Une guerre contre les pauvres: la Commission royale expose la disgrâce de Robodebt

0
259

La conclusion de la semaine dernière de la Commission royale sur le programme Robodebt a une fois de plus attiré l’attention nationale sur le programme qui, de 2015 à 2019, a vu près d’un demi-million de bénéficiaires de l’aide sociale traqués pour de fausses dettes illégales concoctées à l’aide de calculs erronés.

Pendant 46 jours, la Commission a entendu un défilé de certains des politiciens, bureaucrates et spin-doctors les plus répugnants du pays alors qu’ils niaient, feignaient l’ignorance et mentaient carrément sur leur rôle dans la persécution la plus délibérée et la plus froide des pauvres et des démunis en l’histoire récente de l’Australie.

Le programme Robodebt de Centrelink a été concocté par des ministres du Parti libéral et des bureaucrates de haut niveau du Département des services sociaux (DHS) et du Département des services sociaux en 2014. Dans un effort pour augmenter le budget 2015, ces vautours se sont tournés vers certains des plus vulnérables. Australiens pour une collecte de revenus facile, proposant une campagne concertée contre la fraude présumée à l’aide sociale. Les architectes du programme ont promis un retour de 1,5 milliard de dollars sur le programme.

Afin de lever cette somme improbable, les bureaucrates du gouvernement ont créé un programme automatisé qui comparait les déclarations de revenus bimensuelles que les bénéficiaires de Centrelink sont tenus de fournir avec les données annuelles sur les revenus de l’Australian Tax Office. Le programme a recherché des écarts entre ces deux chiffres et calculé des dettes allant de quelques centaines à des dizaines de milliers de dollars. Les quelque 443 000 bénéficiaires de Centrelink identifiés par ce processus comme ayant été payés plus que ce à quoi ils avaient droit ont ensuite fait l’objet d’une campagne de harcèlement via des lettres, des e-mails et des appels automatisés.

Toute surveillance humaine a été retirée du processus de recouvrement de créances et remplacée par un algorithme. Et cela a rapidement eu l’effet escompté. Avant le lancement du programme, Centrelink émettait environ 20 000 avis de dette par an. Entre juillet 2016 et octobre 2018, le porte-parole du DHS, Michael Keenan, a rapporté que son département avait envoyé 900 000 de ces avis.

Le bilan humain du stratagème Robodebt est difficile à transmettre. Au moins deux personnes se sont suicidées après avoir été poursuivies sans relâche pour des dettes qu’elles n’avaient pas la capacité de payer. Plusieurs milliers d’autres ont été soumis à un stress et à une panique intenses et traumatisants. Sandra Bevans, une travailleuse en soins palliatifs et mère célibataire qui a témoigné devant la Commission royale, a décrit le fait de rentrer chez elle après le travail avec la dette qui pesait lourdement dans son esprit et d’envisager d’écraser sa voiture dans un arbre «juste pour que tout s’arrête».

Ceux qui ont tenté de contester leurs dettes se sont retrouvés à plusieurs reprises rejetés par des bureaucrates dédaigneux et antipathiques. Ce n’est que lorsque des victimes courageuses se sont manifestées publiquement que les gens ont commencé à réaliser qu’ils étaient pris dans un stratagème frauduleux aux côtés de centaines de milliers d’autres.

La Commission royale a mis en lumière la haine profonde envers les pauvres et les opprimés qui imprègne non seulement le Parti libéral, mais aussi les échelons supérieurs des bureaucraties gouvernementales. L’un des principaux méchants à émerger des audiences était Kathryn Campbell, l’ancienne secrétaire du DHS. Au cours des audiences, elle a admis qu’elle savait depuis le début que le régime était illégal et conduirait à un surcalcul de la dette à grande échelle (les allocations de chômage sont calculées, par la loi, en fonction du revenu du bénéficiaire au cours d’une quinzaine donnée , plutôt que leur revenu moyen sur une année entière). Malgré cela, elle a défendu publiquement le régime pendant toute la durée de son fonctionnement.

Le racket a également été soutenu par tout un appareil de conseillers et de spin-doctorants qui ont travaillé des heures supplémentaires pour soutenir le programme, alors même qu’il faisait face à un examen public croissant à partir de 2017. Les ministres du Parti libéral ont constamment défendu Robodebt dans la presse. Le ministre des Services sociaux, Alan Tudge, est apparu sur Une affaire d’actualité fin 2016 pour avertir les victimes “nous vous trouverons, nous vous retrouverons et vous devrez rembourser ces dettes et vous risquez de vous retrouver en prison”.

La conseillère médias de Tudge, Rachelle Williams, a admis s’être appuyée sur « les médias les plus amicaux, les médias de droite » pour salir les victimes du stratagème rendu public, allant jusqu’à divulguer leurs informations privées à la presse. Cela a permis d’obtenir un effet dissuasif sur d’autres victimes qui s’expriment.

En plus d’exposer l’insensibilité et le mépris profond pour les personnes vulnérables partagés par ceux qui sont au sommet de la société, l’affaire Robodebt reflète également quelque chose de plus fondamental sur la logique punitive du bien-être sous le capitalisme. L’ensemble du système – les paiements en dessous du seuil de pauvreté, les “obligations mutuelles” punitives, l’obstruction bureaucratique – est conçu pour rendre l’aide sociale si stressante et si déshumanisante que les gens n’ont d’autre choix que de trouver le travail rémunéré qui les acceptera.

Le stratagème est terminé et le rapport final de la Commission royale, attendu en juin de cette année, fournira une sorte d’épilogue à toute l’affaire. Mais avec l’introduction récente par le gouvernement albanais d’un régime d’aide sociale basé sur des points et son engagement continu à maintenir les paiements aux niveaux les plus bas actuels, il est clair que les structures qui maintiennent les bénéficiaires de l’aide sociale dans une pauvreté désespérée restent fermement en place.

Source: https://redflag.org.au/article/war-poor-royal-commission-exposes-robodebt-disgrace

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire