Un crime innommable – CounterPunch.org

0
50

À l’occasion de la marche Prohibit Nukes, Promote HOPE—Memorial Day, rassemblement au campus de la sécurité nationale de Kansas City le 30 mai 2022

Il y a quatre mois, deux jours avant que le monde civilisé ne célèbre un an depuis l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires le 22 janvier, des responsables ici au campus de la sécurité nationale de Kansas City ont organisé une célébration virtuelle d’une étape différente avec des partenaires de partout la National Nuclear Security Administration et l’US Air Force. “Avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme”, ils ont salué l’achèvement de la première unité de production du programme de prolongation de la durée de vie de la bombe B61-12. Cette usine est responsable de la production de 39 assemblages de composants non nucléaires majeurs du B61-12.

Le programme d’un billion de dollars visant à prolonger la durée de vie des armes nucléaires est en contradiction avec le Traité sur la non-prolifération nucléaire, ratifié par les États-Unis, bafouant l’article VI du traité, qui exige que “toutes les parties s’engagent à poursuivre des négociations de bonne foi sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires, au désarmement nucléaire et au désarmement général et complet. Au cours des neuf années qui ont suivi la mise en œuvre du programme de prolongation de la vie B61-12, l’espérance de vie des humains dans ce pays a chuté. Imperturbable, la NNSA se vante d’avoir prolongé la durée de vie du B61-12 d’au moins 20 ans !

Cette nouvelle bombe remplacera l’ancienne B61, la principale bombe gravitationnelle thermonucléaire de l’arsenal américain, également déployée avec les alliés de l’OTAN en Europe dans le cadre d’un “Nuclear Weapons Sharing Program”. Une amélioration est que ces nouvelles bombes ont des ailerons de queue orientables qui les rendent beaucoup plus précises et déployables. Leur force explosive peut également être augmentée ou diminuée de 1 à 50 kilotonnes, soit plus de trois fois la puissance de la bombe qui a détruit Hiroshima en 1945.

“Plus précise et déployable” est une autre façon de dire plus susceptible d’être utilisée, et avec ces nouvelles armes à portée de main, les planificateurs de guerre américains réfléchissent à des façons de les utiliser. Un rapport de juin 2019 des chefs d’état-major interarmées des États-Unis, “Nuclear Operations”, suggère que “l’utilisation d’armes nucléaires pourrait créer des conditions pour des résultats décisifs (et) affecter la manière dont les commandants l’emporteront dans un conflit”.

J’étais en Europe l’automne dernier lors des exercices « Steadfast Noon » de l’OTAN, l’événement annuel où les militaires de 14 pays de l’OTAN répètent une invasion de la Russie. Ces répétitions expliquent comment une OTAN en expansion armée d’armes nucléaires plus précises et flexibles comme celles fabriquées ici même à Kansas City pourrait faire basculer un équilibre précaire. Depuis l’invasion de l’Ukraine, les commandants russes ont également spéculé sur la manière dont leurs propres armes nucléaires plus précises et plus flexibles pourraient les aider à l’emporter.

“Les États-Unis n’envisageraient l’utilisation d’armes nucléaires que dans des circonstances extrêmes pour défendre les intérêts vitaux des États-Unis ou de leurs alliés et partenaires”, déclare le Pentagone 2022 Nuclear Posture Review. La Russie, plus modestement pour sa part, a abandonné sa propre politique de non-utilisation en premier et “se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires… lorsque l’existence même de l’État est en danger”.

Les États-nations, leurs intérêts vitaux et leur existence même sont temporaires. Ces menaces de détruire la planète pour leur défense sont insensées.

On croyait qu’une doctrine de «destruction mutuelle assurée», selon laquelle l’horrible dévastation provoquée par un échange nucléaire ne laisserait aucun vainqueur, est ce qui a aidé à empêcher une guerre mondiale au cours des dernières décennies. L’illusion croissante parmi les planificateurs de guerre qu’une guerre nucléaire peut être gagnée place le monde dans un péril sans précédent. En cette période de catastrophe climatique, de famine et de pandémie, le gaspillage de ressources pour fabriquer des armes nucléaires est un crime innommable.

En 1949, au début de la guerre froide avec la Russie, le moine et poète Thomas Merton écrivait : « Quand je prie pour la paix, je prie Dieu de pacifier non seulement les Russes et les Chinois, mais surtout ma propre nation et moi-même. Quand je prie pour la paix, je prie pour être protégé non seulement des Rouges mais aussi de la folie et de l’aveuglement de mon propre pays. Quand je prie pour la paix, je prie non seulement pour que les ennemis de mon pays cessent de vouloir la guerre, mais surtout pour que mon propre pays cesse de faire les choses qui rendent la guerre inévitable. En d’autres termes, lorsque je prie pour la paix, je ne prie pas seulement pour que les Russes abandonnent sans lutter et nous laissent suivre notre propre chemin. Je prie pour que nous et les Russes puissions d’une manière ou d’une autre retrouver la raison et apprendre à résoudre nos problèmes, du mieux que nous pouvons, ensemble, au lieu de nous préparer à un suicide mondial.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/02/an-unspeakable-crime/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire