Tour d’horizon du Moyen-Orient : Un rappel des jours sombres à Istanbul | Nouvelles

0
12

Voici un tour d’horizon de la couverture d’Al Jazeera au Moyen-Orient cette semaine.

Istanbul est sous le choc d’un attentat meurtrier, le monde arabe manque d’eau et l’Iran est condamné à mort. Voici votre résumé, rédigé par Abubakr Al-Shamahi, rédacteur en chef d’Al Jazeera Digital pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

La vidéo granuleuse prise par les caméras de sécurité montre une femme marchant avec ce qui ressemble à un sac. Elle s’arrête pour s’asseoir sur un banc le long Avenue d’Istiklalune allée piétonne bondée dans le centre Istanbul. Elle se lève alors et s’éloigne. La qualité de la vidéo n’est pas excellente, mais les autorités turques affirment que la femme a laissé son sac derrière elle. Quelques minutes plus tard, il y a une explosion qui tue six personnes, dont un enfant.

Pour de nombreuses personnes à Istanbul, l’attentat à la bombe leur a rappelé les jours les plus sombres de 2015 et 2016. À l’époque, la plus grande ville de Turquie, avec le reste du pays, a fait face à une série d’attaques, certaines par ISIL (ISIS), d’autres par groupes affiliés au PKK kurde.

Je vivais à Istanbul et je me souviens d’avoir passé régulièrement devant la discothèque Reina, le site de l’un des pires attentats. C’est là qu’un homme armé de l’EIIL a tiré et tué 39 personnes célébrant le Nouvel An 2017. Je dirais que la sécurité à Istanbul s’est beaucoup améliorée depuis, mais la vue d’une explosion sur Istiklal, au cœur de la ville, a ravivé la peur et, dans certains cas, la défiance.

Les autorités affirment que la principale suspecte de l’attaque a été arrêtée et qu’elle a avoué avoir été entraînée par le PKK de l’autre côté de la frontière syrienne. Le PKK nie cela et a déclaré qu’il n’était en aucune façon impliqué. Celui qui a fait cela, n’exclut pas que la Turquie poursuive l’opération militaire anti-PKK en Syrie qu’elle menace depuis plusieurs mois maintenant.

Le sel incruste les terres agricoles arides dans la province d’al-Muthanna alors que l’augmentation des niveaux de salinité dans le sol rend inutiles de vastes étendues de terres agricoles irakiennes [Alaa Al-Marjani/Reuters]

Une crise de l’eau dans le monde arabe

Alors que le sommet sur le climat COP27 se termine en Égypte cette semaine, beaucoup d’attention a été accordée à la région au sens large. crises environnementales. Le principal d’entre eux est le fait que la région s’assèche – et rapidement. Prendre Irak — l’ancienne Mésopotamie, littéralement la « terre entre les deux fleuves ». En raison de la réduction des précipitations, de la surexploitation et des barrages en Turquie, les niveaux d’eau du Tigre et de l’Euphrate ont considérablement baissé, entraînant des terres moins fertiles. Mauvais pour l’agriculture, mais bon pour l’archéologie – le réservoir créé par le barrage de Mossoul s’est tellement asséché que l’ancienne ville de Zakhiku a refait surface.

Pendant ce temps, de l’autre côté du monde arabe, en Maroc, les problèmes similaires abondent. Les lits de rivières asséchés de la vallée du Dadès n’ont laissé aux habitants que des souvenirs des eaux qui traversaient leurs villages. Ils accusent la mauvaise gestion des ressources en eau, l’exploitation minière et une centrale solaire à proximité.

Condamnations à mort en Iran

Manifestations anti-gouvernementales à L’Iran ont maintenant atteint la barre des deux mois et ne montrent aucun signe de relâchement. Mais la répression gouvernementale non plus. La première condamnation à mort liée à la manifestation a été prononcée dimanche, suivie de quatre autres depuis lors. Mais vous avez peut-être vu un autre chiffre diffusé en ligne, à savoir que 15 000 exécutions ont été commandés. C’est faux, et nous allons vous dire pourquoi.

Et maintenant pour quelque chose de différent

Irak a connu 40 années tumultueuses, et avec elle, la célèbre ville de Bagdad Hôtel Al Rasheed. Situé sur les rives du Tigre, l’hôtel était l’endroit à voir – littéralement. Sous Saddam Hussein, l’hôtel était équipé de miroirs sans tain et de caméras cachées. Esthétiquement, le sol du hall comportait autrefois une mosaïque du président George HW Bush, afin que les gens puissent marcher sur son visage. Après l’invasion américaine qui a renversé Saddam, l’hôtel a été pillé et bombardé, avant de devenir une base pour l’armée américaine. Mais maintenant, enfin, des jours meilleurs sont revenus pour l’hôtel, considéré comme l’un des plus beaux de la ville.

À gauche, une photo de personnes marchant sur une mosaïque de l'ancien président américain George Bush en entrant dans un immeuble, à droite, une photo d'un nettoyeur nettoyant la mosaïque de George Bush.
Gauche – En novembre 2002, des membres de l’équipe des inspecteurs en armement des Nations Unies marchent sur la mosaïque de l’ancien président américain George HW Bush [Awad Awad/AFP]. À droite – Un employé de l’Al Rasheed nettoie l’entrée de l’hôtel en 1994 [Jamal Saidi/Reuters]

En bref

L’Iran accusé après qu’un pétrolier ait été touché par un drone « bombardé » au large des côtes de Oman – Agence des Nations Unies pour Palestiniens est à court de millions de financement – Azerbaïdjan arrête cinq personnes accusées d’espionnage L’Iranisraélien une attaque aérienne tue deux soldats Syrie – La FIFA annonce Tel-Aviv-Doha vols charters pour le Coupe du mondemais le Qatar dit non à la normalisation – Netanyahu d’Israël donné mandat de former le gouvernement – palestinien abattu après avoir tué trois Israéliens dans une colonie de Cisjordanie – 15 ans fille palestinienne abattu par armée israélienneLa famille de Shireen Abu Akleh bonne nouvelle que NOUS prévoit d’enquêter sur son meurtre par Israël – Deux égyptien filles retrouvées mortes à Syrie camp hébergeant des familles de l’EIIL

Citation de la semaine

“Je n’ai pas célébré depuis longtemps et je veux célébrer avec mes compagnons de cellule, alors apportez un gâteau.” – Activiste égyptien Alaa Abdel-Fattah, dans une lettre à sa mère de prison. Abd el-Fattah avait fait une grève de la faim et avait cessé de boire de l’eau pour protester contre son emprisonnement, attirant l’attention de COP27. Sa famille craignait le pire après qu’il soit resté silencieux pendant quelques jours, mais il leur a maintenant dit qu’il expliquerait pourquoi il avait mis fin à sa grève de la faim lors de sa réunion hebdomadaire avec sa mère. Abd el-Fattah n’est que l’un des milliers de prisonniers politiques de Egypte. Les critiques ont accusé le pays d’utiliser la COP27 pour dissimuler son piètre bilan en matière de droits de l’homme et ont également averti les participants à la conférence que l’application COP27 pourrait être utilisée à des fins de surveillance.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/11/17/middle-east-round-up-a-reminder-of-dark-days-in-istanbul

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire