Tuer des journalistes palestiniens et le silence de l’apartheid israélien

0
190

Source photo : Osps7 – CC BY 2.0

Dans la cacophonie du Moyen-Orient et de la guerre en Ukraine, l’occupation brutale de la Cisjordanie et de Gaza par Israël est tombée dans l’ombre. Mais l’assassinat de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh a servi de vicieux rappel de la criminalité d’Israël.

Abu Akleh a été assassinée le 11 mai à Jénine en Cisjordanie, alors qu’elle se tenait (portant un gilet de presse) aux côtés de collègues, alors qu’elle couvrait des raids de l’armée israélienne. Ses funérailles ont eu lieu deux jours plus tard à Jérusalem-Est et ont été suivies par des milliers de Palestiniens. Dans des scènes chaotiques non provoquées, la police israélienne, qui a déclaré que les personnes en deuil « perturbaient l’ordre public », a attaqué le cortège funèbre, donnant des coups de pied et frappant sans discrimination les gens avec des matraques, faisant tomber les porteurs de cercueil.

Dans une tentative grossière de rejeter la responsabilité, l’armée israélienne a affirmé qu’Abu Akleh avait été tué par des tirs palestiniens, lors d’affrontements avec des soldats israéliens. C’est complètement faux; d’autres journalistes présents sur les lieux ont confirmé qu’il n’y avait pas eu de tirs d’hommes armés palestiniens. Les syndicats du monde entier se sont unis pour exiger une enquête indépendante sur sa mort « et que l’auteur soit traduit en justice ». Sans surprise, CNN a adopté le faux récit d’Israël, la couverture de la BBC était ambiguë, neutre, diraient-ils – veule.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré que Tel-Aviv proposait une « enquête pathologique conjointe », et, ne voyant pas la vile hypocrisie, a ajouté que « les journalistes doivent être protégés dans les zones de conflit ». Human Rights Watch (HRW) enquête et a dénoncé les enquêtes israéliennes sur de tels incidents « en tant que mécanismes blanchis à la chaux… la réalité est qu’il n’y a aucune responsabilité pour ce genre d’abus lorsqu’il s’agit d’actions des autorités israéliennes ».

Les journalistes et les professionnels des médias sont la cible d’Israël depuis des années : assassinés et intimidés par des voyous en uniforme afin de les faire taire, de les empêcher de dire la vérité et de témoigner de la criminalité et de la violence du régime israélien en Palestine.

Le meurtre d’Abu Akleh n’est que le plus récent. Au moins 46 journalistes ont été tués dans les Territoires palestiniens occupés (TPO) depuis 2000, et personne n’a encore été tenu pour responsable. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a récemment soumis une affaire à la Cour pénale internationale (CPI) alléguant que le « ciblage systématique par Israël des journalistes travaillant en Palestine et son incapacité à enquêter correctement sur les meurtres de travailleurs des médias constituent des crimes de guerre ». Les avocats qui ont présenté les affaires ont déclaré qu’elles “sont emblématiques des attaques systématiques en cours et de l’utilisation de la force létale contre les journalistes et les médias en Palestine par les services de sécurité israéliens”.

Ce ne sont pas seulement les travailleurs des médias/journalistes qui sont ciblés par Israël, c’est pratiquement tous les Palestiniens vivant dans les TPO, y compris les enfants. Depuis 2000, « au moins 10 349 Palestiniens » ont été tués par Israël (1 304 Israéliens tués), dont 2 349 enfants, et (jusqu’en 2018) plus de 100 000 Palestiniens ont été blessés, selon les informations recueillies par Israel-Palestine Timeline.

L’apartheid en gros

La machine israélienne de brutalité et de contrôle est implacable et impitoyable. Les Palestiniens des territoires occupés vivent sous l’ombre d’une violence suffocante, qui se manifeste sous diverses formes : meurtres et mutilations ciblés et aveugles ; détruire des fermes/oliveraies et voler des terres ; l’épreuve déshumanisante du passage par les points de contrôle israéliens, qui rend les déplacements dans le pays interminables et stressants ; limiter la pêche au large de la côte de Gaza ; la construction de colonies israéliennes illégales (ce qui est un crime de guerre) à l’intérieur de la Cisjordanie ; interdisant les groupes de la société civile palestinienne – en les qualifiant d’organisations terroristes – en octobre 2021, Israël a fermé trois groupes palestiniens de défense des droits de l’homme, détenu et poursuivi leurs employés sous des allégations de contre-terrorisme complètement fausses. Et expulser des Palestiniens et démolir leurs maisons – au cours des huit premiers mois de 2021, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Israël a démoli « 666 maisons et autres structures palestiniennes en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, déplaçant 958 personnes, soit une augmentation de 38 % par rapport à la même période en 2020. »

Tout cela et ce que Michael Lynk, le rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme dans les TPO décrit comme « un double système juridique et politique profondément discriminatoire, qui privilégie les 700 000 colons juifs israéliens vivant dans les 300 colonies israéliennes illégales à Jérusalem-Est et à l’ouest ». Bank », est le lot quotidien collectif des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, et équivaut à l’apartheid (ségrégation, discrimination politique/sociale/économique).

Les conditions à Gaza, où vivent environ 700 000 Palestiniens, sont encore pires que celles que l’on trouve en Cisjordanie. La population a un accès insuffisant à l’électricité, à l’eau et aux services de santé, et les États de l’ONU sont menacés par « l’effondrement de l’économie et [have] pas de possibilité de voyager librement dans le reste de la Palestine [West Bank] ou le monde extérieur. Largement considérée comme la plus grande prison du monde, le sentiment d’emprisonnement s’est intensifié pendant Covid lorsqu’Israël a utilisé la pandémie pour justifier le resserrement de restrictions déjà suffocantes.

Dans les deux territoires – Gaza et la Cisjordanie, Israël impose ce qu’Amnesty International décrit comme « un système d’oppression et de domination contre les Palestiniens… afin de profiter aux Israéliens juifs. Cela équivaut à l’apartheid interdit par le droit international. Soutenue par les États-Unis, militairement et politiquement, la machine d’État israélienne ignore ces faits et fait ce qu’elle veut. Le soutien aveugle des administrations américaines successives et de leurs alliés à la bouche farineuse donne lieu à l’impunité israélienne et à l’arrogance hérissée.

Israël écrase les Palestiniens depuis sa création en 1948 : les Palestiniens ont toujours été considérés comme une menace pour l’État juif et ont donc été expulsés, séparés, contrôlés ; expulsés de leurs terres et privés de leurs droits économiques, sociaux et humains. L’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens et la destruction de centaines de villages palestiniens après 1948 constituent un nettoyage ethnique, qui s’est transformé en une forme hautement organisée d’apartheid. Comme l’a dit Michael Lynk, “le régime militaire d’Israël dans le territoire palestinien occupé a été délibérément construit …… pour concevoir démographiquement une revendication souveraine israélienne permanente et illégale sur le territoire occupé, tout en confinant les Palestiniens dans des réserves plus petites et plus confinées de terres déconnectées. ” Dans le cadre de ce confinement, les réfugiés palestiniens vivant en dehors d’Israël et des TPO se voient légalement refuser le droit au retour, une autre violation flagrante du droit international.

L’ONU, HRW et Amnesty International qualifient d’apartheid le traitement des Palestiniens par l’État israélien. Dans son rapport de 2021, Human Rights Watch confirme ce qui est le cas depuis des décennies, à savoir que “la répression contre les Palestiniens vivant dans les TPO (Cisjordanie et bande de Gaza) équivaut aux crimes contre l’humanité de l’apartheid et de la persécution”. Dans son rapport, “L’apartheid d’Israël contre les Palestiniens”, Amnesty confirme qu’Israël applique un système de “répression et d’oppression”, un système “qui opère avec des niveaux d’intensité et de répression variables en fonction du statut des Palestiniens dans les enclaves séparées où les Palestiniens vivent aujourd’hui, et viole leurs droits de différentes manières, cherche en fin de compte à établir et maintenir l’hégémonie juive partout où Israël exerce un contrôle effectif ».

Amnesty décrit la méthodologie répressive d’Israël comme systématisée et hautement organisée. Les lois, politiques et pratiques sont conçues et appliquées pour empêcher les Palestiniens de revendiquer des droits égaux à ceux des Israéliens juifs en Israël et dans les TPO, et sont donc « destinés à opprimer et à dominer le peuple palestinien ».

L’apartheid n’est pas seulement une répression systématique et un contrôle généralisé, c’est une attitude mentale de préjugés extrêmes qui conduit et permet des actes inhumains de violence, d’exploitation et d’humiliation. Il permet le meurtre de civils, l’assassinat d’un journaliste éminent, la destruction de maisons familiales et la litanie d’horreurs qu’Israël mène contre le peuple palestinien ; des atrocités visibles pour tous ceux qui se soucient de regarder.

Pendant des décennies, les Palestiniens ont crié, pointant du doigt le régime d’apartheid d’Israël, mais les nations occidentales, soumises aux États-Unis, les ont ignorés, fermant les yeux sur la violence et la criminalité d’Israël. Amnesty a constaté que « la quasi-totalité de l’administration civile et des autorités militaires d’Israël, ainsi que les institutions gouvernementales et quasi-gouvernementales, sont impliquées dans l’application du système d’apartheid contre les Palestiniens à travers Israël et les TPO et contre les réfugiés palestiniens et leurs descendants à l’extérieur ». le territoire.”

Israël n’a pas l’intention de permettre à la légendaire solution à deux États de devenir une réalité, ce qu’il veut est clair : une domination totale. Comme le dit Michael Lynk, le régime militaire d’Israël confine « les Palestiniens dans des réserves plus petites et plus confinées ». Il est autorisé à le faire en raison du soutien des États-Unis et de la puissance du lobby juif en Amérique – un groupe hautement organisé comparable à la NRA en termes d’influence et d’impact destructeur.

Au cours des 40 dernières années, il y a eu des centaines de résolutions de l’ONU soulignant que l’annexion par Israël des TPO, la construction de colonies juives et le déni de l’autodétermination palestinienne, sont illégaux. De telles résolutions sont systématiquement ignorées, et donc l’apartheid continue, les meurtres, la destruction et les injustices continuent. Il est temps que l’Occident, avec ou sans les États-Unis, se réveille, trouve une colonne vertébrale et agisse collectivement contre Israël et pour le peuple palestinien opprimé et victimisé.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/13/killing-palestinian-journalists-and-the-silence-of-israeli-apartheid/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire