Un guide des armes nucléaires “tactiques” et pourquoi il est peu probable que Poutine les utilise en Ukraine

0
12

Les armes nucléaires tactiques ont fait irruption sur la scène internationale alors que le président russe Vladimir Poutine, confronté à des pertes sur le champ de bataille dans l’est de l’Ukraine, a menacé que la Russie “utiliserait tous les systèmes d’armes à sa disposition” si l’intégrité territoriale de la Russie était menacée. Poutine a caractérisé la guerre en Ukraine comme une bataille existentielle contre l’Occident, qui, selon lui, veut affaiblir, diviser et détruire la Russie.

Le président américain Joe Biden a critiqué les menaces nucléaires manifestes de Poutine contre l’Europe. Pendant ce temps, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg a minimisé la menace, affirmant que Poutine “sait très bien qu’une guerre nucléaire ne devrait jamais être menée et ne peut être gagnée”. Ce n’est pas la première fois que Poutine invoque les armes nucléaires pour tenter de dissuader l’OTAN.

Je suis un spécialiste de la sécurité internationale qui a travaillé et étudié la théorie de la retenue nucléaire, de la non-prolifération et de la signalisation coûteuse appliquée aux relations internationales pendant deux décennies. Le vaste arsenal russe d’armes nucléaires tactiques, qui ne sont pas régies par des traités internationaux, et la doctrine de Poutine de menacer leur utilisation ont suscité des tensions, mais les armes nucléaires tactiques ne sont pas simplement un autre type d’arme de champ de bataille.

Tactique en chiffres

Les armes nucléaires tactiques, parfois appelées champs de bataille ou armes nucléaires non stratégiques, ont été conçues pour être utilisées sur le champ de bataille, par exemple pour contrer des forces conventionnelles écrasantes telles que de grandes formations d’infanterie et de blindés. Ils sont plus petits que les armes nucléaires stratégiques comme les ogives transportées sur les missiles balistiques intercontinentaux.

Bien que les experts ne soient pas d’accord sur les définitions précises des armes nucléaires tactiques, des rendements explosifs inférieurs, mesurés en kilotonnes, et des véhicules de livraison à plus courte portée sont des caractéristiques couramment identifiées. Les armes nucléaires tactiques varient en rendement de fractions de 1 kilotonne à environ 50 kilotonnes, par rapport aux armes nucléaires stratégiques, qui ont des rendements allant d’environ 100 kilotonnes à plus d’une mégatonne, bien que des ogives beaucoup plus puissantes aient été développées pendant la guerre froide.

Pour référence, la bombe atomique larguée sur Hiroshima était de 15 kilotonnes, de sorte que certaines armes nucléaires tactiques sont capables de provoquer une destruction généralisée. La plus grosse bombe conventionnelle, la Mother of All Bombs ou MOAB, que les États-Unis ont larguée a un rendement de 0,011 kilotonne.

Les systèmes de livraison pour les armes nucléaires tactiques ont également tendance à avoir des portées plus courtes, généralement inférieures à 310 miles (500 kilomètres) par rapport aux armes nucléaires stratégiques, qui sont généralement conçues pour traverser les continents.

Parce que la force explosive des armes nucléaires à faible rendement n’est pas beaucoup plus grande que celle des armes conventionnelles de plus en plus puissantes, l’armée américaine a réduit sa dépendance à leur égard. La majeure partie de son stock restant, environ 150 bombes à gravité B61, est déployée en Europe. Le Royaume-Uni et la France ont complètement éliminé leurs stocks tactiques. Le Pakistan, la Chine, l’Inde, Israël et la Corée du Nord disposent tous de plusieurs types d’armes nucléaires tactiques.

La Russie a conservé plus d’armes nucléaires tactiques, estimées à environ 2 000, et s’est davantage appuyée sur elles dans sa stratégie nucléaire que les États-Unis, principalement en raison des armements et des capacités conventionnels moins avancés de la Russie.

Les armes nucléaires tactiques de la Russie peuvent être déployées par des navires, des avions et des forces terrestres. La plupart sont déployés sur des missiles air-sol, des missiles balistiques à courte portée, des bombes à gravité et des grenades sous-marines lancées par des bombardiers à moyenne portée et tactiques, ou des torpilles navales anti-navires et anti-sous-marines. Ces missiles sont pour la plupart gardés en réserve dans des dépôts centraux en Russie.

La Russie a mis à jour ses systèmes de livraison pour pouvoir transporter des bombes nucléaires ou conventionnelles. Ces systèmes de livraison à double capacité suscitent une inquiétude accrue, car la Russie a utilisé bon nombre de ces systèmes de missiles à courte portée, en particulier l’Iskander-M, pour bombarder l’Ukraine.

Les armes nucléaires tactiques sont nettement plus destructrices que leurs homologues conventionnelles, même à la même énergie explosive. Les explosions nucléaires sont plus puissantes par des facteurs de 10 millions à 100 millions que les explosions chimiques, et laissent des retombées mortelles de rayonnement qui contamineraient l’air, le sol, l’eau et les réserves de nourriture, similaires à la désastreuse fusion du réacteur nucléaire de Tchernobyl en 1986. Le site de simulation interactif NUKEMAP par Alex Wellerstein dépeint les effets multiples des explosions nucléaires à divers rendements.

Une arme nucléaire peut-elle être tactique ?

Contrairement aux armes nucléaires stratégiques, les armes tactiques ne sont pas axées sur la destruction mutuellement assurée par des représailles écrasantes ou une dissuasion nucléaire parapluie pour protéger les alliés. Alors que les armes nucléaires tactiques n’ont pas été incluses dans les accords de maîtrise des armements, les armes à moyenne portée ont été incluses dans le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (1987-2018), aujourd’hui disparu, qui a réduit les armes nucléaires en Europe.

Les États-Unis et la Russie ont tous deux réduit leurs arsenaux nucléaires totaux d’environ 19 000 et 35 000 respectivement à la fin de la guerre froide à environ 3 700 et 4 480 en janvier 2022. La réticence de la Russie à négocier sur ses armes nucléaires non stratégiques a entravé de nouveaux efforts de contrôle des armes nucléaires.

La question fondamentale est de savoir si les armes nucléaires tactiques sont plus « utilisables » et pourraient donc potentiellement déclencher une guerre nucléaire à grande échelle. Leur développement s’inscrivait dans le cadre d’un effort visant à surmonter les inquiétudes selon lesquelles, les attaques nucléaires à grande échelle étant largement considérées comme impensables, les armes nucléaires stratégiques perdaient leur valeur en tant que moyen de dissuasion contre la guerre entre les superpuissances. Les puissances nucléaires seraient plus susceptibles d’utiliser des armes nucléaires tactiques, en théorie, et ainsi les armes renforceraient la dissuasion nucléaire d’une nation.

Pourtant, toute utilisation d’armes nucléaires tactiques invoquerait des stratégies nucléaires défensives. En fait, le secrétaire à la Défense de l’époque, James Mattis, a notamment déclaré en 2018 : « Je ne pense pas qu’il existe une telle chose comme une arme nucléaire tactique. Toute utilisation d’arme nucléaire à tout moment change la donne stratégique.

Ce documentaire explore comment le risque de guerre nucléaire a changé – et peut-être augmenté – depuis la fin de la guerre froide.

Les États-Unis ont critiqué la stratégie nucléaire russe d’escalade à désescalade, dans laquelle des armes nucléaires tactiques pourraient être utilisées pour dissuader un élargissement de la guerre à l’OTAN.

Bien qu’il existe un désaccord entre les experts, les stratégies nucléaires russe et américaine se concentrent sur la dissuasion et impliquent donc des attaques nucléaires de représailles à grande échelle face à toute première utilisation d’armes nucléaires. Cela signifie que la menace de la Russie d’utiliser des armes nucléaires comme moyen de dissuasion à la guerre conventionnelle menace une action qui, selon la doctrine de la guerre nucléaire, inviterait à une frappe nucléaire de représailles si elle était dirigée contre les États-Unis ou l’OTAN.

Les armes nucléaires et l’Ukraine

Je pense que l’utilisation par la Russie d’armes nucléaires tactiques en Ukraine n’atteindrait aucun objectif militaire. Cela contaminerait le territoire que la Russie revendique comme faisant partie de son empire historique et dériverait peut-être vers la Russie elle-même. Cela augmenterait la probabilité d’une intervention directe de l’OTAN et détruirait l’image de la Russie dans le monde.

Poutine vise à dissuader les succès continus de l’Ukraine à regagner du territoire en annexant de manière préventive des régions de l’est du pays après avoir organisé des référendums organisés. Il pourrait alors déclarer que la Russie utiliserait des armes nucléaires pour défendre le nouveau territoire comme si l’existence de l’État russe était menacée. Mais je crois que cette affirmation étend la stratégie nucléaire de la Russie au-delà de toute croyance.

Poutine a explicitement affirmé que sa menace d’utiliser des armes nucléaires tactiques n’est pas un bluff précisément parce que, d’un point de vue stratégique, leur utilisation n’est pas crédible.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/a-guide-to-tactical-nuclear-weapons-and-why-putin-is-unlikely-to-use-them-in-ukraine/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire