Une ONG anti-torture russe se dissout après avoir été étiquetée « agent étranger » | Nouvelles

0
148

Le Kremlin a utilisé l’étiquette « d’agent étranger » contre des organisations non gouvernementales, des opposants politiques et des journalistes.

Le chef du Comité pour la prévention de la torture, basé en Russie, a dissous l’organisation après qu’elle ait été qualifiée d'”agent étranger” par les autorités, une étiquette qu’il a qualifiée d'”insulte”.

Fondé en 2000, le Comité pour la prévention de la torture a fait campagne pour obliger les autorités russes à enquêter sur les mauvais traitements infligés par les services de sécurité et à prendre des mesures pour y mettre fin. Le travail de l’organisation comprenait la situation en Tchétchénie.

« Nous ne voulons pas continuer à travailler en étant étiquetés ‘agents étrangers’. Nous considérons ce terme comme une insulte et une calomnie », a déclaré dimanche le président de la commission, Sergei Babinets.

La dissolution de l’organisation a été décidée par les membres samedi, a déclaré Babinets sur Telegram.

“Malgré l’importance évidente de notre mission, les autorités tentent depuis de nombreuses années de la présenter comme étrangère et nuisible”, a-t-il déclaré.

« Les autorités envoient le signal que la torture devient (ou est déjà devenue) une partie de la politique gouvernementale.

Déjà qualifié « d’agent étranger » en 2015 et à nouveau en 2016 par les autorités russes, le comité a décidé de se dissoudre plutôt que de changer son travail afin de se débarrasser de la désignation.

La première loi russe sur les agents étrangers a été adoptée en 2012. Elle a depuis été élargie pour inclure les organisations à but non lucratif (ONG), les médias et les citoyens russes individuels, y compris les journalistes et les militants.

L’étiquette “agent étranger”, qui rappelle l'”ennemi du peuple” de l’ère soviétique, est utilisée par le Kremlin contre les organisations non gouvernementales, l’opposition politique et les journalistes accusés de mener des activités politiques financées par l’étranger.

Ceux qui sont considérés comme des agents étrangers sont soumis à de nombreuses contraintes et procédures fastidieuses, ou s’exposent à de lourdes sanctions. Ceux qui portent l’étiquette doivent indiquer leur statut avec des clauses de non-responsabilité dans toutes les publications.

La dissolution du Comité pour la prévention de la torture intervient au milieu d’une répression sans merci des voix critiques en Russie, en particulier depuis le lancement de l’intervention militaire en Ukraine fin février. Depuis le début de l’invasion, de nombreuses ONG ont été interdites.

En avril, les autorités russes ont fermé les bureaux d’Amnesty International et de Human Rights Watch.

Plus tôt ce mois-ci, la chambre basse du parlement russe a donné son approbation initiale à un projet de loi qui renforcerait encore les lois du pays contre les agents étrangers et intervient à un moment où le président russe Vladimir Poutine a averti les Russes de se méfier des “traîtres” au milieu .

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/12/russian-anti-torture-ngo-disbands-after-foreign-agent-label

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire