Une année de défaite et d’espoir

0
239

Une autre année dominée par la pandémie s’est terminée, et une gauche socialiste britannique démoralisée et fragmentée reste pour le moins assiégée. Un contrecoup de l’establishment bipartite a vu une volonté incessante de ramener les socialistes en marge de la discussion politique ; d’autant plus déterminé qu’en 2017, nous nous sommes rapprochés beaucoup plus d’un gouvernement travailliste dirigé par les socialistes que la classe dirigeante britannique ne l’avait prévu. Les efforts de la gauche pour se regrouper après la défaite du corbynisme, quant à eux, continuent d’être entravés par le coronavirus.

Bien que les gouvernements du monde entier aient été contraints de prendre des mesures sans précédent en réponse à la pandémie, les espoirs initiaux qu’elle pourrait annoncer un nouveau paradigme politique semblent avoir été déplacés. Le gouvernement britannique a veillé à ce que le soutien économique qu’il a fourni puisse être retiré relativement facilement ; le programme de congé a pris fin en septembre, tandis que l’« augmentation » hebdomadaire de 20 £ du crédit universel a été méchamment réduite en octobre. Le gouvernement continue également de refuser d’augmenter le taux avare des indemnités de maladie légales en Grande-Bretagne, même si la plupart des employeurs semblent soutenir une telle décision.

De plus, le gouvernement britannique a continué de protéger les sociétés pharmaceutiques profiteuses s’accrochant à leurs brevets sur les vaccins COVID, une fois de plus foulé aux pieds les besoins des pays du Sud dans ce qui a été surnommé “l’apartheid des vaccins” par les critiques. L’émergence de la variante Omicron fin novembre a de nouveau souligné la myopie égoïste des pays riches dans la thésaurisation des vaccins et de leurs brevets, et bien qu’il ait été signalé qu’Omicron provoquait une maladie moins grave que les variantes antérieures du coronavirus – du moins chez les personnes ayant une immunité antérieure – cette est beaucoup plus une question de chance que de jugement.

Le parti travailliste, sous Keir Starmer, fait sa juste part pour éliminer la possibilité d’un changement social. Alors que les ménages britanniques sont confrontés à des augmentations vertigineuses de leurs factures d’énergie cet hiver – et à nouveau au printemps – et que les eaux usées brutes sont pompées dans les rivières malgré un tollé général, le parti travailliste de Starmer a fait un point de renoncer à la politique de l’ère Jeremy Corbyn consistant à rendre les services publics à la propriété publique. Cela n’a rien à voir avec l’opinion publique – qui est fortement favorable à la renationalisation – mais il s’agit de prouver la bonne foi « pro-business » de Starmer.

La gauche travailliste, qui a été soumise à une humiliation publique calculée et continuelle par Starmer, peine toujours à trouver ses marques. Starmer a échoué dans ses tentatives de ramener le collège électoral pour les élections à la direction du parti, mais a réussi de justesse à élever le seuil des nominations parlementaires à un niveau qui s’avérera presque certainement inaccessible pour quiconque du groupe de campagne socialiste. Starmer continue également de refuser le whip du parti à Jeremy Corbyn, prétendument en train de revenir sur un accord avec l’ancien secrétaire général de Unite, Len McCluskey, pour le réadmettre au sein du Parti travailliste parlementaire.

Pour aggraver les choses, la gauche travailliste a hésité sur la manière de réagir à la réaction thermidorienne de Starmer à son encontre. Alors que certains membres du Socialist Campaign Group ont été louables combatifs, le groupe dans son ensemble semble divisé et incertain de la manière de réagir, peut-être de peur d’être lui-même purgé. Après Corbyn, Momentum a également lutté pour faire sentir sa présence soit au sein du Parti travailliste, soit à l’extérieur de celui-ci ; son processus de refondation est toujours en cours et se poursuivra jusqu’en 2022.

Un vide est ainsi apparu au sein de la gauche travailliste, avec peu de leadership ou un véritable point de ralliement pour les membres de la base et les militants mécontents. Peut-être inévitablement, des dizaines de milliers de personnes ont quitté le parti, irritées par le traitement qu’elles ont subi. Certains peuvent avoir trouvé des débouchés alternatifs dans les syndicats de locataires et d’autres campagnes ; d’autres, plus inquiétant encore, seront tombés dans l’inactivité et peut-être même complètement éloignés de la politique socialiste. Cet exode massif a laissé les finances du Labour dans une position plus précaire, mais ses dirigeants espèrent que de riches donateurs individuels aideront à combler le vide.

Il y a cependant eu quelques succès importants, en particulier dans les syndicats. Sharon Graham a confortablement remporté l’élection du secrétaire général de Unite, éliminant l’ailier droit Gerard Coyne, qui a été soutenu avec enthousiasme par la presse de Rupert Murdoch. Dans UNISON, la gauche – malgré la perte de l’élection du secrétaire général en raison d’un vote de gauche divisé – a remporté le contrôle du comité exécutif national du syndicat et a également revendiqué une faible majorité au sein de son comité Labour Link.

Graham, qui a été le pionnier de l’utilisation par Unite de tactiques de levier pour augmenter la pression sur les employeurs, a remporté son élection sur une plate-forme de reconstruction du pouvoir et du militantisme sur le lieu de travail. Après quatre décennies de déclin syndical, peu de gens nieraient que cela est absolument nécessaire. Mais toutes les implications pour la stratégie politique d’Unite ne sont pas encore claires. En Grande-Bretagne, même les syndicats les plus militants sont encore contraints par certaines des lois antisyndicales les plus draconiennes d’Europe. La question de la construction du pouvoir politique et du renversement définitif de la législation antisyndicale reste donc une question centrale pour le mouvement syndical.

Les socialistes pourraient également se réjouir de certaines avancées majeures à l’étranger, en particulier en Amérique latine. Ailier gauche Xiomara Castro a remporté l’élection présidentielle hondurienne en novembre, renversant la narco-dictature de droite installée par un coup d’État soutenu par les États-Unis contre son mari, Manuel Zelaya, en 2009. Avant cela, en avril, Pedro Castillo avait remporté de justesse l’élection présidentielle péruvienne. Mais ses résultats ont fait l’objet d’un différend prolongé et sans fondement de la part de son rival d’extrême droite, Keiko Fujimori, et Castillo – sans majorité à la législature – a été encerclé par les forces de droite, qui ont apparemment réussi à l’isoler.

La gauche chilienne a également remporté des victoires inspirantes cette année. En 2020, après des mois de manifestations à grande échelle et l’émergence d’un mouvement social de masse fermement ancré dans les communautés ouvrières chiliennes, 78 % des Chiliens ont voté pour remplacer la constitution du pays à l’époque d’Augusto Pinochet. Des élections ont eu lieu en mai 2021 pour déterminer la composition de l’assemblée constitutionnelle qui élaborera le nouveau document, et ont abouti à une majorité de centre-gauche – marquant une sorte d’humiliation pour la droite.

Cependant, la droite chilienne s’est quelque peu ralliée à l’élection présidentielle de novembre, avec le candidat d’extrême droite Jose Antonio Kast – un admirateur ouvert de la junte Pinochet et fils de nazi – gagnant au premier tour avec un taux alarmant de 28 % des voix. . Heureusement, l’ailier gauche Gabriel Boric, ancien leader étudiant, s’est imposé confortablement au deuxième tour. Potentiellement le président chilien le plus à gauche depuis le grand martyr du pays Salvador Allende, Boric fait face à une tâche difficile dans la mise en œuvre de son programme, avec une législature délicatement équilibrée entre la gauche et la droite, et le spectre d’une réaction de droite hantant à nouveau le pays.

Alors que 2020 se terminait sur une note sombre avec le décès de Leo Panitch, 2021 se terminait par la perte de l’archevêque Desmond Tutu, titan du mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud. Malgré les tentatives inévitables d’obscurcir son radicalisme, Tutu était également un opposant déclaré à l’apartheid israélien – pour lequel il était prévisible comme il l’était dans la vie – et un socialiste. Comme il l’a dit lui-même, “C’est peut-être l’horrible face du capitalisme, mais je n’ai pas vu l’autre face.” Ceux qui se font encore l’illusion qu’il est possible de donner un visage humain au capitalisme, si seulement ils étaient à sa tête, feraient bien d’en prendre garde.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire