Une superstition appelée la présidence

0
66

Source photo : Phil Roeder – CC BY 2.0

Tous les quatre ans, la politique américaine s’agite sur la soi-disant énorme différence de direction offerte par les deux partis politiques candidats à la présidence. C’est un non-sens, comme l’expérience l’a prouvé maintes et maintes fois. Même avec deux politiciens soi-disant diamétralement opposés comme Biden et Trump, «rien», comme Biden l’a formulé de manière si mémorable, cela allait «fondamentalement» «changer». Et ce n’est pas le cas.

Biden a poursuivi les fanfaronnades anti-chinoises et n’a pas annulé les tarifs de Trump contre Pékin, bien qu’au début du mois de septembre, il envisageait de le faire – au moins partiellement. Puisqu’il a attendu si longtemps, ne retenez pas votre souffle. Biden a même fait monter les enchères en ce qui concerne la guerre, annonçant à plusieurs reprises, le plus récemment le 18 septembre à la télévision nationale, que les États-Unis aideraient militairement Taïwan dans un fracas avec Pékin. Ainsi, Biden a délibérément défait des décennies de politique d’une seule Chine, qui a si efficacement déployé l’ambiguïté pour maintenir la paix. Cette politique, enracinée dans l’ouverture à la Chine du président Richard Nixon et de son conseiller Henry Kissinger, a eu une distribution résolument bipartite pendant des décennies. Maintenant, il y a le casting du parti de guerre bipartite, avec des cris pugnaces, des provocations, des hurlements belliqueux et des législateurs des deux côtés de l’allée qui se jettent régulièrement à Taiwan juste pour le coller à la Chine. Peu importe que Biden ou Trump siègent sur le trône : l’Empire d’exception s’est mis sur le sentier de la guerre.

Puis les choses ont glissé encore plus bas alors que la Maison Blanche, suivait les traces heureuses des sanctions de Trump (voir, le plus flagrant, le Venezuela), envisage des sanctions contre la Chine pour avoir menacé Taïwan. Même pour Biden, cette décision serait extrêmement imprudente et provocante. Et ça veut dire quelque chose. C’est lui dont les sanctions moche contre la Russie ont affaibli l’économie américaine jusqu’à la récession et paralysé l’économie européenne. C’est parce que l’Occident dépend totalement des matières premières et des produits de base de la Russie. Si la Russie refusait de tout exporter vers l’ouest, des métaux à l’uranium en passant par les engrais et le blé, nous serions confrontés à des temps assez sombres, mais peut-être pas aussi mauvais que l’Europe face à l’hiver sans énergie russe. Pendant ce temps, la dépendance des États-Unis à l’égard de l’économie chinoise est encore plus grande, car l’économie américaine est profondément liée à son principal partenaire commercial, qui se trouve être, vous l’avez deviné, la Chine ! L’Occident dans son ensemble ferait bien de ne pas oublier que la Chine est l’atelier de fabrication du monde. Pouvez-vous même commencer à imaginer comment les sanctions feront un boomerang lorsque Biden les giflera contre la Chine ? Bonjour? Avez-vous déjà entendu parler d’inflation ? Vous pensiez que c’était mauvais l’été dernier à cause des sanctions contre la Russie ? Avec les sanctions contre la Chine, le prix du puits, à peu près tout, va sans aucun doute grimper dans la stratosphère.

Alors Biden continue le déchaînement sinophobe de Trump. Pourtant, les gens normaux pensaient qu’il ne le ferait pas. Comment expliquer cette attente prodigieusement stupide tous les quatre ans, qui va à l’encontre de toutes les évidences et de toutes les expériences, qu’avec un nouveau président, les choses vont changer ? Ce doit être la faiblesse humaine appelée espoir, qui jaillit éternellement de cette vue ravissante mais totalement fausse des choses, de cette illusion incurable appelée optimisme. Nous, les Américains, serions bien mieux servis – et probablement mieux motivés pour modifier la réalité – avec une bonne dose de pessimisme, ou même, ta dum ! cette chose que la plupart des Américains considèrent comme de la mort aux rats, le fatalisme.

Si suffisamment de gens croyaient vraiment profondément que ce salut par la présidence est autant une imposture que l’hallucination que la constitution de notre pays nous sert bien (à l’exception, bien sûr, de la déclaration des droits toujours stellaire), ils pourraient enfin être motivés à faire quelque chose à propos de l’état absolument alarmant d’une nation où, au cours des quatre dernières décennies, 50 000 milliards de dollars ont été extraits de 90 % de la population et acheminés vers les comptes bancaires d’un % de la population, rendant ces quelques personnes incroyablement riches. Et ce quatre-vingt-dix pour cent a permis cela avec à peine un coup d’œil ! Tout comme le silence relatif sur l’abomination de deux guerres étrangères de plusieurs décennies qui n’ont servi à rien d’autre que de tuer des tonnes d’Irakiens et d’Afghans, et pas mal de soldats américains aussi… et d’aider à mettre les trois pays en faillite. Heure de se réveiller! Les choses sont affreuses et vont sûrement empirer, à moins que nous n’oubliions cette absurdité à propos d’un sauveur à la Maison Blanche, ou dans un gang de hacks partisans à la Cour suprême soufflant et soufflant sur une constitution désespérément dépassée, écrite par un groupe de propriétaires d’esclaves , des bigots qui tuent les indigènes et qui oppriment les femmes. Les choses vont empirer parce qu’il n’y a presque aucune différence dans les politiques épouvantables de ce pays, quel que soit le parti au pouvoir.

En parlant de continuité au sein du parti bipartisan de la guerre, souvenez-vous des réductions d’impôts de l’ère Bush pour les milliardaires suivies de celles de l’ère Trump. Ces cadeaux scandaleux aux riches ont incité les candidats démocrates Obama et plus tard Biden à jurer haut et bas que leurs premiers actes une fois installés à la Maison Blanche seraient de rétablir un peu de bon sens et d’équité dans le code fiscal américain. Ils annuleraient ces exécrables réductions d’impôts républicaines. Tra la ! Ils ne l’ont pas fait. Ils étaient tellement occupés à s’amuser à être présidentiels qu’ils ne pouvaient pas supporter l’idée d’offenser de riches donateurs, même s’ils avaient promis de le faire. Eh bien, les démocrates réservent sans aucun doute l’annulation des réductions d’impôts pour un autre jour – comme la prochaine élection présidentielle.

En parlant de charlatanisme de réduction d’impôts, comment diable deux présidents du GOP ont-ils pu s’en tirer avec de l’argent dans les poches des oligarques tout en se faisant passer pour des tribuns du peuple, des copains du travailleur moyen ? Eh bien pourriez-vous demander. Moi, je le mets sur le compte de la superstition appelée la présidence qui permet à des menteurs transparents d’embobiner des gens autrement normaux d’intelligence moyenne en leur faisant nier l’évidence de leurs sens. Bush et Trump ont ainsi aidé et encouragé le hold-up susmentionné de près de 50 000 milliards de dollars, qui a duré quatre décennies, des 90 % de la population appelés les gens ordinaires au 1 % le plus riche. Mais Bush était le genre de gars avec qui les gens veulent boire une bière, tandis que Trump se déchaînait avec toute l’impolitesse grotesque qui, évidemment, plaît à des millions d’Américains. Ils ont donc obtenu un laissez-passer pour leurs réductions d’impôts, et Bush pour sa guerre non provoquée contre l’Irak, et d’innombrables autres crimes, sans parler de l’abandon général du gaspillage de la richesse du peuple.

Et ce n’est que ce siècle. Cela ne touche même pas au tour de passe-passe présidentiel du XXe siècle, qui mettait en vedette la prose soi-disant mélodieuse de ce précurseur des élites américaines modernes, le soi-disant président américain « décent », Woodrow Wilson, dont les vacuités littéraires cachaient une effort pour aider et encourager la pire boucherie que le monde ait jamais vue, à savoir la Première Guerre mondiale. Après avoir attisé l’hystérie sauvage pour l’entrée inutile des États-Unis dans cette monstruosité imbibée de sang, Wilson a procédé à l’enfermement de héros vertueux comme le socialiste anti-guerre Eugene Debs et a légué au pays l’obscénité appelée la loi sur l’espionnage.

Un autre président soi-disant décent, celui-ci adulé pour sa sagesse américaine, était Harry Truman – un tueur déguisé en mouton, qui a largué des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, à peu près par dépit et aussi comme un avertissement sanglant à l’Union soviétique. de ce qui l’attendait s’il dérangeait les États-Unis. Le massacre était atroce et tout à fait inutile, car Truman savait très bien que les Japonais étaient prêts à se rendre. En fait, il a accéléré le bombardement en avançant la date avant que cette reddition ne devienne publique. Ainsi, deux des soi-disant grands présidents américains du XXe siècle. Ils n’ont vraiment pas l’air bien supérieurs aux médiocrités ignominieuses, comme Nixon, vilipendé pour le crime de guerre consistant à bombarder en miettes des passants innocents appelés Cambodge et Laos et Herbert Hoover, détesté pour ses politiques économiques idiotes qui ont inauguré la Grande Dépression – deux si -appelés médiocrités qui, eh bien, étaient sacrément horribles.

Alors maintenant, nous avons Biden, dont le pedigree comprend Wilson, Truman et même Eisenhower – pas l’Eisenhower qui a déploré le complexe militaro-industriel, parce que Biden n’a rien à redire à cela, mais l’Eisenhower qui a éclairé l’assassinat du président dûment élu du Congo, l’héroïque Patrice Lumumba. Eisenhower. Truman. Wilson. Ce sont les antécédents effrayants de Biden et jusqu’à présent, avoir déchaîné la CIA sur la Russie, un pays hérissé de bombes nucléaires, à travers l’infamie de la guerre par procuration ukrainienne, tout en refusant d’envisager une paix négociée et même en aidant prétendument à en saboter une en avril, ce qui condamne ainsi des milliers d’Ukrainiens et de Russes à mort ; la menace d’une guerre pure et simple avec la Chine dotée de l’arme nucléaire ; et maintenant bombardant la Somalie apparemment sans raison, Biden a prouvé qu’il avait ce qu’il faut pour être un président américain de premier plan chéri par les élites américaines – aucun scrupule à commettre un meurtre de masse.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/a-superstition-called-the-presidency/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire