Un partenariat qui s’approfondit en ces temps incertains

0
60

À la mi-septembre, le président français Emmanuel Macron a accueilli le prince héritier et souverain de facto des Émirats arabes unis, Mohammed ben Zayed Al Nahyan (plus connu sous le nom de MBZ), dans le château historique de Fontainbleu, à l’extérieur de Paris, récemment restauré grâce à un financement des Émirats arabes unis. Au cours des dernières années, et malgré quelques revers, Paris et Abu Dhabi ont développé un partenariat stratégique à plusieurs niveaux qui englobe les dimensions politique, sécuritaire et économique.

L’approfondissement de l’engagement franco-émirati met en évidence une tendance clé dans les relations Europe-Golfe. Malgré des années d’engagement au niveau multilatéral entre l’Union européenne et le Conseil de coopération du Golfe (CCG), les pays du Golfe et d’Europe ont largement contourné les mécanismes multilatéraux et ont choisi d’approfondir leurs relations au niveau bilatéral. En raison à la fois de facteurs structurels et contingents, le bilatéralisme a eu tendance à prévaloir dans les relations entre l’UE et le CCG avec des pays individuels des deux côtés en concurrence les uns avec les autres dans la promotion de leurs objectifs. L’échec de l’établissement d’un accord de libre-échange (ALE) interrégional en 2008 a porté un coup sévère au cadre multilatéral UE-CCG, tout comme les séquelles du soi-disant printemps arabe en 2011 et le conflit et la fragmentation qui s’en sont suivis. la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Dans un volume édité récemment publié intitulé « L’Union européenne et le Conseil de coopération du Golfe : vers une nouvelle voie », nous explorons ces tendances, examinons les divers aspects des relations UE-CCG et leur trajectoire à l’avenir.

L’ennemi de mon ennemi, est mon ami

Il n’est pas surprenant que les Émirats arabes unis et la France aient décidé d’approfondir leurs liens car ils sont alignés sur de nombreuses questions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En Libye, ils ont tous deux soutenu le chef de l’armée nationale libyenne Khalifa Hifter contre le gouvernement de Tripoli. Avec d’autres puissances extérieures, les deux ont contribué à perpétuer la guerre civile du pays.

Ils ont également eu des relations difficiles avec la Turquie et son président Recep Tayyip Erdoğan. Ils ont soutenu la Grèce et Chypre en Méditerranée orientale, notamment en participant à des exercices navals conjoints l’année dernière. Alors que la Turquie et les Émirats arabes unis ont récemment décidé de régler certains de leurs différends dans le cadre d’une détente régionale croissante, il reste à voir s’il s’agit d’une désescalade permanente ou d’un calcul stratégique à plus court terme.

De plus, Macron et MBZ partagent une méfiance à l’égard des partis politiques islamistes de la région. Les Émirats arabes unis ont été très actifs ces dernières années dans la promotion d’initiatives de dialogue interreligieux pour cultiver une image de pays musulman modéré et accueillant. Dans l’ensemble, les dirigeants émiratis et français ont montré une tendance à se concentrer sur la stabilité et le maintien du statu quo ante au lendemain du printemps arabe.

Les Émirats arabes unis : à la recherche d’un rôle plus important

Ces dernières années ont été chargées pour la diplomatie émirienne. Sous le père fondateur Cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan, qui a régné de 1971 à 2004, la politique étrangère des Émirats arabes unis était fondée sur une approche prudente et le jeune pays se considérait dans un contexte mondial du Golfe, arabe et musulman. Au cours des dernières années sous MBZ et surtout après le printemps arabe, cela a changé et le pays est devenu plus affirmé et ambitieux dans la région et à travers le monde.

En plus d’élargir leurs liens avec la France, les Émirats arabes unis ont également approfondi leur engagement avec la Chine en signant un partenariat stratégique global avec Pékin. Selon un analyste, la “grande stratégie commerciale des Émirats arabes unis consistant à contrôler l’accès aux principaux points de contrôle maritimes dans l’océan Indien, la Corne de l’Afrique et la mer Rouge, a fait d’Abou Dhabi un partenaire important pour Pékin”.

Les accords d’Abraham et la normalisation qui en a résulté avec Israël ont également été une aubaine pour la diplomatie émirienne. Après avoir été cultivé par le président Donald Trump à ses débuts, l’accord a été conclu en août 2020, donnant à Trump une « victoire » avant les élections. Dans le même temps, les accords ont souligné l’importance et le caractère indispensable des Émirats arabes unis pour l’équipe de Joe Biden, fournissant à Abou Dhabi la plate-forme nécessaire pour dissiper les défis potentiels avec ce qui est devenu la nouvelle administration et assurer la conclusion d’un accord très convoité d’avions de combat F-35.

La réponse des États-Unis au printemps arabe et les développements ultérieurs dans la région ont montré aux dirigeants du CCG et des Émirats en particulier que l’engagement américain envers la région MENA (et envers leurs régimes) n’est pas aussi inébranlable qu’ils l’avaient pensé. Le récent retrait chaotique d’Afghanistan et les signaux continus de l’administration Biden indiquant qu’elle souhaite limiter son exposition à l’instabilité de la région ont renforcé ce point de vue. Alors que les États-Unis garantissent actuellement la sécurité du Golfe, les dirigeants du CCG doivent de plus en plus imaginer et se préparer à un environnement de sécurité régional imprévisible et compter davantage sur eux-mêmes en tant que « pivots » des États-Unis vers l’Asie.

La vue de Paris : affaires et sécurité vont de pair

Malgré les revers qui ont inclus des appels au boycott des produits français après les commentaires incendiaires de Macron, la France a sans aucun doute été le pays européen le plus actif de la région MENA au cours des dernières années. Et les EAU ont été le pivot de l’activisme français tant sur les questions de sécurité que dans les affaires. En effet, ceux-ci représentent les deux faces d’une même médaille.

Le commerce bilatéral entre Paris et Abu Dhabi est florissant ces dernières années. Cela comprend environ 4 milliards de dollars par an de marchandises françaises exportées vers les Émirats arabes unis, ainsi que des contrats d’armement lucratifs d’une valeur de 8,3 milliards d’euros en 2020. A l’inverse, les importations vers la France (estimées à 1,1 milliard d’euros) sont dominées par les hydrocarbures.

Plus de 600 entreprises françaises travaillent aux Emirats Arabes Unis et leur nombre a augmenté d’environ 10 % par an ces dernières années. Parmi les secteurs les plus actifs de la coopération, la défense se distingue, grâce à la présence de bases militaires permanentes françaises à Abou Dhabi, accueillant plus de 700 militaires, depuis un accord de défense commune en 2009.

Cependant, les relations bilatérales franco-émiriennes ne se limitent pas au lien militaro-industriel. À l’ère des « Visions » du Golfe et des plans ambitieux pour favoriser le développement durable, les investissements dans les énergies renouvelables – ainsi que le partage du savoir-faire nucléaire – gagnent du terrain. De même, la coopération culturelle et académique est le domaine qui s’est le plus développé et celui sur lequel le gouvernement français et les dirigeants émiratis misent en vue de se donner une image mutuelle positive et d’attirer de nouveaux investissements. De l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi créée en 2006 et faisant partie de la Vision économique d’Abou Dhabi 2030 au musée de renommée mondiale du Louvre Abu Dhabi inauguré en novembre 2017, la culture et la langue françaises sont considérées comme un pilier de la coopération qui peut contribuer à « construire un monde plus ouvert, uni, tolérant et pacifique ». Dans ce contexte, ce n’est pas un hasard si à l’Expo 2020 qui vient d’ouvrir Dubaï, la France occupe une place centrale, à la fois physiquement et symboliquement.

Mais les hydrocarbures, la coopération en matière de défense et la culture ne sont pas nécessairement des objectifs finaux en eux-mêmes pour la France vis-à-vis des Émirats arabes unis, du Golfe et du Moyen-Orient au sens large. Ce sont des moyens d’atteindre plus de sécurité et de levier sur le plan diplomatique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, en exploitant la valeur ajoutée et la capacité de la France à attirer les investissements dans les affaires et la défense. De Beyrouth à Bagdad (en passant par les récents revers avec Alger), Macron s’est attaché à renforcer le rôle de la France dans la région pour protéger les liens humains existant entre les populations MENA et la France en raison de la présence de diasporas visibles, qui se traduisent par une sécurité très développée, des échanges commerciaux , et les relations interpersonnelles.

Le bilatéralisme règne en maître

Le blocus du Qatar, les relations plus froides avec Oman et les désaccords avec l’Arabie saoudite, un allié proche, montrent à quel point le CCG en tant qu’institution est moins important pour les Émirats arabes unis, alors qu’Abou Dhabi cherche à jouer un rôle indépendant plus important qui le met souvent en conflit avec ses voisins. La même chose pourrait être dite pour la France, qui est souvent vue projeter son propre rôle de politique étrangère autonome dans le Golfe et au Moyen-Orient au-delà des contours de l’engagement multilatéral de l’UE dans la région. Ayant récemment été pris de court par certains de ses alliés les plus proches du pacte de sécurité AUKUS entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, il n’est pas surprenant que les décideurs politiques français continuent d’approfondir leur engagement avec d’autres partenaires dans la région MENA et à travers le monde.

Comme nous l’avons soutenu dans notre volume, en ce qui concerne le Golfe, les États membres de l’UE se sont sans relâche protégés entre diverses parties pour protéger leurs propres intérêts et entreprises. Cela a, entre autres facteurs, contribué à affaiblir l’approche et les politiques communes de l’UE dans le Golfe. Malgré cela, l’espace existe toujours pour travailler au niveau multilatéral et tirer parti des opportunités et des mécanismes de coopération existants pour libérer le plein potentiel de la relation UE-CCG.

La récente visite de Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’UE, au Qatar, aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite du 30 septembre au 3 octobre – sa première visite officielle dans la région du Golfe à ce titre – pourrait représenter un premier pas dans cette direction. Les attentes sont élevées, mais tant qu’elles ne seront pas satisfaites, le bilatéralisme prévaudra.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici