Un allié de Biden lance l’idée de troupes américaines en Ukraine – News 24

0
95

Un sénateur suggère que l’Ukraine pourrait “se transformer en Syrie”, à moins que les États-Unis et l’OTAN “arrêtent Poutine”

Le sénateur américain Chris Coons (D-Delaware), un homme politique décrit par les médias comme l’allié le plus proche du président Joe Biden au Sénat, a évoqué l’idée de déployer des troupes américaines pour combattre les Russes en Ukraine, affirmant qu’il craignait que l’ancienne république soviétique ne “devenir la Syrie de l’Europe de l’Est.”

“Le peuple américain ne peut pas se détourner de cette tragédie en Ukraine”, Coons a déclaré dimanche dans une interview à CBS News. “Je pense que l’histoire du 21e siècle dépend de la force avec laquelle nous défendons la liberté en Ukraine et que Poutine ne s’arrêtera que lorsque nous l’arrêterons.”

Interrogé par l’hôte Margaret Brennan sur ses récents commentaires appelant les dirigeants américains à discuter des déploiements de troupes en Ukraine, Coons a déclaré que les décideurs politiques doivent tenir compte de la “niveau de brutalité” exposées par les forces russes. Il a crédité Biden d’avoir rassemblé les alliés occidentaux pour imposer “sanctions écrasantes” sur la Russie, mais a suggéré qu’une action plus directe pourrait être nécessaire alors que le président russe Vladimir Poutine fait monter les enchères.




“Si Vladimir Poutine, qui nous a montré à quel point il peut être brutal, est autorisé à continuer à massacrer des civils, à commettre des crimes de guerre dans toute l’Ukraine sans l’OTAN, sans que l’Occident ne vienne à son aide avec plus de force, je crains profondément que ce qui va arrivera ensuite, c’est que nous verrons l’Ukraine se transformer en Syrie », dit Coon. Vraisemblablement, il voulait dire que les États-Unis et l’OTAN doivent venir en aide avec plus de force à l’Ukraine, pas à Poutine.

Coons a travaillé comme stagiaire au bureau du Sénat de Biden dans les années 1990 et a été élu pour occuper son ancien siège au Sénat en 2010. Il a été décrit par le New York Times comme “Les yeux et les oreilles de Biden au Sénat” tandis que Politico l’appelait “le chuchoteur de Biden.” Les médias l’ont qualifié de “Secrétaire d’Etat fantôme” après que la Maison Blanche l’ait envoyé en mission diplomatique en Éthiopie l’année dernière.

Comme Biden, Coons s’est déjà prononcé contre l’envoi de forces américaines en Ukraine. Il contredit rarement, voire jamais, les vues de Biden, donc son changement de rhétorique a soulevé préoccupations sur ce que le commandant en chef pourrait envisager.

Les derniers commentaires du sénateur interviennent trois jours après avoir déclaré que l’administration Biden et les législateurs américains devaient discuter des paramètres de déploiement des troupes en Ukraine. S’exprimant lors d’un événement à l’Université du Michigan, il a fait valoir que si l’implication militaire directe est exclue, “Nous invitons Poutine à un autre niveau d’escalade de la brutalité.”

Nous nous heurtons à un moment de crise des missiles cubains en termes d’affrontement direct entre l’OTAN, les États-Unis, l’Occident et la Russie.


Une

Coons a ajouté que “autocrates du monde entier” – de la Corée du Nord à l’Iran en passant par la Chine – surveillent de près la réponse des États-Unis et de l’OTAN au conflit russo-ukrainien. Il a également qualifié la crise de “L’instant de 1939” faisant apparemment allusion aux premières conquêtes de l’Allemagne nazie en Europe.

“À un moment donné, nous devrons affronter la réalité selon laquelle Poutine pourrait être prêt à aller au-delà de notre volonté de prendre des risques”, dit Coon. “Et si nous permettons à l’Ukraine de devenir la Syrie de l’Europe de l’Est, je pense que nous aurons laissé tomber à la fois le peuple ukrainien et ce moment de l’histoire.”



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire