Visage Bach – CounterPunch.org

0
68

Des manuscrits musicaux découverts d’œuvres jusque-là inconnues de grands compositeurs font la une des journaux. Mais les découvertes qui n’impliquent pas de partitions peuvent être encore plus révélatrices par la texture et la profondeur qu’elles donnent à la vie et à l’œuvre des musiciens. La musique n’est jamais que des notes.

Comme le confirment d’innombrables pochettes de disques, les visages des musiciens sont essentiels pour susciter des sentiments, évoquer un sentiment de connexion avec l’interprète ou le compositeur, avec les sons que nous entendons sur LP, dans la salle de concert ou dans nos têtes. Annette Richard’s Le temple de la renommée et de l’amitié : portraits, musique et histoire dans le cercle CPE Bach est une étude magistrale, mais intime, de portraits de musiciens qui examine attentivement les visages pour leurs significations cruciales, bien que souvent insaisissables. Sa sensibilité visuelle n’a d’égale que son ouïe fine pour la musique associée à ces visages et aux mondes sociaux qu’ils habitent. Tout comme n’importe quelle image peut être vue sous différents angles et sous différents éclairages et nous dira différentes choses à différents moments, ce livre présente des perspectives diverses et stimulantes sur les portraits de musiciens, nous rappelant constamment que la musique est une activité qui amène les gens ensemble dans la pensée, l’action et le sentiment.

Son livre magnifique et somptueusement produit dresse un portrait admiratif et éclairant de Carl Philip Emanuel Bach, le membre le plus célèbre de sa célèbre famille au 18e siècle, plus renommé que son père, Johann Sebastian.

Emanuel était vénéré par les penseurs et les musiciens de son époque, de Diderot à Haydn en passant par Mozart. L’éminent poète hambourgeois Friedrich Gottlieb Klopstock a écrit l’épitaphe de son ami en 1788 :

N’attendez pas les imitateurs,
Car tu dois rougir si tu restes.
Carl Philipp Emanuel Bach,
Harmoniste le plus profond,
Nouveauté et beauté unies ;
Était super
Dans les souches textuelles
Mais plus grand encore
Dans une musique audacieuse et sans paroles ;
Surpassé l’inventeur des instruments à clé,
Car il a élevé l’art de la performance
Grâce à l’enseignement
Et de la pratique
A sa perfection.

Contrairement à ses nombreux frères et à leur père, CPE Bach était artistiquement célébré et financièrement prospère. Une partie du produit de ses publications rentables pour le marché naissant de la musique pour clavier est allée nourrir son habitude de collectionner : même jusqu’aux derniers mois de sa vie, il a continué à remplir ses collections de portraits ; il s’agissait principalement de gravures (plutôt que d’images uniques), mais comprenaient des dessins, des peintures à l’huile, des bustes en plâtre et des silhouettes. Les figures allaient des dieux musicaux – Pan, Apollo et Mercure, aux polymathes musicaux Johannes Kepler et Benjamin Franklin, aux musiciens, à la fois célèbres et obscurs, allant de l’époque de Bach il y a deux cents ans et comprenant des hommes et des femmes principalement d’Allemagne mais aussi de partout. L’Europe .

Richards décrit la discussion intense et l’émulation généralisée de la collection de Bach. Ses avoirs ont renforcé sa propre renommée, mais ont également été un moyen essentiel de rester en contact avec les musiciens de son époque. Il n’y avait rien de Meta dans ce réseau social : les visages de Bach devaient être vus, tenus et entendus.

L’homme de lettres musical, l’Anglais Charles Burney a rendu visite à Bach en 1772 et, dans son journal de voyage, a décrit le frisson d’entendre le grand homme jouer entouré des images de tant de musiciens, y compris le visage sévère de JS Bach lui-même :

L’instant où je suis entré [his house], M. Bach m’a conduit en haut des escaliers, dans une grande et élégante salle de musique, meublée de tableaux, de dessins et d’estampes de plus de cent cinquante musiciens éminents : parmi lesquels, il y a beaucoup d’Anglais, et des portraits originaux, à l’huile, de son père et de son grand-père. Après que j’eus regardé ceux-ci, M. Bach eut l’obligeance de s’asseoir devant son Clavicorde Silbermannet instrument de prédilection, sur lequel il a joué trois ou quatre de ses compositions les plus choisies et les plus difficiles, avec la délicatesse, la précision et l’esprit pour lesquels il est si justement célébré parmi ses compatriotes.

CPE Bach. Pastel de Johann Philipp Bach, vers 1777.

Burney avait entrepris ses voyages en Europe afin de mener des recherches pour son Histoire générale de la musique, dont le premier volume parut quelques années après la visite de Hambourg. Les portraits, en particulier ceux assemblés par CPE Bach, ont joué un rôle important dans la conception de l’histoire de la musique que l’on retrouve dans les premiers ouvrages complets consacrés au sujet par Burney et ses homologues allemands. Issu de la plus vénérable des familles musicales, Bach a nourri un sens profond de l’histoire et de la place qu’il y occupe.

Comme le montre Richards, les anecdotes qui ont caractérisé ces histoires peuvent être considérées non seulement comme des annotations d’une galerie d’images, mais comme une tentative d’étoffer les visages avec un tempérament musical et de donner vie au passé, bien avant l’ère du son enregistré. .

En raison du prestige musical de CPE Bach et de la renommée de sa collection, ses portraits étaient convoités par les passionnés et les admirateurs. Bach avait espéré que la collection resterait intacte après sa mort – un rêve de nombreux collectionneurs. Elle a finalement été dispersée, une grande partie étant récupérée par des proches du compositeur et de sa famille. Bach a fait un catalogue non seulement de ses compositions musicales, mais aussi de sa collection de portraits ; cet inventaire minutieux montre l’importance des deux œuvres pour l’artiste.

L’amour de CPE Bach pour l’art, et plus particulièrement pour le portrait, a dû aussi contribuer au parcours de son deuxième fils, du nom de son illustre grand-père. Johann Sebastian Bach le Jeune était un artiste prometteur, qui a souvent aidé les intérêts de collection de son propre père grâce à ses relations dans le monde de l’art et à son propre talent pour capturer des ressemblances. Inoubliable est la lettre affligée dans laquelle CPE Bach déplore la mort de son fils à l’âge de 29 ans alors qu’il étudiait l’art à Rome.

Une image contenant texte, livre, ancienDescription générée automatiquement

Dessin de JS Bach le Jeune par Adamd Friedrich Oese, 1778.

Il y a déjà deux décennies, Richards soupçonnait que bon nombre de ces portraits avaient fait leur chemin jusqu’à la Bibliothèque d’État de Berlin, tout comme une grande partie de la musique de la famille Bach. Avec les descriptions minutieuses de CPE Bach en main, elle a parcouru d’innombrables tiroirs de cartes manuscrites dans les immenses collections de portraits musicaux de la bibliothèque et a finalement trouvé près d’un tiers des photos personnelles de Bach. La plupart d’entre eux étaient des estampes, certaines avec l’écriture vacillante de Bach indiquant le sujet, l’artiste et le numéro d’inventaire. Plus dramatique fut la découverte par Richards de dessins originaux, certains d’importants artistes nord-allemands et italiens.

Un matin de printemps en 2004, je me suis occupé de vieux manuscrits musicaux à la Bibliothèque d’État de Berlin à proximité uxorieuse de Richards (ces multi-syllabiques timides ne comptent probablement pas tout à fait comme une divulgation complète, alors voilà : je suis marié à la auteur de Le temple de la renommée et de l’amitié). Annette attendait le premier chariot de portraits qu’elle avait pu commander après près d’un an de patience et de politesse Une personne tenant une pancarte Description générée automatiquement avec un niveau de confiance moyencurieux.

À cette époque, la salle de lecture musicale de la bibliothèque resplendissait encore dans toute sa splendeur est-allemande : contreplaqué blond, tapis bruns, lampes Spoutnik. Ce cocon de chic socialiste socialiste à l’intérieur de l’imposant édifice prussien marqué par la guerre s’est terminé au cours de l’année fatidique de 1914.

À notre gauche, à la longue table, un musicologue américain examinait un manuscrit à la loupe. À notre droite, un doctorat allemand assiégé. étudiant regarda une pile de traités. De l’autre côté de la table, juste arrivé dans la bibliothèque bien après l’heure d’ouverture, un professeur américain aux cheveux gris bousculait son jeune assistant séduisant, tous deux apparemment plus soucieux de se déchiffrer que le carnet de croquis de Beethoven devant eux. Au bout de la table, un érudit japonais enfila ses gants blancs.

Le chariot arriva pour Annette et elle sortit soigneusement la première image de son dossier. On pouvait sentir tous les yeux de la pièce se lever de leur travail et regarder le visage de Madame Benda, l’une des grandes chanteuses de l’époque, briller dans la lumière du matin qui se déversait à travers les hautes fenêtres.

Maria Felicitas Benda (1756 à après 1788). Dessin de Johann Andreas Herterich, 1781.

L’un des résultats les plus bienvenus du projet de Richards mené pendant de nombreuses années est que ces dessins sauvés des dossiers riches en acide dans lesquels ils avaient longtemps été stockés ont maintenant été conservés conformément aux normes d’archivage modernes.

Richards a également fait des découvertes dans d’autres bibliothèques et, à l’aide d’images de Bach ainsi que d’exemplaires de ses estampes provenant d’autres archives, elle a reconstitué sa collection. Au cours des années suivantes, elle a préparé un catalogue de la collection avec des reproductions des images pour l’édition des œuvres complètes de CPE Bach. En 2010, elle a organisé une exposition de portraits au Bach-Archiv de Leipzig, la première occasion pour le public de les voir.

Dans le livre qui vient d’être publié et qui est l’aboutissement de tous ces efforts, Richards établit de nombreux liens fascinants entre les personnes représentées et Bach lui-même ; ses contemporains étaient fiers de faire partie de la collection de Bach, comme inscrits dans un 18eTemple de la renommée musicale du siècle dernier.

Non seulement les acteurs éminents et historiques, mais aussi les acteurs désormais oubliés de la scène européenne, ont enflammé l’imagination collectrice de Bach. Ces curiosités semblent en dire autant sur le passé que les grandes figures comme Haydn, Gluck, Rosseau et Benjamin Franklin (inventeur de l’harmonica de verre). Le livre comprend une copie rare du prodige polonais du violoncelle Nicolaus Zygmuntowski, qui a joué à travers l’Europe dans de grandes salles telles que le Concert spirituel à Paris. Richards nous dit que le disciple de Bach Ernst Ludwig Gerber, dont l’important dictionnaire biographique des musiciens de 1790 comprend une longue annexe consacrée aux portraits, rapporte que Zygmuntowski « est mort à l’âge de onze ans, après avoir été surmené, battu et affamé par son père. ” Les prodiges sont souvent plus âgés que ne le prétendent leurs maîtres, bien qu’il s’agisse d’un résumé brutal de l’exploitation effrénée d’enfants doués pour la musique qui a entaché le 18e siècle. Zygmuntowski est mort quelques années avant Bach lui-même. On soupçonne que Bach était au courant du sort du jeune Polonais. C’est peut-être même lui qui l’a signalé à Gerber. Ces portraits ne visaient pas seulement à capturer le drame du visage humain, mais aussi les histoires derrière eux, à voir, dans le cas de Zygmuntowki dans son expression stoïque et légèrement stupéfaite.

Macintosh HD : Utilisateurs : davidy : Bureau : Zygmuntowski.png

Nicolas Zygmuntowski (vers 17771-1782/86). Gravure de Carl Salzer (1740-1784).

Lorsque Bach s’asseyait à son clavicorde et jouait seul ou en compagnie, il devait aussi aimer être surveillé par son père et tant d’autres musiciens, vivants et morts. Peut-être aimait-il penser qu’eux aussi écoutaient. Je ne doute pas que la musique qu’il a faite tire sa force non seulement de leurs compositions et du souvenir de leurs performances, mais de la présence de leurs visages sur ses murs. Retournez dans ce monde de sensations et de musique, d’images et d’ouïes, dans Le temple de la renommée et de l’amitié.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/18/face-bach/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire