Un expert de l’ONU demande une enquête accélérée sur les meurtres au Soudan après le coup d’État | Actualités sur les droits de l’homme

0
105

Un manifestant a été tué lors des manifestations de vendredi malgré les appels de l’ONU aux forces de sécurité pour “s’abstenir de toute violence excessive contre les manifestants”.

Un expert des droits de l’homme des Nations Unies sur le Soudan a appelé à des enquêtes accélérées sur les meurtres de manifestants et d’autres atrocités, alors que le nombre de morts depuis le coup d’État de l’année dernière approche les 100.

Le Soudan a été secoué par l’aggravation des troubles et une violente répression contre les manifestations de masse quasi hebdomadaires depuis que la prise de pouvoir du chef de l’armée Abdel Fattah al-Burhan le 25 octobre a fait dérailler une transition fragile vers un régime civil.

“Il est tout simplement inacceptable que 99 personnes aient été tuées et plus de 5 000 blessées à la suite d’un usage excessif de la force par les forces de sécurité conjointes”, a déclaré Adama Dieng aux journalistes samedi, citant un bilan fourni par des médecins pro-démocratie.

Il a appelé les autorités à “accélérer” les enquêtes sur les meurtres de manifestants.

Lors de sa deuxième visite au Soudan depuis le coup d’État de l’année dernière, Dieng a fait part de ses inquiétudes lors d’entretiens avec de hauts responsables concernant les arrestations arbitraires et massives d’activistes, la violence sexuelle et sexiste et les “actes de torture et de mauvais traitements” pendant les détentions.

Il a déclaré qu’une enquête mise en place par les autorités soudanaises a confirmé “quatre cas de violences sexuelles” lors des manifestations.

L’expert de l’ONU a également souligné une intensification d’une crise économique existante depuis le coup d’État, qui a vu les donateurs occidentaux revenir sur la touche, après un bref engagement avec un gouvernement civilo-militaire de partage du pouvoir établi à la suite de la destitution du président Omar. el-Béchir en 2019.

La flambée des prix et une mauvaise récolte « devraient augmenter considérablement le nombre de personnes vivant dans la pauvreté », a-t-il noté.

Dieng doit rencontrer al-Burhan plus tard samedi.

Vendredi, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues du Soudan pour marquer le troisième anniversaire d’une répression qui, selon les médecins, a tué 128 personnes en juin 2019, lorsque des hommes armés en tenue militaire ont violemment dispersé un sit-in d’une semaine devant le quartier général de l’armée.

Un manifestant a été tué lors des manifestations de vendredi malgré les appels de Dieng, repris par des diplomates occidentaux, aux forces de sécurité de « s’abstenir de toute violence excessive contre les manifestants ».

L’ONU, ainsi que l’Union africaine et le groupe régional IGAD, ont fait pression pour que des pourparlers dirigés par les Soudanais sortent de l’impasse politique post-coup d’État.

Vendredi, le représentant spécial de l’ONU, Volker Perthes, a annoncé que le Conseil de sécurité avait voté la prolongation d’un an de la mission de l’ONU au Soudan.

Perthes, ainsi que des représentants de l’UA et de l’IGAD, ont convenu avec des responsables militaires de lancer des “pourparlers directs” entre les factions soudanaises la semaine prochaine.

Dimanche, al-Burhan a levé l’état d’urgence en vigueur depuis le coup d’État pour préparer le terrain à « un dialogue significatif qui assure la stabilité pendant la période de transition ».

Depuis avril, les autorités soudanaises ont libéré plusieurs dirigeants civils et militants pro-démocratie.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/4/un-expert-demands-accelerated-probe-into-sudan-post-coup-killings

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire