Trump, Cruz en tête d’affiche de la conférence Texas de la NRA ce week-end. Pour le Gun Lobby, c’est Déjà-Vu. – Mère Jones

0
33

Michel Conroy/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Mardi, un homme armé de 18 ans a tué 19 enfants et deux enseignants dans une école primaire d’Uvalde, au Texas. Le massacre, infligé à un groupe regroupé dans une salle de classe, est désormais la deuxième fusillade la plus meurtrière jamais enregistrée dans le pays. Le tireur avait acheté deux fusils de type AR-15 dans la semaine avant de se déchaîner mardi, en grande partie grâce aux efforts vigoureux du lobby des armes à feu pour autoriser la vente d’armes aux moins de 21 ans.

Le gouverneur Greg Abbott et le sénateur Ted Cruz ont tous deux offert leurs pensées et leurs prières à la suite de la fusillade d’Uvalde. Mais les deux républicains sont curieusement silencieux sur leurs plans du week-end à venir pour faire la une, aux côtés du chef de facto du parti, Donald Trump, la conférence annuelle de la National Rifle Association à quelques centaines de kilomètres à l’est de la fusillade d’Uvalde à Houston.

Ce silence pourrait-il être le signe de délibérations stressantes sur l’opportunité de poursuivre le rassemblement de ce week-end ? C’est hautement improbable, et en fait, une telle hypothèse serait beaucoup trop généreuse compte tenu de l’histoire des hommes qui brandissent allègrement des armes à feu afin d’attirer les électeurs. Cruz, dans une vidéo qui a refait surface aujourd’hui, a même frit du bacon sur un pistolet similaire à celui utilisé lors de la fusillade de mardi. Abbott et ses collègues républicains du Texas ont assoupli les lois sur les armes à feu, même après d’autres fusillades de masse.

Quant à la NRA, le lobby des armes à feu s’est littéralement retrouvé dans la même position auparavant. Quelques jours seulement après la fusillade de l’école Columbine en 1999 dans le Colorado, la NRA a également débattu de l’opportunité de tenir sa conférence annuelle, également quelques jours seulement après que plusieurs personnes ont été tuées dans une école et à quelques kilomètres de là. Voici un instantané de ces moments privés dans le sillage immédiat de Columbine, obtenu par NPR l’année dernière, et légèrement modifié pour le contexte :

“Vous devez aller de l’avant”, déclare Marion Hammer, lobbyiste de longue date de la NRA. “Pour que la NRA abandonne cela et le montant d’argent que nous avons dépensé …”

« Nous avons une assurance réunion », répond Wayne LaPierre.

“Vissez l’assurance”, dit Hammer. “Le message qu’il enverra est que même la NRA a été mise à genoux, et les médias s’en donneront à cœur joie.”

Oui, la NRA a finalement décidé de poursuivre l’événement, fondant largement sa décision sur l’idée que faire autrement enverrait le message que le lobby des armes à feu avait été «mis à genoux». Oui, un dirigeant à l’époque a fait valoir que les médias “s’amuseraient” s’ils décidaient d’annuler. C’était en 1999, après la fusillade la plus meurtrière dans une école depuis des décennies, une horreur souvent considérée comme la première des temps modernes. Les États-Unis ont été témoins d’innombrables actes de violence armée, à l’intérieur des écoles, des supermarchés, des parkings et au-delà depuis lors, chacun sans jamais inciter à une législation significative sur les armes à feu, mais à la place, le même défilé de réponses fatiguées – de pensées et prières pour ce n’est pas le moment de faire de la politique pour épinglons cela sur les malades mentaux— prendre la place de l’action.

Vous pouvez donc probablement vous attendre à ce qu’Abbott, Cruz et Trump conservent leurs apparitions sous le chapiteau ce week-end, où ils sont presque certains de réclamer des propositions pro-armes qui, de mauvaise foi, affirment qu’elles auraient arrêté le massacre de mardi. (Ils sont déjà sur Fox News pour des gardes du corps armés; cela a été effectivement réfuté comme étant utile.) Si quoi que ce soit, ce week-end offre à ces trois hommes l’occasion de tonner à quel point ils sont sacrément durs.

Mais une chose que vous ne verrez pas lorsque Trump montera sur scène ? Armes à feu. Ils sont trop dangereux pour l’événement.

Imaginez maintenant si on nous offrait à tous les mêmes protections que notre ancien président.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire