Une enquête “paralysée” sur le scandale du piratage de Pegasus a été fustigée – RT World News

0
43

L’opposition polonaise accuse les procureurs de ne pas avoir enquêté sur « la plus grande et la plus profonde crise de la démocratie » depuis des décennies

Un homme politique polonais a accusé les procureurs d’avoir refusé de donner suite à sa plainte concernant un prétendu piratage de son téléphone, qui aurait impliqué le logiciel Pegasus créé par le groupe israélien NSO.

Déposée en septembre, la plainte est passée entre les bureaux des procureurs de tout le pays comme un “patate chaude” pendant des mois, mais n’a pas encore produit de résultat, a déclaré mardi à Reuters le sénateur centriste polonais Krzysztof Brejza.

« Le parquet ne fait rien, il est paralysé », dit Brejza. “Le bureau du procureur joue pour le temps – ils ne veulent pas ouvrir d’enquête ou refusent d’ouvrir une enquête, ils la traitent simplement comme une patate chaude qu’il vaut mieux jeter ailleurs.”

Le nouveau scandale de piratage informatique, lié au tristement célèbre logiciel espion Pegasus développé par le groupe israélien NSO, a éclaté en Pologne la semaine dernière, à la suite d’un rapport explosif de l’Associated Press. Citant les conclusions du Citizen Lab, un organisme de surveillance à but non lucratif basé au Canada, l’agence a rapporté qu’au moins trois personnalités de l’opposition polonaise ont été ciblées dans une campagne de piratage massive.

Le téléphone de Brejza aurait été piraté au moins 33 fois dans la période précédant les élections législatives de 2019, remportées de justesse par le parti de droite Droit et justice au pouvoir. Des textes préjudiciables obtenus à partir du téléphone des politiciens ont été divulgués aux médias du pays et largement médiatisés. Les deux autres victimes du piratage présumé étaient Ewa Wrzosek – une procureure qui s’est opposée aux réformes judiciaires qui ont entraîné Varsovie dans une querelle amère avec l’UE – et Roman Giertych, un avocat qui a représenté à plusieurs reprises le parti de Brejza, la Plateforme civique, dans des cas.

En réponse au rapport, Brejza a affirmé que la fuite était extrêmement préjudiciable à la campagne du parti, ce qui implique qu’elle aurait pu lui coûter la course. À l’époque, le sénateur était le chef de cabinet de campagne électorale du parti.

« Cette opération a détruit le travail du personnel et déstabilisé ma campagne », il a dit. “Je ne sais pas combien de voix cela m’a pris à moi et à toute la coalition.”




Le gouvernement polonais et les services secrets ont nié avec véhémence toute implication dans la cyberattaque présumée, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki rejetant les informations comme “fausses nouvelles”. Dans le même temps, il a pointé du doigt des entités étrangères anonymes qui sont “pas tout à fait amical envers la Pologne” et pourrait avoir été derrière le hack.

Stanislaw Zaryn, porte-parole du ministre-coordonnateur des services spéciaux, a insisté sur le fait que « toute suggestion selon laquelle les services polonais utilisent des méthodes opérationnelles pour des raisons de lutte politique est fausse. » Il a toutefois ajouté que les services secrets « ne pas rendre compte des méthodes de travail opérationnel utilisées contre des individus spécifiques ».

L’opposition du pays n’a apparemment pas été convaincue par les démentis du gouvernement. L’ancien chef de l’UE et leader de la plate-forme civique Donald Tusk a appelé à la création d’une commission parlementaire pour enquêter sur l’affaire, déclarant mardi que le scandale constitue le « la plus grande et la plus profonde crise de la démocratie après 1989 ».

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici