Une réponse à Jezebel par les dirigeants de Rise Up 4 Abortion Rights

0
39

En réponse à Le 8 juin d’Emily Leiberte commentaire à Jezebel intitulé “Les activistes de l’avortement aux seins nus qui ont pris d’assaut le jeu WNBA font partie d’un groupe problématique”, en tant que co-initiateurs de l’organisation responsable de cette manifestation, Rise Up 4 Abortion Rights, nous contestons bon nombre de ses affirmations négatives sur l’objectif de notre organisation et stratégie. Nous ne pouvons pas déterminer si Mme Leibert n’a pas été en mesure de vraiment comprendre notre mission, n’a pas pris le temps de lire nos nombreuses déclarations publiquesou refuse simplement de voir les faits au-delà de son propre voile de préjugés.

Elle cite tellement de points trompeurs et mal informés qu’il est difficile de savoir par où commencer, alors nous commencerons tout en bas, là où nous pensons que le problème principal émane.

La dernière ligne de l’article exprime un désespoir extrême, comme en témoigne sa déclaration selon laquelle “les cartes ont déjà été jouées et Roe est sur le point de tomber”. Si nous n’avions pas su que cet article avait été écrit par une féministe pour une publication féministe, nous aurions pu penser qu’il était écrit par une militante anti-avortement extrême. Quel est l’avantage de faire une affirmation aussi décourageante, à moins de freiner les intentions de tous les militants pro-avortement, de les encourager à prendre du recul, à s’asseoir et à ne rien faire pour essayer d’empêcher la Cour suprême de renverser Roe sans combat ? Est-ce vraiment ce qu’elle veut ?

En parlant de « cartes », mettons toutes nos cartes sur la table. Comment en sommes-nous arrivés à cette position où le droit fondamental d’une moitié de la société à déterminer sa propre reproduction, sa vie et son destin est en passe d’être anéanti ? Nous sommes arrivés ici parce que le Parti démocrate et trop d’organisations et de personnes pro-choix se sont continuellement compromis pendant des décennies lorsque des attaques ont été lancées contre l’accès à l’avortement et la législation anti-avortement. Encore et encore, ils ont minimisé la ténacité et l’engagement de l’opposition et ont refusé de se lever dans une protestation massive et perturbatrice pour tracer une ligne ferme et dire : « C’EST FINI ! Ceci, ainsi que le désir constant de “parler de l’autre côté de l’allée”, tout en jetant les femmes noires et pauvres sous le bus en ne s’opposant pas fermement, publiquement et collectivement à l’amendement Hyde, était un message fort de notre côté qu’une “petite” invasion du corps des femmes et de leurs droits étaient très bien.

Et laissez-nous vous rappeler, comme indiqué dans cet article, que lorsque “la sécurité a couru sur le terrain pour retirer les manifestants du match, le public a applaudi et a mené une ovation debout”. Ce résultat positif, en plus de la citation de la garde de la liberté Rebecca Allen qui, à l’appui, a déclaré : « Je suis tout à fait d’accord avec le message », révèle davantage le soutien vraiment généralisé au droit à l’avortement. Cela ne devrait-il pas nous encourager tous à lutter plus durement ? Cela n’ébranle-t-il pas l’idée qu’il n’y a rien que nous puissions faire? En fait, nos manifestations non-violentes perturbatrices visent précisément à encourager les partisans et les militants de l’avortement à sortir de la ligne de touche et à descendre dans la rue. Nous sommes ravis que ce message ait été amplifié devant un large public et les principaux médias. Tous ceux qui se soucient de la vie des femmes et de l’avenir des droits et de la justice LGBTQ en général devraient l’être.

L’histoire a montré à maintes reprises que les manifestations perturbatrices sont souvent le seul moyen d’obtenir des changements. Rappelez-vous Alice Paul qui, en 1913, a dirigé le mouvement pour le suffrage en descendant Pennsylvania Avenue, devant la Maison Blanche, même en étant agressée et attaquée. En conséquence, l’indignation du public a conduit à un soutien plus large au mouvement pour le suffrage.

Nous avons cependant été très heureux de voir l’écrivain revenir en arrière et soutenir nos stratégies de protestation, qu’elle le veuille ou non. « Pourquoi ne pas choquer les participants à la conférence de la National Rifle Association du mois dernier ? Ou lors d’événements sportifs dans des États dotés de lois sur la gâchette ? » elle a soutenu. Ahhh, alors elle pense vraiment que ce que nous faisons a un impact, elle n’aime tout simplement pas où nous le faisons ?! Nous la remercions pour ses suggestions pour continuer à amplifier nos protestations, et nous avons déjà des choses en chantier. Rise Up For 4 Abortion Rights organise des manifestations et des veillées de masse à compter du lundi 13 juin, sur les marches de la Cour Suprême, et régulièrement par la suite, pour montrer que nous préférerions arrêter brutalement les rouages ​​de la société par une résistance de masse non violente que de permettre que notre droit à l’avortement nous soit retiré.

Nous sommes également inspirés par la façon dont le militant de l’accès à l’avortement Guido Reichstadter a été arrêté plus tôt cette semaine après avoir sauté par-dessus les barricades devant la Cour suprême et s’être enchaîné à la clôture, élevant le Bandana vert du droit à l’avortement.

Quant à l’accusation de Mme Leibert selon laquelle nous nous sommes en quelque sorte «appropriés» à tort de ce symbole puissant des femmes d’Amérique latine, citons l’un des commentaires laissés par une lectrice de son article: «Qu’y a-t-il de mal à utiliser les couleurs d’un autre pro- groupe de défense des droits à l’avortement? … Ce n’est pas Fendi qui vend de la merde [N]actif [A]coiffes américaines comme mode; sa solidarité politique internationale. Nous avons été énormément renforcés par l’exemple et les messages directs de solidarité que nous avons reçus de militants en Argentine, en Colombie, au Mexique et dans d’autres parties du monde.

Mais parce que Mme Leibert nous a fait ce cadeau, même par inadvertance, nous lui en donnerons un aussi. Nous convenons que faire un don aux fonds d’avortement peut être utile, comme l’affirme son article. Mais pour citer son propre sous-titre, “Ce n’est que la moitié de l’histoire”, il est important de comprendre que le simple fait d’envoyer de l’argent à des fonds d’avortement n’est pas une solution à long terme ou globale. Des millions de femmes auront besoin d’avortements si Roe est annulé, et les partisans de l’avortement ne pourront pas tous les payer. De nombreuses très jeunes femmes, des femmes en prison et en détention, des femmes dépourvues de documents légaux, des femmes prises au piège de la maltraitance et d’autres situations dangereuses seront hors de portée des réseaux de soutien, même les plus ingénieux et les plus engagés. De nombreuses personnes trans et non binaires qui ont besoin d’avortements le seront aussi. De plus, les amendes pour « aide et complicité », sans parler du paiement du prix des peines de prison potentielles pour cela, ne feront que payer au moins le double pour notre oppression.

Sera-t-il facile d’empêcher la Cour suprême de transformer son projet en loi ? Non.

Mais nous sommes des millions et des millions dont la santé, la sécurité et l’avenir seront touchés, et il serait inadmissible de ne pas se battre avec tout ce que nous avons tant que nous avons encore une chance. Comme nous l’avons récemment écrit dans notre Call to Come to DC, à partir du lundi 13 juin :

“Même ceux qui détestent les femmes fascistes craignent de perdre la légitimité perçue de leurs institutions et de leur système lorsqu’ils sont confrontés à une résistance non violente vraiment massive, non ignorable et implacable, Et, si même face à notre opposition déterminée, la Cour révoque toujours droits à l’avortement, nous serons dans une position bien plus forte pour continuer la lutte pour la liberté des femmes pour avoir osé LEVER !”

Pour terminer, nous citerons une seule personne de plus parmi les dizaines de personnes qui ont répondu à votre article en écartant bon nombre de ses points : “Pouvez-vous indiquer une manifestation qui, en soi, était capable de promulguer un changement juridique, ou toutes les manifestations sont-elles sans valeur?” Nous ne nous excuserons pas d’avoir risqué notre sécurité pour défendre les droits fondamentaux des femmes. Car c’est, en fait, énoncé dans l’un de nos slogans les plus importants : Avortement à la demande et sans excuses !

Merle HoffmannFondateur et PDG de Centre médical pour femmes Choicesauteur de Intimate Wars: La vie et l’époque de la femme qui a fait avorter de l’allée arrière à la salle du conseil

Lori Sokoldirecteur général de Cyberactualités fémininesauteur de Elle est moi : comment les femmes vont sauver le monde

Sunsara Taylorco-animateur de Révolution rien de moins montrer, hôte / producteur de We Only Want the World (WBAI & WPFW), co-initiateur de RefuseFascism.org, leader de l’Abortion Rights Freedom Ride

Note des auteurs : nous avons soumis la réponse ci-dessus directement à Jezebel et nous n’avons même pas reçu d’accusé de réception de leurs éditeurs.

Veuillez trouver ci-dessous quelques-uns des commentaires supplémentaires des lecteurs qui étayent les points de notre réponse ci-dessus :

*Les symboles qui attirent l’attention qu’ils utilisent lors de leurs manifestations ne sont pas assez nuancés, dites-vous ? Ils manifestent dans les grands marchés médiatiques où ils peuvent plus facilement recruter des gens pour se présenter au lieu de plus petits, dites-vous ? Ils ne sont pas d’accord sur la stratégie avec les groupes que vous privilégiez davantage, mais pas sur les objectifs, dites-vous ? Eh bien, au diable ces femmes mal élevées, alors. Les saper comme vous le pouvez, c’est le moyen le plus efficace de soutenir les groupes qui répondent mieux aux normes de décorum de Jézabel.

* Bien sûr, s’ils ne sont pas directement résoudre le problème, ils ne devraient pas protester. C’est ça le plat à emporter ici ? Ils ne font pas changer d’avis la Cour suprême, donc leur protestation ne vaut rien ? Pouvez-vous citer une manifestation qui, en soi, était capable de promulguer un changement juridique, ou toutes les manifestations sont-elles sans valeur ?

*Où est la ligne tracée sur la prudence avec laquelle nous devons être avec nos mots dans le cas de l’identité de quelqu’un d’autre ? Cela devient complètement ridicule, que chaque déclaration faite doive passer un test de pureté en constante évolution.

* Quelqu’un qui fait une déclaration générale sur les femmes et la grossesse n’invalide pas l’expérience vécue d’un homme trans en disant femmes au lieu de quelque chose d’autre actuellement considéré comme plus inclusif, cette idée est manifestement stupide et dangereuse.

* Bon sang, vous donnez l’impression qu’il n’y a jamais eu de mouvement sociopolitique réussi qui ait eu des conflit. Je suppose que MLK Jr. et Malcolm X étaient des homeboys. Je suppose que les Federalist Papers étaient une œuvre de fiction. Je suppose que Sojourner Truth et Elizabeth Cady Stanton ne se regardaient pas en public.

* Non, ils doivent trouver une couleur qui n’a été la palette de couleurs d’aucun mouvement de protestation, où que ce soit dans le monde. Si toutes les couleurs unies sont prises, ils doivent trouver autre chose, peut-être un motif. Mais pas un plaid, car c’est une appropriation de la culture écossaise. Pas une empreinte animale, pour tant de raisons. Pas de pois car cela s’approprie le Polka. Peut-être un joli motif floral, tant que les fleurs ne proviennent pas d’un pays avec… tant pis, pas un floral. Peut-être quelques taches aléatoires. Tant qu’aucun d’entre eux ne pouvait être façonné de manière offensive à la manière de Rorschach. Oh, merde. Allez juste avec le vert.

* Mais vous ne pensez pas que la Vague Verte approuverait l’utilisation de ses symboles pour cette cause ? Les avez-vous contactés pour leur demander ? Ce point est extrêmement pédant.

* Ils les reconnaissent sur leur site Web et ont beaucoup de leurs informations sur le site disponibles en espagnol, donc je suis d’accord, cette critique est difficile à vendre pour moi.

* “La meilleure façon d’aider en ce moment est de faire un don à un fonds d’avortement et à des cliniques publiques rouges pour aider les personnes qui en auront vraiment besoin.”

Je suis d’accord avec vous, mais ce qui est qualifié de « maintenant » peut être une très courte période de temps en effet. Je suis sûr que les États rouges seront prompts à criminaliser les contributions aux fonds d’avortement. Ils criminaliseront également le fait de sortir de l’État pour se faire avorter ; certains l’ont déjà fait, mais je crois que tous les États rouges finiront par le faire. Il ne faudra pas longtemps avant qu’une personne souhaitant se faire avorter doive quitter son État et ne jamais revenir si elle ne veut pas risquer des poursuites.

En ce qui concerne les critiques de Rise Up 4 Abortion Rights, ils sont prêts à risquer des accusations criminelles pour leurs activités, vous ne pouvez pas nier leur engagement. Plutôt que de les critiquer, une meilleure approche serait d’essayer de les réorienter vers des tactiques plus efficaces.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/17/a-response-to-jezebel-by-leaders-of-rise-up-4-abortion-rights/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire