Vues de Kiev, les forces et les faiblesses de l’Europe sont douloureusement visibles

0
174

L’écrivain dirige le Centre sur les États-Unis et l’Europe à la Brookings Institution

J’ai récemment visité Kiev, la capitale de l’Ukraine, un voyage qui m’a demandé très peu de bravoure. J’ai voyagé dans la ville pendant moins de 48 heures fin mai, dans le cadre d’un groupe d’invités à une conférence sur la sécurité. Des trains de nuit propres et confortables, dotés de conducteurs attentifs, nous ont emmenés à l’aller et au retour. Pendant les pauses du premier jour, je me suis éclipsé pour déambuler dans de larges avenues bordées de majestueux marronniers. Plus tard, certains d’entre nous sont allés prendre un verre le soir dans un café du parc avant de rentrer à l’hôtel à temps pour le couvre-feu de minuit.

Cette nuit-là, les défenses aériennes de Kiev ont repoussé 17 missiles et 31 drones, selon les autorités ukrainiennes. La Russie avait intensifié ses attaques aériennes à un rythme quasi nocturne tout au long du mois de mai, après la livraison de défenses antimissiles Patriot de fabrication américaine à l’Ukraine, dans ce qui semblait être un effort concerté pour submerger et cibler ces systèmes. (D’autres villes n’ont pas été aussi chanceuses et moins bien défendues. À Dnipro, deux personnes ont été tuées et 30 blessées lors d’une attaque contre un établissement médical.)

Les citoyens de 3 minutes de cette ancienne métropole européenne endurent les attaques avec une résolution stoïque. La conférence s’est déroulée sans anicroche; n’eût été le fait qu’un certain nombre de participants étaient en uniforme ou en tenue de camouflage, nous aurions pu être n’importe où en Europe. À proximité, sur les murs entourant le monastère Saint-Michel au dôme doré, des milliers de photographies qui s’estompent lentement et des tas de roses fraîches commémoraient les morts – mais dans les rues, la normalité animée régnait. Les gens qui avaient passé une nuit anxieuse dans des bunkers ne montraient aucune trace d’apitoiement sur eux-mêmes. Était-ce de l’engourdissement, ou de la dignité, ou les deux ? Plusieurs fois, c’est moi qui ai dû avaler une boule qui montait dans ma gorge.

La conférence de Kiev était organisée par Arseni Iatseniouk, deux fois Premier ministre et maintenant dans l’opposition. L’un des orateurs était l’ancien président Petro Porochenko, également dans l’opposition. Comme tous les autres orateurs, ils étaient unis dans leur engagement envers la destinée européenne de l’Ukraine et dans l’appel à une voie claire et courte vers l’adhésion à l’OTAN. Pendant ce temps, rien qu’en mai, le président Volodymyr Zelenskyy s’est rendu à Helsinki, La Haye, Rome, le Vatican, Berlin, Aix-la-Chapelle, Paris, le Royaume-Uni, Djeddah et Hiroshima pour mobiliser le soutien à son pays.

Un diplomate m’a dit que la caste des oligarques du pays, qui pendant des décennies a tenu l’économie et la politique du pays en étau, est épuisée : « Leurs systèmes de pouvoir sont un dommage collatéral de cette guerre. Cela suggère que l’espace politique sera grand ouvert si et quand les combats prendront fin, ce qui est une bonne nouvelle pour la société civile ukrainienne de plus en plus confiante. Pour l’instant, cependant, l’Ukraine reste sous la loi martiale et ses citoyens sont absorbés par le travail existentiel de se battre et de survivre.

Le lendemain de mon départ, la Russie a lancé des frappes de missiles sur Kiev en plein jour, envoyant des écoliers se précipiter vers des abris anti-bombes. Deux jours pour voir par moi-même, écouter, apprendre, témoigner et être solidaire ne suffisent pas. Mais mon soulagement face à l’unité et à la détermination occidentales, alors que l’Ukraine s’embarque dans sa contre-offensive tant attendue, est maintenant fondé sur une appréciation plus profonde du courage des Ukrainiens.

Voir l’Europe depuis Kiev met en évidence les forces et les faiblesses du continent. D’une part, le populisme de droite est à nouveau évident dans une grande partie de l’Europe – Italie, France, Royaume-Uni, Pologne et Allemagne, pour n’en citer que quelques-uns – tandis que les gouvernements semblent gaspiller leur énergie dans de petites querelles. (Les partenaires de la coalition des feux de circulation de Berlin se battent actuellement âprement au sujet des pompes à chaleur.)

Pourtant, dans le même temps, l’invasion de la Russie transforme l’Europe d’une manière sans précédent : il suffit de prendre l’étreinte de l’Europe de l’Est par le président français Emmanuel Macron dans un discours à Bratislava, ou la récente réunion de 48 dirigeants européens dans la petite Moldavie pour discuter de la sécurité collective. Même la Suisse et l’Autriche sont engagées dans des débats houleux sur l’avenir de leurs politiques de neutralité. Après avoir passé un mois à visiter sept pays européens, il y a un sentiment de changement vivifiant. L’Ukraine est en première ligne de ce changement, mais tout l’avenir de l’Europe se décidera là-bas.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire