Une agence de santé a espionné des millions de personnes pendant les blocages de Covid — RT World News

0
184

L’Agence de la santé publique du Canada a admis avoir secrètement suivi les données de localisation d’au moins 33 millions d’appareils mobiles pour analyser les mouvements des personnes pendant les blocages de Covid-19.

L’agence a collecté plus tôt cette année des données, y compris des informations de géolocalisation à partir de tours de téléphonie mobile, « en raison de l’urgence de la pandémie,», a déclaré un porte-parole de l’ASPC au National Post, confirmant essentiellement un rapport du Blacklock’s Reporter. Les données de suivi n’auraient été utilisées que pour évaluer l’efficacité des mesures de verrouillage et identifier les liens possibles entre le mouvement des personnes et la propagation de Covid-19.

L’ASPC a obtenu l’information, qui a été « anonymisé et agrégé » par l’intermédiaire d’un entrepreneur externe, le géant canadien des télécommunications Telus. Le contrat s’étendait de mars à octobre dernier, et l’ASPC a déclaré qu’elle n’avait plus accès aux données après l’expiration de l’accord.

Cependant, l’agence prévoit de suivre de la même manière les mouvements de citoyens au cours des cinq prochaines années à des fins telles que la prévention de la propagation d’autres maladies infectieuses et l’amélioration de la santé mentale. L’ASPC a publié la semaine dernière un avis aux entrepreneurs potentiels à la recherche de données mobiles anonymes remontant à janvier 2019 et au moins jusqu’en mai 2023.




Les critiques ont fait valoir que le suivi des citoyens par le gouvernement est probablement plus étendu que ce qui a été révélé et pourrait devenir plus problématique dans les années à venir.

«Je pense que le public canadien découvrira de nombreuses autres initiatives de surveillance non autorisées avant la fin de la pandémie – et après», Le défenseur de la vie privée David Lyon a déclaré au Post. Il a également noté que « désidentifié » les données peuvent facilement être « ré-identifié ».

L’auteur Julius Reuchel a déclaré que l’initiative de suivi ressemble à un État de surveillance espionnant les citoyens “pour votre sécurité.” Un autre auteur, Paul Alves, mentionné qu’avec son nouveau contrat, l’ASPC aura un accès direct à toutes les données de localisation mobiles, et a exprimé la crainte que “La recherche des contacts ne nécessitera plus d’autorisation ni de mandat.”

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire