Violence basée sur le genre dans la pandémie

0
76

Image de Mika Baumeister.

L’une des conséquences de la pandémie de COVID-19 en constante évolution est l’augmentation des niveaux de violence contre les femmes de tous âges. La violence basée sur le genre (VBG) est une pandémie mondiale qui affecte la vie d’une femme sur trois. La VBG peut prendre de nombreuses formes, notamment la violence domestique, la violence sexuelle et la traite, ainsi que la violence psychologique et émotionnelle. Dans de nombreux pays, les mariages forcés d’enfants et les crimes d’honneur font partie de ce spectre de violence.

En raison de ses conséquences physiques et mentales, la VBG est un problème de santé publique supplémentaire lié à la pandémie de coronavirus. Parmi les conséquences physiques figurent les blessures corporelles, les problèmes gastro-intestinaux, les troubles du sommeil et de l’alimentation, les douleurs chroniques, les infections sexuellement transmissibles (IST), les fausses couches et les grossesses non désirées. Les conséquences psychologiques comprennent la dépression, la baisse de l’estime de soi, les pensées suicidaires, l’abus d’alcool et de drogues et le trouble de stress post-traumatique.

Le coût mondial de la violence à l’égard des femmes a été estimé à 1 500 milliards de dollars, un chiffre qui ne peut qu’augmenter à mesure que la pandémie progresse. Selon l’American Journal of Emergency Medicine, le nombre de cas de violence domestique a augmenté de 25 à 33 % dans le monde en 2020 par rapport à 2019. Le groupe des Nations Unies ONU Femmes rapporte que les incidents de violence domestique ont augmenté de 300 % à Hubei, en Chine ; 25 % en Argentine ; 30 % à Chypre ; et 50 % au Brésil.

Une distinction est faite entre la VBG, la violence domestique (DV) et la violence contre les femmes et les filles (VAWG). La VBG est le terme le plus inclusif et fait référence à tout type de violence dirigée contre un individu en fonction de son sexe. Selon les Nations Unies, « elle est enracinée dans l’inégalité des sexes, l’abus de pouvoir et les normes néfastes ». Bien que la majorité des victimes soient des femmes, des hommes et des personnes non conformes au genre subissent également ce type de violence.

La violence domestique (DV) est le type le plus courant de violence basée sur le genre. Cela comprend la violence entre partenaires intimes (VPI), qui se produit entre deux personnes dans une relation intime, et qui peut se manifester par des violences sexuelles, physiques, émotionnelles et psychologiques. Bien que les femmes soient la grande majorité des victimes de violence conjugale, cela peut également se produire chez les hommes. La VD comprend la violence contre les enfants et les grands-parents. La violence contre les femmes et les filles (VAWG) est spécifiquement axée sur la violence dirigée contre les femmes et les filles, comme dans le cas des mutilations génitales féminines.

La violence domestique n’est bien sûr pas un phénomène nouveau. Avant la pandémie, on estime que 243 millions de femmes et de filles (âgées de 15 à 49 ans) dans le monde avaient été victimes de violences sexuelles ou physiques au cours des 12 derniers mois, dans la plupart des cas perpétrées par un partenaire intime. Ce nombre a considérablement augmenté au cours des deux premières années de la pandémie lorsque des fermetures ont été instituées. Selon une enquête de l’ONU conclue en septembre 2021, près de 7 femmes sur 10 ont déclaré que la violence domestique avait augmenté dans leur communauté depuis le début de la pandémie.

La violence domestique est largement sous-déclarée. Selon les estimations de l’ONU, moins de 40 % des femmes victimes de violences physiques à la maison demandent de l’aide. Pendant les périodes de confinement, les victimes peuvent avoir trop peur d’appeler la police de peur que leur agresseur ne les entende. ONU Femmes a qualifié la violence à l’égard des femmes de « pandémie fantôme », et António Guterres, le Secrétaire général de l’ONU, a déclaré : « La paix n’est pas seulement l’absence de guerre. De nombreuses femmes confinées pour #COVID19 sont confrontées à la violence là où elles devraient être le plus en sécurité : dans leur propre maison.

En plus de la violence directe, d’autres formes d’abus comprennent une surveillance constante, des règles de comportement strictes, un accès restreint ou inexistant aux comptes financiers et un accès limité aux articles de base tels que la nourriture, les vêtements et les installations sanitaires. Tout cela est compliqué par l’isolement des familles et des amis. En conséquence, les refuges pour femmes maltraitées et les systèmes de santé du monde entier sont maintenant poussés au point de rupture.

La libération des détenus des prisons – devenues un foyer de propagation de la pandémie – aggrave la situation. Lorsque certains détenus sortent, ils recréent chez eux les conditions de violence qui les ont conduits en prison. C’est pourquoi les victimes doivent être informées de la libération des détenus et les gouvernements locaux doivent mettre en œuvre des mesures de prévention et de soutien si nécessaire.

À une époque de grands besoins, les gouvernements, les ONG et le secteur privé devraient mettre l’accent sur la perspective de genre dans leurs réponses à la COVID-19 pour garantir les droits des femmes. Les gouvernements devraient intensifier les campagnes de sensibilisation du public, tenir compte des besoins des femmes âgées et des femmes handicapées, augmenter le financement des organisations de femmes, garantir l’indépendance économique des femmes et améliorer les stratégies de communication sur la manière de mieux faire face à la pandémie.

La pandémie de coronavirus a eu de graves effets délétères sur les droits et le bien-être des femmes. Mais c’est aussi une chance de changement et d’amélioration. Comme l’a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka, ancienne directrice exécutive d’ONU Femmes, « Nous devons non seulement survivre au coronavirus, mais en sortir renouvelés, avec les femmes comme une force puissante de rétablissement. »

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/22/gender-based-violence-in-the-pandemic/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire