Une. Suite. Temps. Il ne s’agit pas de l’OTAN

0
85

Vladimir Poutine et le Kremlin avaient plusieurs raisons d’envahir l’Ukraine en février et de déclencher le plus grand conflit militaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Poutine a cherché à dépeindre la crise pré-invasion que Moscou a créée avec l’Ukraine comme un différend OTAN-Russie, mais ce cadrage ne résiste pas à un examen approfondi.

Poutine a fait de gros efforts. Fin 2021, il s’est plaint de la menace militaire “montante” de l’OTAN aux frontières occidentales de la Russie et a exigé des garanties juridiques pour la Russie, comme si le pays doté du plus grand arsenal nucléaire du monde et de la plus grande armée d’Europe avait besoin de telles garanties. Moscou a proposé des projets d’accords avec l’OTAN et les États-Unis qui auraient exclu un nouvel élargissement de l’OTAN et exigé que l’Alliance retire toutes les forces et infrastructures militaires des membres qui avaient adhéré après 1997.

Washington et l’OTAN ont proposé de s’engager sur d’autres éléments des projets d’accords concernant le contrôle des armements et les mesures de réduction des risques, qui auraient pu apporter une véritable contribution à la sécurité de l’Europe, y compris la Russie. Cependant, les responsables américains et de l’OTAN ne renonceraient pas à un nouvel élargissement. Cela est devenu un autre grief – avec de fausses allégations de néonazis à Kyiv, un génocide dans le Donbass et une poursuite ukrainienne des armes nucléaires – que Poutine a cité dans son explication du 24 février de sa décision injustifiable de lancer une nouvelle invasion de l’Ukraine.

Certains analystes occidentaux continuent d’accepter l’argument de Poutine qui rejette la faute sur l’OTAN. L’histoire ne soutient pas cet argument.

En juillet 1997, l’OTAN a invité la Pologne, la Hongrie et la République tchèque à entamer des négociations d’adhésion, mais seulement après avoir jeté les bases d’une relation de coopération avec la Russie. En mai 1997, l’OTAN et la Russie ont conclu l’Acte fondateur sur les relations mutuelles, la coopération et la sécurité, qui a créé un organe permanent de consultation et de coordination.

Entre autres choses, l’Acte fondateur a réitéré que l’OTAN n’avait « aucune intention, aucun plan et aucune raison » de placer des armes nucléaires sur le territoire des nouveaux États membres. La loi notait également que l’OTAN ne voyait pas la nécessité du « stationnement permanent de forces de combat substantielles » sur le territoire des nouveaux membres. Ces déclarations reflétaient les efforts de l’Alliance pour rendre l’élargissement de Moscou le moins menaçant possible sur le plan militaire.

De 1997 à début 2014, l’OTAN n’a déployé pratiquement aucune force de combat sur le territoire de ses nouveaux membres. Cela a changé à la suite de l’utilisation par la Russie de la force militaire pour s’emparer de la Crimée et de son implication dans le conflit dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine, en mars et avril 2014. Même alors, l’OTAN a décidé de déployer, à tour de rôle, des groupements tactiques multinationaux comptant de 1 000 à 1 600 soldats dans chaque des trois États baltes et de la Pologne – rien de plus que des forces de déclenchement.

Quant à l’avancée de l’Alliance jusqu’aux frontières de la Russie, cinq membres actuels de l’OTAN bordent la Russie ou l’enclave russe de Kaliningrad (cela n’inclut pas la Finlande, qui n’a demandé l’adhésion qu’en mai 2022). Des cinq membres actuels, le dernier à rejoindre l’Alliance, les trois États baltes, l’ont fait en 2004. C’était il y a 18 ans. Poutine n’a alors pas fait d’histoires.

En fait, en mai 2002, Poutine a rencontré les dirigeants de l’OTAN à Rome et a convenu d’une déclaration commune sur l’approfondissement et la requalification des relations OTAN-Russie. Dans son allocution lors de ce sommet OTAN-Russie, Poutine n’a exprimé aucune inquiétude quant à l’élargissement de l’OTAN, même si l’Alliance prévoyait un deuxième sommet plus tard dans l’année, et le président russe devait savoir que l’OTAN inviterait alors d’autres pays, dont très probablement la Baltique États, à adhérer.

Ces dernières années, Poutine a exprimé ses griefs contre l’élargissement de l’OTAN d’une manière qu’il n’avait pas fait lorsque l’OTAN s’élargissait dans le voisinage de la Russie. Les quatre pays qui ont rejoint l’Alliance après 2004 se trouvent tous dans les Balkans, assez éloignés des frontières de la Russie. Le président russe a réagi calmement aux décisions finlandaises et suédoises de cette année de demander leur adhésion, même si l’ajout de la Finlande fera plus que doubler la longueur des frontières de la Russie avec l’OTAN.

Quant aux inquiétudes de Moscou concernant l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN, les diplomates et espions russes ont sûrement compris qu’il y avait peu d’enthousiasme au sein de l’Alliance pour mettre l’Ukraine sur la voie de l’adhésion. Avec les troupes russes occupant des parties de l’Ukraine (même avant l’attaque de février), l’adhésion soulèverait invariablement la question des alliés entrant en guerre contre la Russie.

Ironiquement, la Russie avait une Ukraine neutre en 2013. Une loi ukrainienne de 2010 a consacré le statut de non-bloc pour le pays, et le président ukrainien de l’époque, Victor Ianoukovitch, n’a montré aucun désir de rejoindre l’OTAN. Il était intéressé par la conclusion d’un accord d’association avec l’Union européenne, mais il a subi une pression massive de Moscou pour ne pas le faire fin 2013. Il a succombé à cette pression, et l’annonce que Kyiv ne signerait pas l’accord d’association finalisé a déclenché des protestations qui même soir qui a commencé la révolution de Maïdan.

La décision de Poutine de lancer une nouvelle attaque contre l’Ukraine semble avoir plusieurs motivations. L’une est géopolitique, le désir du Kremlin d’avoir une sphère d’influence russe dans l’espace post-soviétique et sa crainte que l’Ukraine s’éloigne invariablement de Moscou. C’est une question plus large que la relation de l’Ukraine avec l’OTAN. Mais rien n’a fait plus que la politique et les actions russes depuis 2014 pour éloigner l’Ukraine de la Russie et vers l’Occident.

La politique intérieure russe apparaît comme un deuxième facteur clé. Pour le Kremlin, une Ukraine démocratique, orientée vers l’Occident et économiquement prospère est un cauchemar, car cette Ukraine amènerait les Russes à se demander pourquoi ils ne peuvent pas avoir la même voix politique et les mêmes droits démocratiques que les Ukrainiens. Pour le Kremlin, la préservation du régime est la tâche numéro un.

Le troisième facteur est Poutine lui-même. La lecture de son essai de juillet 2021 sur l’Ukraine ou de son discours du 24 février sur la reconnaissance par la Russie des soi-disant « républiques populaires » dans le Donbass montre clairement que Poutine n’accepte pas la légitimité d’un État ukrainien souverain et indépendant. Il considère la majeure partie de l’Ukraine comme faisant partie de la Russie historique.

Le 9 juin, le président russe a exprimé à haute voix la partie calme, se comparant implicitement à Pierre le Grand sur le « retour » des terres russes historiques au contrôle de Moscou. Poutine a déclaré : « Apparemment, c’est aussi notre lot de revenir [what is Russia’s] et renforcer [the country].” Il n’a pas dit un mot sur l’OTAN ou l’élargissement de l’OTAN.

Affaire classée.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire