Ukraine – La première vague de sanctions ne parvient pas à dissuader Moscou

0
241

Au cours des derniers jours, pratiquement tout le monde dans les médias publics est devenu un expert des sanctions contre l’Ukraine, quelle que soit l’expérience réelle dans ce domaine. La seule chose sur laquelle tout le monde s’accorde à ce stade est que la première vague de sanctions occidentales coordonnées, avec de nombreuses mesures précoces qui n’étaient pas pleinement en place, n’a absolument pas réussi à dissuader Moscou d’une nouvelle escalade.

Les analystes et les politiciens qui ont soutenu que la première vague de sanctions finement calibrées seraient insuffisantes pour changer le cap de Moscou se sont malheureusement avérés corrects, certains faisant valoir que le paquet de sanctions relativement restreint de la première phase aurait même pu enhardir Poutine. C’en est une pour les historiens.

A quoi s’attendre maintenant ?

À ce stade, nous pouvons nous attendre à de nouvelles annonces continues de sanctions de représailles croissantes supplémentaires de la part des dirigeants occidentaux en grande pompe, y compris d’éventuels sommets. Ils chercheront à infliger le plus de souffrances possible sans fermer les liens commerciaux vitaux et restreindre les activités « humanitaires ». L’essentiel est qu’après quelques semaines, tous les principaux gouvernements occidentaux coordonneront étroitement et régulièrement de nouvelles séries de sanctions plus sévères à mesure que des échappatoires seront détectées et comblées, tout comme cela a été fait contre la Serbie-Monténégro sous l’égide de l’ONU et de l’OSCE il y a près de trois décennies avec Washington. en tête. Nous avons déjà vu tout cela auparavant, mais cette fois, le veto du Conseil de sécurité de la Russie empêchera la couverture coordonnée des sanctions par l’ONU.

Premières mesures de l’UE, le soi-disant “petit paquete”

Alors que l’action militaire commence, la vraie question à se poser concernant l’activité frénétique à Bruxelles est de savoir si l’UE ou l’OTAN sont l’organisation la plus pertinente pour prendre la tête dans les prochains jours. Il y a des moments où les sanctions ne signifient presque rien, et ces occasions sont précisément celles où des engagements militaires majeurs sont en cours.

L’UE a pu annoncer sa première vague de sanctions le 23 février, et beaucoup d’autres sont préparées à la hâte pour une annonce d’urgence maintenant que les troupes russes sont en mouvement.

Le premier paquet comprend des “mesures restrictives ciblées” contre 351 membres de la Douma (pour avoir voté pour reconnaître les régions séparatistes) et 27 individus et entités de haut niveau. Ces mesures restrictives comprennent un gel des avoirs et une interdiction de mettre des fonds à la disposition des personnes et entités figurant sur la liste. Une interdiction de voyager applicable aux personnes figurant sur la liste les empêche d’entrer ou de transiter par le territoire de l’UE.

Tous les détails sur les entités sanctionnées ici Office des publications (europa.eu)

Le Conseil de l’UE a également décidé le 23 février d’introduire une interdiction sectorielle pour financer la Fédération de Russie, son gouvernement et la Banque centrale. Le Conseil de l’UE a également convenu d’introduire une interdiction d’importer des marchandises en provenance des zones non contrôlées par le gouvernement des oblasts de Donetsk et Lougansk et des restrictions sur le commerce et les investissements liés à certains secteurs économiques.

L’action de l’Allemagne du 22 février concernant l’arrêt de la certification du gazoduc Nord-Stream II, gelant effectivement le projet avec une construction en grande partie achevée, a peut-être été l’action la plus importante prise par un État membre de l’UE à ce jour. Mais le gel de la certification n’équivaut pas à un ordre de démolir la structure ou de la réaffecter, un message qui n’a pas échappé à Moscou.

Royaume-Uni : En fait, la fermeture de la « laverie automatique de Londres ? »

L’utilisation par les oligarques russes des institutions et services financiers basés à Londres a été si étendue ces dernières années que le nom de « laverie automatique londonienne » est désormais largement accepté. Au cours des premiers jours de la semaine, la première tranche de mesures britanniques annoncées par le Premier ministre Boris Johnson a suscité un mépris substantiel pour être considérée comme relativement faible, faisant de ces mesures un fourrage idéal pour une critique parlementaire prolongée. En réponse, Johnson a fait valoir qu’un ensemble beaucoup plus important de sanctions de « représailles » croissantes est maintenu en réserve.

La première phase des mesures britanniques cible cinq banques russes – Rossiya, IS Bank, General Bank, Promsvyazbank et la Black Sea Bank.

Le Royaume-Uni sanctionnera également trois personnes “très fortunées”: Gennady Timchenko, Boris Rotenberg et Igor Rotenberg qui verront leurs avoirs britanniques gelés et seront interdits de voyager dans le pays. De plus, toutes les personnes physiques et morales du Royaume-Uni se verront également interdire d’effectuer des transactions avec elles.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a annoncé plus tard que le Royaume-Uni sanctionnerait également les parlementaires russes qui ont voté pour reconnaître les deux régions d’Ukraine tenues par les rebelles (Donetsk et Louhansk) comme “indépendantes” la semaine dernière et que dans les semaines à venir, les entreprises britanniques seraient également empêchées de faire des affaires dans ces deux zones séparatistes – similaire à la politique appliquée en Crimée.

Les sanctions américaines seront renforcées dans la deuxième phase

Tout comme ses alliés l’ont fait, la première phase des sanctions américaines annoncées par le président Joe Biden le 22 février vise les particuliers, les banques, la dette souveraine russe ainsi que le projet de pipeline Nord Stream 2. Washington, cependant, a depuis longtemps adopté une ligne philosophique plus dure sur les sanctions, plus proche de l’appel à des “sanctions sévères” du ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba, lancé à la fois à Washington et à New York cette semaine.

Dans cette phase, Washington a annoncé des mesures contre VEB et Promsvyazbank, deux des plus grandes institutions financières de Russie, qui soutiennent le développement économique et les projets militaires. Washington gèlera leurs avoirs aux États-Unis, interdira aux particuliers et aux entreprises américains de conclure des transactions, s’efforcera de les exclure du système financier mondial et de leur interdire l’accès au dollar.

Parmi les Russes qui viennent d’être frappés de sanctions figurent Denis Aleksandrovich Bortnikov, le fils du directeur du Service fédéral de sécurité Aleksandr Vasilievich Bortnikov ; Petr Fradkov, président et directeur général de Promsvyazbank ; et Vladimir Kiriyenko, un éminent dirigeant d’entreprise russe et fils d’un haut responsable de Poutine.

En faisant cette annonce, Biden a promis que son administration utilisait “tous les outils à notre disposition” pour limiter l’impact des sanctions sur les prix intérieurs de l’essence, reconnaissant que les Américains verront probablement une augmentation des prix à la pompe dans les mois à venir alors que l’offre mondiale se resserre. Biden a été invité à couper la Russie de Swift, le réseau de paiement international, mais il est entendu qu’il garde cette option en réserve pour le moment.

Le 23 février, le département d’État américain a annoncé qu’il mettait officiellement fin à la dérogation existante de 2021 et qu’il envisageait d’imposer des sanctions à Nord Stream 2 AG (NS2AG), à son PDG Matthias Warnig et aux dirigeants de NS2AG. Washington a réitéré que cette décision était conforme à l’opposition de longue date des États-Unis au gazoduc Nord Stream 2 en tant que projet géopolitique russe et à l’engagement du président selon lequel Nord Stream 2 n’avancerait pas après le début de l’invasion russe de l’Ukraine.

La Russie annule les premières sanctions

La Russie publie des chiffres pour donner l’impression que les sanctions ne sont qu’une simple gêne dans la phase initiale. Le ministère russe des Finances a affirmé le 23 février qu’il disposait de suffisamment d’argent – ​​plus de 4 500 milliards de roubles (environ 56 milliards de dollars) – pour s’assurer qu’il peut être flexible dans l’emprunt d’argent et la vente de nouvelles dettes publiques. Dans les semaines à venir, les adjudications d’obligations d’État russes seront restreintes et ajustées pour tenir compte de la situation du marché, a-t-il ajouté. Les réserves officiellement déclarées par le ministère représentent plus du double de l’emprunt net prévu pour 2022 de 2,2 billions de roubles (27 milliards de dollars).

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire