Un juge nommé par Trump arrête une partie de la loi extrême anti-trans de l’Alabama – Mother Jones

0
139

Le représentant Neil Rafferty, Alabama House District 54, s’exprimant l’année dernière lors de la conférence de presse #LoveALTransYouth à Montgomery, Alabama.Andréa Mabry/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Un juge fédéral de l’Alabama a temporairement bloqué une partie d’une loi qui érige en crime le fait de prescrire des bloqueurs de puberté et une hormonothérapie aux mineurs transgenres.

Le juge Liles Burke, un juge du tribunal de district nommé par Donald Trump en 2017, n’a trouvé aucune preuve à l’appui des affirmations des législateurs de l’Alabama selon lesquelles ils interdisaient les procédures « expérimentales ». “[T]La preuve incontestée du dossier est qu’au moins vingt-deux grandes associations médicales aux États-Unis approuvent les médicaments en transition comme des traitements bien établis et fondés sur des preuves pour la dysphorie de genre chez les mineurs », a écrit Burke.

La décision d’émettre une injonction préliminaire suggère que Burke bloquera définitivement les limites imposées aux médecins de l’Alabama lorsqu’il rendra une décision finale dans l’affaire. Le juge a laissé en place d’autres parties de la loi de l’Alabama, y ​​compris une section qui oblige les responsables de l’école à informer les parents si un élève se dit transgenre. Il a également confirmé une section qui interdit les chirurgies d’affirmation de genre pour les mineurs qui, selon les médecins, ne sont pas pratiquées en Alabama.

Dans son injonction, Burke a présenté la loi de l’État comme une violation injustifiée des droits parentaux. “Enjoining the Act confirme et réaffirme la ‘tradition américaine durable’ selon laquelle les parents – et non les États ou les tribunaux fédéraux – jouent le rôle principal dans l’éducation et la prise en charge de leurs enfants”, a-t-il écrit.

La loi de l’Alabama visait à imposer jusqu’à 10 ans de prison aux médecins qui la violent. Il a été le premier au pays à imposer des sanctions pénales aux médecins qui prescrivent de tels médicaments, a rapporté l’Associated Press. Comme mon collègue Noah Y. Kim l’a écrit avant que cela ne devienne loi :

Le projet de loi intervient au milieu d’une vague de législation anti-trans qui a balayé les États conservateurs de l’Arizona au Texas, provoquant une alarme généralisée parmi les experts médicaux et la communauté transgenre… Mais même à une époque de montée du sentiment anti-trans, le projet de loi de l’Alabama se démarque comme extrême… les médecins qui fournissent un traitement hormonal, des bloqueurs de puberté et une chirurgie de changement de sexe aux mineurs seraient menacés d’une accusation de crime pouvant aller jusqu’à dix ans de prison.

Vendredi, la Cour suprême du Texas a statué que l’État pouvait continuer à enquêter sur les familles qui recherchent des soins affirmant le genre pour leurs enfants. Dans le même temps, le tribunal a tranché en faveur de l’une des premières familles contactées par les responsables des services de protection de l’enfance du Texas dans le cadre de la nouvelle politique.

L’un des plaignants dans l’affaire de l’Alabama, père d’un garçon transgenre de 13 ans de Birmingham, a célébré la décision de Burke dans une déclaration partagée par la Human Rights Campaign. “L’Alabama est notre maison et nous espérons que cette loi cruelle ne nous en forcera pas”, a déclaré James Zoe, un pseudonyme pour le protéger, ainsi que la vie privée et la sécurité de son fils. “Nous nous battons pour notre enfant et continuerons à nous battre pour que lui et tous les jeunes transgenres de l’Alabama puissent continuer à recevoir des soins médicaux appropriés.”

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire