Y aura-t-il justice pour la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh ?

0
43

Le monde, y compris les États-Unis, a été à juste titre dans un tumulte à propos du meurtre impitoyable de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, âgée de 51 ans, par l’armée israélienne. Le journaliste d’Al Jazeera a été abattu alors qu’il couvrait un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie. Alors que sa mort a frappé les médias, l’administration Biden, ainsi que des membres du Congrès jusqu’au président de la Chambre Nancy Pelosi, exprimé condoléances, a appelé à une enquête rapide et approfondie, et mentionné“Les responsables doivent être tenus responsables.”

Cela signifie-t-il que le meurtre d’Abu Akleh ne sera pas passé sous silence comme tant d’autres meurtres de Palestiniens, même de Palestiniens américains ? Ne te fais pas d’espoir.

A la mort d’Abu Akleh, Israël hasbara (propagande) la machine s’est rapidement mise en surmultipliée. Ils ont d’abord affirmé que c’étaient des tirs palestiniens qui avaient tué Abu Akleh et blessé son collègue Ali al-Samoudi. Mais à la fin de la journée, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a reconnu que les balles pouvaient provenir de soldats israéliens. “Nous ne savons pas exactement comment elle a été tuée, mais nous voulons aller au fond de cet incident et découvrir la vérité autant que possible”, a déclaré Gantz aux journalistes.

Vendredi, deux jours après la mort d’Abu Akleh, et malgré des preuves vidéo montrant qu’il n’y avait pas de tireurs palestiniens dans les environs, l’armée israélienne a proposé deux scénarios pour expliquer comment elle aurait pu être tuée : soit elle a été touchée par des Palestiniens armés tirant « des dizaines de des balles sans discernement » vers des véhicules militaires israéliens ou elle a été tuée par erreur par un soldat israélien utilisant une arme à lunette à travers une fente dans un véhicule blindé, dans l’intention de frapper un tireur palestinien.

Israël a alors proposé de mener une enquête conjointe de l’Autorité israélo-palestinienne, qui a été rejetée par les Palestiniens en raison de leur profonde méfiance à l’égard des autorités israéliennes, de l’énorme déséquilibre de pouvoir et du bilan catastrophique d’Israël en matière d’enquête sur lui-même. Au lieu de cela, ils demandent une enquête internationale.

Selon l’organisation israélienne des droits de l’homme Yesh Din, environ 80 % des plaintes déposées contre des soldats pour avoir fait du mal à des Palestiniens sont closes sans enquête pénale. Sur les quelques enquêtes entreprises, seulement 3,2 % aboutissent à une mise en accusation et à des poursuites. Des organisations de la société civile palestinienne et israélienne ont documenté la mort de 155 enfants palestiniens à balles réelles ou à des armes de contrôle des foules depuis 2013, mais seuls trois actes d’accusation au pénal ont été prononcés contre des soldats israéliens pour ces meurtres.

Il y a plus de protestations lorsque des journalistes sont attaqués, mais même alors, Israël agit en toute impunité. Selon le Syndicat des journalistes palestiniens, il y a des centaines d’attaques israéliennes contre des journalistes chaque année.

Certains ont dit que le cas d’Abu Akleh était différent. Elle n’était pas seulement journaliste pour un média très respecté; elle était également citoyenne américaine. Mais Abu Akleh est loin d’être le seul Palestinien américain à être tué par des soldats israéliens.

Mahmoud Shaalan, un Palestinien américain de 16 ans, a été tué par balle en octobre 2016 à un poste de contrôle près de la colonie de Beit El. Répondant aux instructions d’un soldat israélien de s’arrêter et de faire demi-tour, il avait tenté de lever sa chemise et ses mains pour montrer qu’il n’était pas un danger lorsqu’il a été abattu. À la demande de sa famille pour une enquête, l’armée israélienne a informé le Département d’État américain qu’il n’y avait eu aucun acte criminel de la part des soldats impliqués.

Le 12 janvier de cette année, Omar Assad, un Américain palestinien de soixante-dix-huit ans et propriétaire d’une épicerie de Milwaukee, est décédé d’une crise cardiaque mortelle alors qu’il était détenu, ligoté, bâillonné et laissé au sol, le visage bleu à cause du manque d’oxygène. . Suite à un appel à enquête lancé par la famille d’Assad et certains membres du Congrès, et à l’administration Biden demandant des « éclaircissements », Israël a répondu que l’incident résultait du « refus d’Assad de coopérer avec les troupes opérant dans la région » et qu’il s’agissait « d’un événement grave et malheureux » dû à « une mauvaise prise de décision de la part des soldats ». Deux officiers ont été licenciés et un commandant de bataillon a été réprimandé, mais personne n’a été emprisonné.

Après que la militante pacifiste américaine Rachel Corrie ait été écrasée à mort par un bulldozer israélien à Gaza en 2003, l’enquête de l’armée israélienne, menée à la demande de l’administration Bush, a conclu que sa mort était un « accident tragique ». Dans une poursuite civile intentée par les parents de Corrie, le tribunal n’a trouvé aucune faute dans l’enquête de l’armée et a statué que l’État d’Israël n’était pas responsable de la mort de Corrie.

La connaissance de l’impunité par l’armée israélienne a été mise en évidence depuis le meurtre de Shireen Abu Akleh. Le lendemain du jour où la journaliste a été tuée, ils ont fait une descente au domicile de sa famille et ont enlevé de force le drapeau palestinien qui flottait à l’extérieur. Alors que la famille acceptait les condoléances, le frère d’Abu Akleh, Anton Abu Akleh, a été convoqué au poste de police et averti que la procédure funéraire serait dispersée s’il y avait une « escalade ». Dans peut-être la manifestation d’impunité la plus grossière, le jour où Abu Akleh a été inhumée, les forces israéliennes ont attaqué la marche funèbre, tirant des grenades assourdissantes et frappant les porteurs avec des matraques, les faisant presque tomber son cercueil.

Avec toute l’attention des médias, il est possible que cette fois Israël se sente obligé d’inculper le meurtrier d’Abu Akleh, et le soldat individuel pourrait même recevoir une peine. Mais même si cela se produit, cela n’affectera pas l’essence de la violence systématique et quotidienne d’Israël contre les Palestiniens à moins que des mesures plus substantielles ne soient prises par la communauté internationale, en particulier les États-Unis.

Après le meurtre d’Abu Akleh, la députée américaine Ilhan Omar tweeté, « Nous fournissons à Israël 3,8 milliards de dollars d’aide militaire par an sans aucune restriction. Que faudra-t-il pour rendre compte de ces violations des droits humains ? » La députée palestinienne américaine Rashida Tlaib tweeté, “Shireen Abu Akleh a été assassinée par un gouvernement qui reçoit un financement inconditionnel de notre pays sans aucune responsabilité.” La seule façon d’influencer vraiment le comportement israélien est de couper le financement. Ce n’est que lorsque les États-Unis décideront de mettre fin à leur complicité dans les crimes d’Israël qu’il y aura une réelle possibilité de justice pour Abu Akleh et le reste du peuple palestinien.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire