Un rapport du Pentagone détaille les plans d’assaut des vaisseaux spatiaux — RT World News

0
38

L’armée américaine veut utiliser les vaisseaux spatiaux d’Elon Musk pour déployer une “force de réaction rapide”

Le débarquement d’une force de sauvetage dans une ambassade américaine en Afrique menacée par un siège de type Benghazi n’est qu’une des utilisations militaires potentielles des vaisseaux Starship d’Elon Musk, selon un rapport militaire interne rendu public lundi. Le document concerne l’accord de coopération de 2020 entre SpaceX et le US Transportation Command (TRANSCOM), mais reste une liste de souhaits car les vaisseaux spatiaux sont loin d’être prêts pour des opérations réelles.

Le fait que TRANSCOM s’était associé à SpaceX en octobre 2020 était de notoriété publique, car l’armée américaine l’avait en fait annoncé à l’époque. Officiellement, le ministère de la Défense voulait la capacité de déplacer l’équivalent d’une charge utile C-17 – un peu moins de 80 tonnes, ou un seul char M1 Abrams – “n’importe où sur le globe en moins d’une heure.”

Il s’avère que le Pentagone avait des ambitions supplémentaires, selon le “rapport à mi-parcours” sur le programme obtenu par Intercept via une demande de la loi sur la liberté d’information (FOIA) et publié lundi.

Une flotte de vaisseaux militaires pourrait fournir “une méthode alternative pour la livraison logistique” dans le Pacifique, ou livrer “une collection d’abris, de véhicules, d’équipements de construction et d’autres engins” n’importe où dans le monde à court préavis, afin que l’US Air Force puisse mettre en place une base aérienne.




Le troisième scénario imaginé, intitulé “Soutien à l’ambassade” envisage “capacité de livraison directe au théâtre rapide” des États-Unis à une ambassade en Afrique, impliquant potentiellement un “force de réaction rapide”. La simple démonstration d’une telle capacité “pourrait dissuader les acteurs non étatiques d’actes agressifs envers les États-Unis”, dit l’armée.

Bien que le rapport lui-même ne fasse pas une telle comparaison, le scénario recoupe un peu l’attaque contre le complexe américain à Benghazi, en Libye – où un ambassadeur et trois agents de sécurité ont été tués le 11 septembre 2012 alors qu’ils attendaient une force de sauvetage. qui n’est jamais venu.

Bien que SpaceX n’ait pas commenté l’histoire, le porte-parole de TRANSCOM, John Ross, a déclaré à Intercept que l’armée pensait qu’une force de réaction rapide déployée par fusée serait “possible dans les 5 à 10 prochaines années.”

Le Starship est encore dans sa phase expérimentale. Le tout premier atterrissage réussi d’un prototype n’a eu lieu qu’en mai 2021, après une série de tests qui se sont soldés par des explosions enflammées. En plus des défis techniques, Musk doit également faire face à la bureaucratie fédérale et au processus d’obtention de permis pour lancer des tests depuis l’installation SpaceX dans le sud du Texas.

La Federal Aviation Administration (FAA) a donné l’approbation environnementale préliminaire à SpaceX la semaine dernière, mais pour obtenir la licence d’approbation complète, la société devra préparer “un rapport de contexte historique … de la guerre du Mexique” et répondre à 74 autres demandes, selon National Geographic. Même dans ce cas, la licence FAA ne couvrirait que dix lancements par an. De plus, les autorités craignent que SpaceX ne manque « une forte culture sécurité », selon un rapport de la FAA divulgué en juin 2021.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire