Un Je vous salue Marie sur l’Ukraine

0
133

Même si les choses sont déjà mauvaises en Ukraine, elles sont probablement sur le point de s’aggraver, avec le possible rasage massif de villes et de victimes à une échelle jamais vue en Europe depuis les guerres des Balkans des années 1990. La communauté internationale doit au peuple ukrainien de tenter un dernier effort pour mettre fin à ce conflit avant qu’une catastrophe totale ne se produise, et devrait s’efforcer de persuader le président ukrainien Volodymyr Zelensky de poursuivre ce type d’arrangement dans les pourparlers de paix intermittents. avec la Russie. Bien que le président russe Vladimir Poutine se soit montré beaucoup plus impitoyable et vindicatif que beaucoup d’entre nous ne le pensaient, avec des ambitions encore plus grandes pour changer les accords de sécurité fondamentaux de l’Europe qu’on ne le pensait auparavant, il est au moins possible qu’il envisage encore un accord plus modeste si il atténue la punition économique de la Russie – et les éventuelles difficultés militaires futures – que sa guerre d’agression a déclenchée. Malgré ses piètres performances à ce jour, son armée finira probablement par l’emporter dans cette guerre, étranglant l’économie ukrainienne et rasant ses villes. Mais c’est une piètre façon de persuader un peuple ukrainien assiégé de joindre les armes à Mère Russie dans tout type de partenariat à l’avenir.

L’essence de tout accord, peut-être négocié sous les bons offices du secrétaire général des Nations unies, serait de créer un cessez-le-feu puis le retrait des forces russes tout en excluant la possibilité d’une future adhésion à l’OTAN pour l’Ukraine à condition que son la sécurité peut être assurée par d’autres moyens. Ce serait le résultat des négociations, pas le point de départ. Ces arrangements pourraient être inscrits dans la constitution ukrainienne et dans un accord écrit que l’OTAN a conclu avec Moscou, peut-être sur le modèle autrichien de 1955.

Les raisons pour lesquelles nous pouvons et devons être flexibles sur la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN sont triples : l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN n’a jamais été une bonne idée ; cela n’allait pas arriver de sitôt avant même les événements de la semaine dernière, et cela n’arrivera certainement pas avec les troupes russes assises sur son sol. L’idée remonte à une promesse que l’OTAN a faite à l’Ukraine et à la Géorgie, lors de son sommet de Bucarest en 2008, qu’elles seraient un jour membres. Mais il n’y avait pas de calendrier, pas de garantie de sécurité provisoire et la condition selon laquelle les nouveaux membres ne seraient éligibles à l’adhésion que s’ils avaient d’abord résolu les différends territoriaux avec leurs voisins. Cela s’est traduit par un ensemble d’incitations parfaitement perverses pour que Moscou agresse contre les deux pays, comme il l’a toujours fait depuis.

Mais renoncer à l’adhésion à l’OTAN est tout ce qu’on pourrait demander à l’Ukraine. Sinon, pour rendre l’accord acceptable, la Russie devrait réaffirmer la souveraineté de l’Ukraine, rendre la région du Donbass à Kiev et reconnaître que l’Ukraine pourrait rejoindre toute autre organisation à laquelle elle serait invitée, y compris l’Union européenne. La Crimée devrait être peaufinée, compte tenu de son histoire et de la sensibilité russe en la matière. Peut-être qu’une forme de double citoyenneté pourrait être développée ultérieurement pour les personnes qui y vivent.

La Russie devrait également se joindre à nous pour garantir la sécurité future de l’Ukraine. C’est quelque chose que Moscou a déjà promis dans le cadre du Mémorandum de Budapest de 1994 (associé à la décision d’une Ukraine nouvellement souveraine de restituer à la Russie les armes nucléaires soviétiques sur son territoire), puis violé en 2014. Pourquoi la promesse de Moscou serait-elle plus fiable cette fois ? La différence serait que cette fois, il n’y aurait aucune perspective future que l’Ukraine rejoigne l’alliance qui avait vaincu l’Union soviétique pendant la guerre froide. Notre espoir serait que, l’adhésion à l’OTAN n’étant plus dans l’air, la Russie puisse prétendre avoir stabilisé l’ordre de sécurité de l’Europe de l’Est d’une manière qui n’était pas possible en 1994. (Depuis 1994, l’OTAN a ajouté 14 membres supplémentaires, tous à le sud et l’est de l’alliance d’origine). Si Moscou violait par la suite ses engagements, notre promesse de ne pas envisager une future adhésion à l’OTAN pour l’Ukraine serait également dissoute. Les États-Unis et les autres pays de l’OTAN conserveraient nos droits de baser leurs forces là où elles se trouvent actuellement, même sur le territoire des membres de l’Est, mais pourraient éventuellement ramener chez eux la plupart des renforts qui ont été envoyés ces dernières semaines.

Certains diraient que cette approche violerait la politique de la « porte ouverte » de l’OTAN. Mais cette politique, telle qu’elle est communément comprise, n’a aucun fondement dans le traité de l’alliance. L’article X du traité indique clairement que les futures invitations à adhérer ne devraient être émises que si elles renforcent la sécurité de la région élargie de l’Atlantique Nord. De toute évidence, la perspective de l’Ukraine dans l’OTAN ne fait rien de tel.

Selon cette approche, alors que les troupes russes se retiraient (sous la surveillance sur le terrain de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), les États-Unis ainsi que leurs alliés et partenaires mettraient fin à leurs envois d’assistance militaire meurtrière aux forces armées ukrainiennes. Certaines sanctions contre la Russie seraient également suspendues, puis levées. Les régions séparatistes du Donbass obtiendraient l’autonomie, mais aucun droit de veto sur la politique étrangère ou intérieure ukrainienne (sauf peut-être sur les futures décisions d’alliance, juste pour faire comprendre l’idée de trouver une structure de sécurité alternative à l’OTAN).

Personne ne sait, bien sûr, si Poutine accepterait cet accord. Mais il serait inadmissible de notre part de ne pas essayer, même si nous tenons bon – et en fait, de menacer de sanctions encore plus sévères visant les exportations énergétiques russes si la guerre se poursuit – sur d’autres éléments essentiels de notre politique actuelle.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire