Un coup dur pour réaliser la région la plus compétitive et la plus dynamique du monde

0
300

Fin 2017, le Mexique a fait la une des journaux lorsque la société italienne Enel a proposé ce qui était alors un prix record mondial pour les énergies renouvelables lors de la troisième vente aux enchères d’énergie de ce type dans le pays. Ce développement a été possible grâce aux réformes historiques et radicales de l’énergie adoptées avec un large soutien au Mexique en 2013. Le président de l’époque, Enrique Peña Nieto, avait réussi là où les précédents présidents mexicains avaient échoué, inversant des décennies de nationalisme des ressources et révisant le secteur de l’énergie par des réformes constitutionnelles qui a donné au secteur privé un rôle plus important et favorisé les énergies renouvelables dans l’économie mexicaine. L’enchère de 2017 semblait indiquer l’avenir radieux du Mexique non seulement en tant que producteur de pétrole conventionnel, mais aussi en tant que puissance énergétique propre.

À peine quatre ans plus tard, le Mexique et ses décideurs envisagent des réformes énergétiques, qui annuleraient ces gains. Le Congrès mexicain débattra bientôt d’un amendement constitutionnel soutenu par l’actuel président Andrés Manuel López Obrador qui a été jugé nécessaire après que les tribunaux mexicains ont contesté la légitimité de la législation antérieure. Le président cherche à rétablir la domination de l’État dans le secteur énergétique mexicain et, selon lui, à minimiser la corruption et à uniformiser les règles du jeu entre l’État et les entreprises privées. L’amendement constitutionnel proposé redirigerait le contrôle du secteur de l’électricité vers le service public, la Commission fédérale de l’électricité (CFE), et replacerait les régulateurs de l’énergie désormais indépendants sous les auspices de l’État. Selon les nouvelles règles, CFE détiendrait au moins 54 % du marché de l’électricité et n’aurait plus à expédier d’abord l’électricité la moins chère, mais donnerait plutôt la priorité à sa propre production d’électricité. Ces changements sont proposés dans le contexte d’une poussée plus large visant à favoriser les entreprises publiques, y compris le géant pétrolier mexicain Pemex, dans le secteur de l’énergie.

Les réformes énergétiques proposées constitueraient un recul important par rapport aux aspirations de l’accord et entraîneraient des coûts d’opportunité pour tous.

Les implications de cette « contre-réforme » constitutionnelle, si elle réussit, sont sérieuses et de grande envergure – et vont bien au-delà de la sphère nationale mexicaine. Premièrement, de tels changements déstabiliseraient le secteur mexicain des énergies renouvelables et la capacité du Mexique à atteindre ses objectifs climatiques déjà trop modestes. La priorisation de l’électricité produite par CFE par rapport à celle des entreprises privées revient en effet à privilégier les énergies fossiles par rapport aux énergies renouvelables. CFE produit principalement de l’électricité à partir de l’hydroélectricité, du nucléaire, du gaz naturel et du mazout. La majeure partie de l’électricité verte du Mexique est produite par le secteur privé, ce qui signifie qu’elle serait expédiée en dernier, bien qu’elle soit moins chère. Les perspectives que le Mexique atteigne ses objectifs climatiques – que le gouvernement Obrador a refusé de réviser pour être plus ambitieux à Glasgow – passeraient de faibles à nulles alors que les énergies renouvelables subiraient ce revers majeur. La loi générale mexicaine de 2012 sur le changement climatique engage actuellement le pays à produire au moins 35 % de son électricité avec des technologies propres d’ici 2024 et à réduire les émissions de 30 % d’ici 2020 et de 50 % d’ici 2050 par rapport à 2000. Pourtant, une étude réalisée en 2021 par le Laboratoire national des énergies renouvelables (NREL) du Département américain de l’énergie a estimé que des changements similaires à ceux préconisés aujourd’hui augmenteraient les émissions de carbone du Mexique de 26 à 65 %.

La réforme constitutionnelle proposée nuirait également à la compétitivité et à la croissance économique du Mexique. L’augmentation de la production d’énergie éolienne et solaire au Mexique depuis les réformes énergétiques de 2013-2014 de l’ancien président Nieto a été une aubaine pour le secteur manufacturier étant donné l’importance des coûts énergétiques pour ces industries. L’électricité de CFE, qui sera désormais dispatchée en premier, sera dans la plupart des cas plus chère que l’énergie renouvelable produite par le secteur privé. La même étude du NREL prévoyait qu’un rôle dominant pour CFE dans le secteur de l’électricité au Mexique augmenterait les coûts de production d’électricité de 32 à 54 % et augmenterait la possibilité de pannes de courant de 8 à 35 %. De plus, les grandes entreprises qui s’approvisionnent directement auprès de centrales électriques privées – dont beaucoup dépendent de sources renouvelables – ne seraient plus en mesure de le faire et seraient obligées de se tourner vers l’électricité plus chère et moins propre fournie par CFE. Une électricité à coût plus élevé rendrait le Mexique beaucoup moins attrayant pour les entreprises et les investisseurs à la recherche d’une alternative compétitive aux opérations de base en Chine au milieu des tensions croissantes entre Pékin et l’Occident. De plus, les entreprises internationales engagées dans leurs propres objectifs de « zéro carbone » seraient moins intéressées à établir des opérations dans un endroit qui aggraverait ou n’améliorerait pas leur empreinte carbone.

Enfin, les réformes constitutionnelles proposées créeront presque certainement de plus grandes frictions dans les relations du Mexique avec les États-Unis et le Canada. Plus important encore, ils sont considérés par certains comme une violation de l’USMCA, dans lequel les signataires se sont engagés à ne pas favoriser les entreprises nationales au détriment des investisseurs étrangers. Le pacte commercial offre des recours aux investisseurs énergétiques étrangers au Mexique lorsque la concurrence loyale sur le marché est compromise ; Bloomberg calcule que les réformes mettraient en péril plus de 22 milliards de dollars d’installations solaires, éoliennes et d’autres énergies renouvelables appartenant à des étrangers. Le pacte commercial ne mentionne pas la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ni l’Accord de Paris dans la liste des accords par lesquels les signataires se sont engagés à maintenir des lois ou des règlements pour remplir ces obligations. Mais l’USMCA affirme « l’engagement de chaque pays à mettre en œuvre les accords multilatéraux sur l’environnement auxquels il est partie », et les réformes entraveraient clairement la capacité du Mexique à le faire. En plus de ces violations potentielles de l’USMCA, les réformes énergétiques proposées constitueraient un recul important par rapport aux aspirations de l’accord et entraîneraient des coûts d’opportunité pour tous en empêchant les trois pays d’approfondir leur commerce et d’autres formes de coopération liées au climat. La vision selon laquelle le continent serait « la région la plus compétitive et la plus dynamique du monde » telle qu’énoncée par les dirigeants des États-Unis, du Canada et du Mexique en 2014 serait difficile à réaliser si le Mexique s’éloignait résolument du secteur privé et des énergies renouvelables.

Les gouvernements américain et canadien ont à la fois les raisons et la responsabilité d’exhorter les décideurs politiques mexicains à s’opposer à cet amendement constitutionnel et à l’orientation générale des réformes énergétiques du président Obrador. La volonté de restaurer la primauté de l’État et, par conséquent, le rôle des combustibles fossiles dans l’économie mexicaine a des implications sur le climat, la compétitivité et la coopération qui intéressent et importent directement les voisins du nord du Mexique. Les gouvernements Biden et Trudeau semblent l’avoir clairement indiqué à l’administration Obrador. Maintenant que l’action se déplace vers le Congrès mexicain avec un débat et un vote en avril 2022, il en va de même pour la diplomatie de Washington et d’Ottawa. Les implications pour la prospérité, la compétitivité et le climat du continent sont toutes en jeu.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire