Voici comment protéger nos sœurs du mouvement

0
216

Cet éditorial est rédigé par trois femmes noires qui, pour des raisons de sécurité, ne peuvent pas révéler nos noms. Nous avons choisi de raconter nos histoires en publiant un rapport anonyme : Nous méritons tous la paix, qui détaille nos expériences et nos recommandations en tant que leaders de première ligne vivant sous la menace (déclencheur/avertissement de contenu : le rapport lié comprend des comptes rendus détaillés de doxxing, de harcèlement et de menaces proférés contre les auteurs et d’autres femmes noires dans les espaces de mouvement). Voir le rapport ici.

Nous sommes des mamans, des filles, des sœurs et des tantes. Nous sommes des enseignants, des travailleurs sociaux, des organisateurs communautaires et des chercheurs. Nous sommes des activistes et des acteurs du changement, prenant en charge les enjeux sociaux et environnementaux cruciaux de notre époque. Ce que nous avons en commun, c’est que nous sommes des femmes noires travaillant pour une société juste.

Et nous sommes attaqués.

Aujourd’hui, il suffit de lire les derniers gros titres pour constater que la haine et la violence sont en hausse aux États-Unis. Et les femmes noires sont ciblées de manière disproportionnée, car un mélange toxique de racisme et de misogynie sature la vie américaine.

Nous le savons par expérience personnelle. Nous avons été menacés – en ligne et en personne – de viol et de meurtre. Nous avons été traqués et surveillés, dans nos maisons et dans la rue. Nos réunions en ligne ont été «zoom bombardées» par des pirates qui remplissent nos écrans de pornographie et d’images horribles de violence raciale. Nos noms et adresses apparaissent dans les médias sociaux et sur des sites Web haineux, avec des exhortations à nous faire du mal. Nos familles aussi ont été ciblées.

« Il se passe quelque chose. Quelque chose qui déchaîne la laideur à travers le pays, mais particulièrement ici dans mon état. Être un élu du State Board of Education, et à un moment où l’éducation de nos enfants est devenue une plate-forme pour un programme rempli de haine… c’est malheureux et profondément difficile.

« Imani », membre du conseil scolaire d’État et l’un des auteurs PSEUDONYMOUS du rapport « Nous méritons tous la sécurité et la paix »

Nos appels à l’aide sont restés sans réponse de la part de la police, qui s’est parfois souciée davantage des « droits » de nos bourreaux que de notre sécurité et de notre bien-être.

Ces incidents nous ont causé un préjudice réel et durable. Nous avons été contraints de quitter, voire de vendre, nos maisons. Fini notre sentiment de sécurité et de paix. Notre santé physique et mentale en a souffert.

Et nous ne sommes pas seuls. Vivant à l’intersection du racisme et du sexisme, les circonstances socio-économiques historiques et systémiques des femmes noires signifient que trop souvent nous avons un salaire inférieur et moins de richesse que les Blancs et les hommes. En tant que tel, beaucoup d’entre nous n’ont pas les ressources nécessaires pour faire face à ces menaces. Beaucoup d’entre nous portent nos ménages à eux seuls. Nous assumons une responsabilité démesurée dans nos familles, nos communautés et nos organisations, de manière formelle ou informelle. Nous sommes plus susceptibles de soutenir un membre de la famille qui a un problème de santé chronique ou d’avoir nous-mêmes un problème de santé chronique.

C’est beaucoup.

Nous sommes profondément engagés dans le travail que nous faisons. Mais, pour continuer à faire ce travail, nous avons besoin du soutien de nos communautés et des institutions auxquelles nous donnons tant, y compris les organisations à but non lucratif, la philanthropie et le gouvernement. Voici donc nos recommandations sur la manière d’apporter une certaine sécurité et paix dans la vie des femmes noires qui se battent pour un monde meilleur.

“D’une certaine manière, je ne veux même pas partager ces sentiments de peur et le déracinement de ma vie parce que je ne veux pas qu'”eux” aient l’impression d’avoir “gagné”. C’est leur but, non ? Pour inciter à la peur et perturber la vie des personnes auxquelles ils s’opposent et réprimer notre travail/activisme.

« Sankofa », qui travaille sur la justice environnementale et est l’un des auteurs PSEUDONYMOUS du rapport « Nous méritons tous la sécurité et la paix »

Instaurer des mesures proactives de confidentialité. Apprendre aux activistes à engager des mesures proactives pour protéger nos données personnelles. Cela inclut l’utilisation d’alias sur les réseaux sociaux et le fait de veiller à ne pas publier sa position en direct. Comme nous l’avons appris, une fois que vos données sont disponibles, vous ne pouvez pas les récupérer.

Fournir une sécurité professionnelle en personne. Peu d’entre nous ont des escortes de sécurité, à part des bénévoles qui veulent bien faire mais qui manquent de formation. Dans une nation avec plus d’armes que d’habitants, certains d’entre nous auront besoin d’une sécurité professionnelle. C’est délicat car nous ne voulons pas transformer des espaces confortables en zones militarisées. En même temps, nous devons être capables de nous protéger.

Financer et faciliter la relocalisation. Créer un fonds et un réseau de refuges afin que les personnes menacées aient la possibilité de déménager temporairement ou, si nécessaire, de façon permanente.

Mettre en place une organisation complète de gestion des dossiers de sécurité. Mettez en place un guichet unique pour des services de sécurité proactifs, préventifs et réactifs. Cette organisation aurait une expertise pour assurer notre sécurité, individuellement et organisationnellement, en fournissant les services détaillés ci-dessus sous un même parapluie. Cette organisation serait semi-interne aux mouvements de justice sociale et fournirait ces services d’une manière conforme à nos principes et à notre culture.

Cultiver des communautés de soutien par les pairs. Avoir un bon système de soutien est essentiel. Et se connecter avec d’autres qui ont été ciblés réduit l’isolement et nous permet d’apprendre de l’expérience des autres. Un modèle prometteur est le Unicorn Fund, qui «soutient les dirigeants locaux sous-financés aux États-Unis qui font face à des attaques pour avoir exprimé leurs idées, dit la vérité et pris position en première ligne du changement narratif».

Renforcer et faire respecter la réglementation Internet. Comme l’a révélé le 6 janvier, Internet est un incubateur de violence et de haine largement non réglementé. Nous nous méfions des réglementations appliquées par l’État ou les entreprises technologiques – des institutions qui ont longtemps défendu la suprématie blanche – et nous ne voulons pas accroître la surveillance que nous subissons déjà. Mais il est grand temps d’avoir une plus grande responsabilité publique et des garde-corps plus solides pour le comportement en ligne.

“Donc, il y a cette page qui m’a attaqué, et j’ai été tagué. J’ai vérifié cette page et j’ai découvert qu’elle est dédiée à exposer les militantes noires qu’elles veulent doxer et attaquer – “La victime d’aujourd’hui sera ……” et j’ai été choisie.”

« Nia », étudiante au doctorat, militante pour la justice raciale et l’une des auteurs PSEUDONYMOUS du rapport « Nous méritons tous la sécurité et la paix »

Assurer la disponibilité des ressources en santé mentale/justice de guérison. Être ciblé a un impact sur la santé mentale. Sans surprise, nous sommes craintifs et anxieux ; nous pouvons également nous sentir coupables de mettre potentiellement les autres en danger. L’accès aux services de santé mentale est essentiel pour favoriser l’adaptation. Dans le même temps, un soutien en santé mentale est nécessaire pour certains des auteurs de violence. Trop souvent, les personnes ayant des besoins en santé mentale sont transformées en armes par des pourvoyeurs de haine.

Les femmes noires sont depuis longtemps le cœur et l’âme des luttes pour les droits civils, la justice environnementale, etc. Nous ne nous arrêterons pas ou ne serons pas réduits au silence. Mais en cette période de montée de la haine et de la violence, le soutien et la protection de ceux qui risquent tout en s’exprimant sont essentiels.

Ensemble, nous devons lutter contre la haine et défendre l’amour.

Consultez le rapport et agissez ici.

Republiez nos articles gratuitement, en ligne ou sur papier, sous une licence Creative Commons.

Source: https://therealnews.com/black-women-under-attack-how-to-protect-our-sisters-movement

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire