Une loi signée par Bolsonaro a ouvert la voie aux autorités pour poursuivre ses insurgés – Mother Jones

0
76

Des manifestants, partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro, sont assis devant la police. Eraldo Peres/AP

Lutte contre la désinformation : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien newsletter et suivez l’actualité qui compte.

Le dimanche, dans la version brésilienne de l’insurrection du 6 janvier, des milliers de partisans de l’ancien président défait Jair Bolsonaro ont organisé un assaut coordonné contre les institutions démocratiques du pays et trois branches du gouvernement. Sur le terrain de la place des Trois Pouvoirs de Brasilia, des insurgés ont pris d’assaut et saccagé la Cour suprême, le Palácio do Planalto et les bâtiments du Congrès, alors qu’ils appelaient à une intervention militaire et promettaient de ne pas partir sans s’assurer le soutien de l’armée. Quand l’armée a enfin arrivée sur les lieux, les partisans de Bolsonaro, dont beaucoup avaient campé devant le quartier général de l’armée, ont applaudi et célébré, en supposant que de nouveaux alliés les rejoignaient, pour voir leurs héros démanteler leurs campements. “Jusqu’à il y a une heure, nous faisions confiance à l’armée pour nous protéger », a déclaré un insurgé en larmes dans une vidéo auto-enregistrée. “L’armée nous a dénoncés.

Dans un autre exemple de conséquences ironiques et involontaires, ces agitateurs pro-Bolsonaro pourraient faire face à des accusations criminelles fondées sur des dispositions légales qui ont été mises en place sous l’administration Bolsonaro. En septembre 2021, l’ancien président a signé une loi votée par le Congrès abrogeant la loi brésilienne sur la sécurité nationale de 1983, héritage de la dictature militaire (1964-1985). À sa place, ils ont ajouté une disposition sur les « crimes contre les institutions démocratiques » au Code pénal. Désormais, plusieurs experts criminels interrogés par les médias brésiliens affirment que les émeutiers du 8 janvier pourraient être poursuivis en vertu de deux articles du Code pénal : « Essayer, en utilisant la violence ou des menaces sérieuses, d’abolir l’État démocratique de droit, empêchant ou restreignant l’exercice des pouvoirs constitutionnels » et la « tentative de renverser, par la violence ou des menaces graves, le gouvernement légitimement constitué ». Le premier peut déclencher une peine de quatre à huit ans de prison et le second jusqu’à 12 ans.

Outre les crimes contre les institutions démocratiques, les insurgés pourraient être inculpés pour plus d’une dizaine d’infractions, notamment atteinte à la propriété publique, association de malfaiteurs et coups et blessures. Certains experts juridiques et législateurs ont également suggéré que les autorités qui n’ont pas réussi à prévenir et à arrêter l’attaque, ainsi que celles qui l’ont incitée et encouragée, devraient faire l’objet d’une enquête pour d’éventuels crimes de responsabilité.

La précédente loi sur la sécurité nationale définissait les crimes commis contre la souveraineté nationale et l’ordre politique et social, y compris la calomnie ou la diffamation du président. Pendant la dictature militaire, la loi était appliquée contre les opposants au régime. Cependant, depuis la période de redémocratisation du Brésil, elle n’a été que peu appliquée et, lorsqu’elle l’a été, elle visait dirigeants de mouvements sociaux tels que le Mouvement des travailleurs sans terre du Brésil.

Puis Bolsonaro est arrivé au pouvoir. Les deux premières années de son administration ont vu un nombre record d’affaires fondées sur la législation, dans certains cas pour enquêter sur des journalistes, des professeurs et des détracteurs du gouvernement. Il a également été invoqué pour cibler pour enquête certains alliés et partisans de Bolsonaro pour des attaques contre des juges de la Cour suprême et l’organisation de manifestations antidémocratiques, ainsi que le malade mental qui a poignardé le candidat à la présidence de l’époque lors d’un rassemblement en 2018.

Le lien résiduel de la loi avec l’autoritarisme et les excès découlant de l’utilisation de la loi ont suscité des critiques de la part des groupes de défense des droits civiques et des juristes et appellent à sa modernisation. Mais après avoir sanctionné la législation qui a abrogé la loi sur la sécurité nationale, Bolsonaro a opposé son veto à une disposition qui aurait lutté contre la diffusion de fausses nouvelles en punissant la « communication trompeuse de masse » et une autre qui criminalisait les atteintes au droit de manifester. Il a également opposé son veto à une disposition visant à renforcer les peines pour les membres de l’armée ou les fonctionnaires qui ont commis des crimes contre l’État. Depuis l’attaque de dimanche contre Brasilia, où une partie des forces de sécurité est restée là alors que des émeutiers ont pris d’assaut et saccagé trois bâtiments gouvernementaux, certains sénateurs envisageraient un vote pour annuler ce veto.

Les institutions puniront tous les responsables », a déclaré mardi le juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes. « Ceux qui ont réalisé les actions, ceux qui ont planifié les actions, ceux qui ont financé les actions et ceux qui ont encouragé, par des actes ou des omissions. Parce que la démocratie prévaudra.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire