Une entreprise canadienne a utilisé les soutiens salariaux COVID pour embaucher des briseurs de grève

0
109

Depuis dix-huit mois, l’entreprise manufacturière CESSCO, basée à Edmonton, en Alberta, met en lock-out des employés syndiqués. Pendant ce temps, l’entreprise a utilisé les fonds de subvention salariale COVID-19 du gouvernement fédéral du Canada pour embaucher des briseurs de grève.

Les employés syndiqués de CESSCO Fabrication and Engineering Ltd se sont opposés à une série d’attaques contre leur salaire et leurs conditions de travail. Il s’agit notamment de réduire les salaires de 10 %, les pensions jusqu’à 50 % et de supprimer l’ancienneté de leur convention collective. Dans les accords syndicaux, l’ancienneté stipule que les avantages salariaux et de sécurité reviennent aux travailleurs en fonction de leur ancienneté, de sorte que ceux qui sont là depuis le plus longtemps sont les mieux payés et sont les derniers à être licenciés en cas de licenciement.

Les salariés, dont beaucoup sont des monteurs chaudronniers et des soudeurs qui fabriquent des conteneurs contenant des gaz et des liquides pour l’industrie pétrolière et gazière, sont en lock-out de leur lieu de travail depuis le 28 juin 2020.

Hugh MacDonald, le directeur commercial de Boilermakers Lodge 146, qui représente les travailleurs en lock-out de CESSCO, a déclaré jacobin que le syndicat était initialement disposé à accepter des baisses de salaire jusqu’à ce que le prix du pétrole augmente. Au 14 janvier, le prix du brut canadien avait plus que doublé, passant de 27,84 $ US le 29 juin 2020 à 69,51 $ US.

«Beaucoup de gars sur la ligne de piquetage ont travaillé toute leur vie d’adulte dans cet établissement. Certains d’entre eux sont là depuis plus de 40 ans. Ils préféreraient certainement travailler », déclare MacDonald. « Mais nous recevons du soutien de la communauté ouvrière du nord de l’Alberta et nous recevons du soutien de notre international à Kansas City. Cela aide les membres sur la ligne de verrouillage à se rendre compte qu’il y a beaucoup de gens qui se lèvent et les soutiennent.

Au début, trente travailleurs ont été mis en lock-out. Huit ont depuis franchi la ligne de piquetage, selon MacDonald.

CESSCO est répertorié dans la base de données des entreprises qui ont reçu la Subvention salariale d’urgence du Canada (CEWS). La subvention salariale a été introduite au début de la pandémie pour subventionner 75 % des salaires des employés des entreprises qui ont connu une baisse importante de leurs revenus.

La base de données des bénéficiaires du CEWS ne détaille pas les dates de décaissement ni le montant collecté par les entreprises bénéficiaires. Quel que soit le montant des recettes de CESSCO, il n’en reste pas moins que l’entreprise a bénéficié de la subvention salariale alors que nombre de ses employés ne percevaient pas de salaire. MacDonald dit que les Chaudronniers ont été étonnés de découvrir que CESSCO a reçu des fonds du CEWS alors qu’ils étaient en lock-out.

Le gouvernement canadien a présenté deux avantages majeurs de la COVID-19 au début de la pandémie – la SSUC susmentionnée et la Prestation canadienne d’intervention d’urgence (CERB). Ce dernier a fourni 2 000 $ par mois à ceux qui avaient perdu leur emploi à la suite des restrictions COVID.

Au 19 décembre 2020, le coût total du CEWS était de 99,13 milliards de dollars, contre 81,64 milliards de dollars pour le CERB, qui a pris fin en octobre 2020. Alors que les médias de droite ruminaient que le CERB transformait les chômeurs canadiens en «fainéants de l’aide sociale» ou encourageait la violence des gangs , certains défauts matériels majeurs du CEWS sont devenus apparents.

En décembre 2020, le Poste financier ont rapporté qu’au moins soixante-huit entreprises qui ont reçu des subventions salariales fédérales ont continué de verser des dividendes à leurs actionnaires, y compris certaines des plus grandes entreprises du Canada, comme les compagnies pétrolières Imperial Oil, Suncor et Canadian Natural Resources Ltd. Les soixante-huit entreprises ont reçu un 1,03 milliard de dollars de soutien au SSUC tout en versant 5 milliards de dollars de dividendes.

« Pensez à ce qui se passe : les contribuables subventionnent indirectement les paiements aux actionnaires », a déclaré Richard Leblanc, professeur à l’Université York et conseiller en gouvernance d’entreprise. Poster. “C’est totalement inacceptable. Même si le gouvernement ne laissait pas tomber la balle, ce qu’il a fait, ces entreprises remarquables devraient montrer l’exemple.

Un rapport du début de 2022 du Centre canadien progressiste de politiques alternatives (CCPA) révèle que la rémunération des PDG a augmenté de 2019 à 2020. Le CCPA note que plus d’un tiers des cent PDG les mieux rémunérés du Canada dirigent des entreprises qui ont reçu des fonds de la SSUC.

“Beaucoup de ces entreprises n’avaient probablement pas besoin [CEWS], mais s’il y avait de l’argent fédéral disponible, ils allaient en faire la demande et ils allaient le prendre », a déclaré David Macdonald, économiste principal du CCPA, à la CBC. “Ce n’était pas ce à quoi ce programme était destiné.”

Depuis le 28 octobre 2021, le gouvernement fédéral a divisé le SSUC en deux programmes plus ciblés : le programme de relance du tourisme et de l’hôtellerie et le programme de relance des entreprises les plus durement touchées.

Le 11 janvier 2021, Heather McPherson, une législatrice du Nouveau Parti démocratique (NPD) de gauche qui représente une circonscription de la ville d’Edmonton, où se trouve CESSCO, a écrit une lettre à la ministre des Finances Chrystia Freeland. Dans la lettre, McPherson s’est dit préoccupé par le fait que les fonds du CEWS étaient utilisés pour embaucher des briseurs de grève. Freeland n’a pas encore répondu.

McPherson a écrit :

Je pense que tous les Canadiens seraient consternés d’apprendre que l’argent de leurs impôts est utilisé de cette façon. Mais je ne crois pas que votre gouvernement ait prévu des programmes de secours économique COVID-19 à cette fin. En fait, j’espère que vous trouverez cette situation aussi épouvantable que moi.

McPherson voit la situation du CESSCO comme une extension de l’assaut de la terre brûlée du premier ministre conservateur de l’Alberta, Jason Kenney, contre le mouvement syndical de la province. Le gouvernement Kenney a adopté une loi qui interdit aux grévistes de bloquer pacifiquement les entrées des lieux de travail.

McPherson a soulevé la question de la subvention aux briseurs de grève au Parlement à plusieurs reprises au cours de 2021. Le 17 février, le premier ministre Justin Trudeau a fourni une réponse passe-partout à sa série de questions, en disant :

Nous continuons de savoir que de nombreux Canadiens partout au pays ont toujours besoin d’aide. Nous serons là pour eux. Comme je l’ai dit dès le début, nous serons là pour les Canadiens aussi longtemps qu’il le faudra, quoi qu’il en coûte.

Les cinq partis représentés au Parlement ont soutenu l’introduction du SSUC, le NPD ayant réussi à pousser les libéraux au pouvoir à augmenter la subvention de 10 % à 75 %.

McPherson, expliquant la situation à Jacobin, a déclaré que lorsque «COVID est arrivé. . . nous essayions de faire sortir l’argent très, très rapidement. Elle a ajouté :

Je comprends qu’il peut y avoir des échappatoires, mais il est possible de corriger ces échappatoires lorsque le programme est en place depuis des mois et des mois. Ne pas les réparer doit être soit parce que vous ne vous en souciez pas, soit parce que vous ne le voyez pas vraiment comme un problème. Peut-être qu’ils ne pensent pas que ce soit un problème d’utiliser l’argent des contribuables pour payer les briseurs de grève et mettre les travailleurs en lock-out. Je ne peux pas le voir autrement.

McPherson soutient que le CEWS était un programme important pour maintenir les entreprises locales à flot, mais ses défauts auraient dû être corrigés au fur et à mesure que les critiques les soulevaient.

Le 5 juillet dernier, alors qu’il marchait sur la ligne de piquetage du CESSCO, le travailleur Raymond Mudryk, un soudeur qui était membre de la Boilermaker Lodge 146 depuis 1976, est décédé subitement à l’âge de soixante-dix ans.

« Le frère Mudryk était un fier membre de la Loge 146 qui faisait passer les besoins des autres avant les siens. Il a toujours fait sa part pour obtenir de meilleurs salaires, avantages sociaux et conditions de travail », lit-on sur sa page commémorative sur le site Web des Chaudronniers. Le 25 août 2021, qui aurait été son soixante et onzième anniversaire, la loge a organisé une célébration de sa vie sur la ligne de piquetage.

Mudryk n’était pas le premier travailleur de CESSCO à mourir dans l’exercice de ses fonctions ces dernières années.

En mai 2019, CESSCO a plaidé coupable à une seule accusation de ne pas avoir assuré l’utilisation d’une protection contre les chutes, ce qui a entraîné le décès de Barry Maitland le 19 janvier 2016. Selon le Journal d’Edmonton, Maitland est tombé du haut d’un réservoir de stockage de gaz naturel liquéfié sur lequel il effectuait une soudure.

Les Chaudronniers ne se rendent pas de sitôt. Malgré les difficultés de la ligne de piquetage dans les températures inférieures à zéro du nord de l’Alberta et le fait que CESSCO ne retourne pas les appels de la section locale, MacDonald dit que les travailleurs continueront à faire du piquetage par sens de la justice :

Nous savons que c’est faux. Nous savons que c’est un exemple de la cupidité des entreprises. Ce que CESSCO a fait ici est dur et injuste, surtout pendant une pandémie mondiale. . . . Nous demandons simplement des salaires équitables pour une journée de travail honnête. . . . Nous n’allons pas abandonner, nous allons rester forts et voir ce qui se passe.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire