-Est, peuvent devenir des investisseurs majeurs dans les économies de la région.

« La Chine est déjà devenue le principal partenaire économique et commercial du Kazakhstan. Ce pays a déjà investi plus de 22 milliards de dollars dans notre économie au cours des 15 dernières années. L’approfondissement de la coopération multilatérale avec la Chine est une tâche extrêmement importante pour notre pays.

Investissements verts

En ce qui concerne le changement climatique, Tokayev a déclaré qu’il existe des possibilités d’accroître la croissance des investissements verts et de résoudre les problèmes environnementaux, selon la Qazaq Green Association.

“Nous prévoyons d’élargir constamment les opportunités de croissance des investissements verts et de mise en œuvre des projets pertinents”, a-t-il déclaré.

Tokayev a noté que les problèmes environnementaux ont un caractère mondial et ont touché presque tous les pays du monde, y compris le Kazakhstan. Les agriculteurs kazakhs ont souffert de la sécheresse l’année dernière en raison de faibles précipitations et de rivières peu profondes. Tokayev a rappelé l’état critique de l’écosystème du bassin de la rivière Oural (Zhaiyk), qui traverse le Kazakhstan et la Russie.

Le Kazakhstan a adhéré à l’Accord de Paris de 2015 le 2 août 2016 et s’est engagé à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

« Je pense que ces défis à long terme pour le développement durable de nos États doivent être relevés ensemble. Je pense que nous devrions sérieusement envisager les perspectives d’introduction des principes d’une économie circulaire. Nous travaillons à réduire l’intensité énergétique du PIB, à développer le secteur des énergies renouvelables et à réduire les pertes de transit dans ce secteur », a ajouté Tokayev.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 4 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire